Né un 26 février 1802, Victor Hugo, l’un des plus importants écrivains de langue française dira: "Que serait l'Afrique sans les blancs? Rien: un bloc de sable; la nuit; la paralysie; des paysages lunaires. L'Afrique n'existe que parce que l'homme blanc l'a touchée."

Une Martiniquaise demande le retrait d’un Victor Hugo raciste du cursus français

Les auteurs classiques français, bien de leurs temps, vivaient dans des sociétés  au bout de leur savoir, remplies de préjugés, du racisme grivois au racisme paternaliste. De l’apologie de la blancheur de la  peau de Balzac, aux discours condescendants de Victor Hugo, avec le savoir qui s’universalise, les Noirs ne sont plus si enclins à béatifier les protagonistes occidentaux sans un réexamen minutieux du personnage.

De la Martinique, ile antillaise toujours dans la poigne du plus important producteur de sucre d’Europe, une étudiante au bac, Alexane Ozier-Lafontaine abouti devant ce portrait plus austère de Victor Hugo, blanchi dans les livres d’histoire, encenser dans les manuels scolaires.

Né un 26 février 1802, Victor Hugo, l’un des plus importants écrivains de langue française dira: "Que serait l'Afrique sans les blancs? Rien: un bloc de sable; la nuit; la paralysie; des paysages lunaires. L'Afrique n'existe que parce que l'homme blanc l'a touchée."

Né un 26 février 1802, Victor Hugo, l’un des plus importants écrivains de langue française dira: « Que serait l’Afrique sans les blancs? Rien: un bloc de sable; la nuit; la paralysie; des paysages lunaires. L’Afrique n’existe que parce que l’homme blanc l’a touchée. »

Outre ses romans, un regard sombre du dramaturge se jette sur l’Afrique noire qu’il représente comme « farouche » avec seulement deux aspects « peuplés, c’est la barbarie; déserte, c’est la sauvagerie. » Dans un banquet commémoratif du 18 mai 1879 sur l’abolition de l’esclavage dans lequel préside Victor Hugo, il entame:  » Puisque nous sommes de simples chercheurs du vrai, puisque nous sommes des songeurs, des écrivains, des philosophes attentifs; puisque nous sommes assemblés ici autour d’une pensée unique, l’amélioration de la race humaine…  »  pour ainsi trouver son fil : « La Méditerranée est un lac de civilisation; ce n’est certes pas pour rien que la Méditerranée a sur l’un de ses bords le vieil univers et sur l’autre l’univers ignoré, c’est-à-dire d’un côté toute la civilisation et de l’autre toute la barbarie.» pour poursuivre: « Quelle terre que cette Afrique! L’Asie a son histoire, l’Amérique a son histoire, l’Australie elle-même a son histoire; l’Afrique n’a pas d’histoire. Une sorte de légende vaste et obscure l’enveloppe.  »

Les positions de Victor Hugo, l’auteur des Misérables,  ont harassé l’étudiante qui demande son retrait des livres d’école, où faire plus simple en disant la vérité sur ce fils de général. Alexane Ozier-Lafontaine n’est pas la seule à s’ouvrir les yeux, c’est l’inévitable constat de la population estudiantine qui regarde froidement les épisodes qui ont mené à l’élaboration des pouvoirs actuels.

Aux États-Unis, de façon chronique, on se propose d’altérer l’oeuvre emblématique de Mark Twain, l’auteur des Aventures de Huckleberry Finn jugé calomnieux. Les héros occidentaux goûtent aussi à ces pétitions vindicatives. Dépouillé des œillères de l’enseignement subjectif occidental on découvre un Christophe Colomb esclavagiste, cupide, rapace, sanguinaire, empalant des populations soumises.  De plus, après lui avoir jeté des excréments, en 2015, les étudiants de la nation arc-en-ciel,  d’Afrique du Sud, se sont mis à arracher les statues du colonialiste Cecil John Rhodes.

Au Canada, les pro-esclavagistes d’antan jouissent toujours d’une réputation sans taches, car si l’on se fit aux manuels scolaires, rien de tout cela n’a existé! On ne parlera pas de Louis Joseph-Papineau , leader des Patriotes,  qui a plaidé pour faire reconnaître les droits de propriété des maîtres sur leurs esclaves, mais on dira que « La vie politique de ce grand homme est gravée, par le burin de l’histoire, en caractères indélébiles; les luttes qu’il a soutenues pour conserver intacte une constitution octroyée par la Grande-Bretagne.»

Michel Ducharme dans « Louis-Joseph Papineau. Lettres à ses enfants. Texte établi et annoté par Georges Aubin et Renée Blanchet, y voit trouve à redire. « Dans ses lettres allant de 1859 à 1862, le seigneur de la Petite-Nation prend clairement position pour le Sud.  Selon lui, l’esclavage n’est pas contraire aux principes républicains. Il en veut pour preuve le fait que Washington et Jefferson ne l’ont pas aboli (1er décembre 1859, 4 juillet 1861). S’il veut bien reconnaître que cette institution domestique est peut-être un « malheur » au point de vue philosophique, il soutient qu’elle n’est ni « crime » ni « péché » (4 juillet 1861). Dans ce contexte, il se montre très acerbe contre « le fanatisme abolitionniste » (1er décembre 1859, 25 décembre 1861) qu’il considère comme responsable de la guerre. »

Si la suppression des personnages historiques racistes des bouquins est inenvisageable, puisque les sociétés contemporaines se sont apparemment construites ainsi, les recadrer dans leurs justes perspectives ferait honneur à tous. Continuer à propager ces faussetés ou demi-vérités, l’usurpation de l’Histoire, ne sert qu’à tirer avantage et tenter de s’arroger l’avenir des Afro-descendants, les instruments essentiels dans cette mondialisation. Comme on dit, l’avenir appartient à celui qui détient le passé.

Nouvelles similaires

  1. Nicolas Gris
    Mai 18, 2017 - 12:02

    y en aurai encor beaucoup à retirer

    Répondre
  2. Anithe Clamy
    Mai 18, 2017 - 12:17

    Plus le temps passe, plus notre histoire s’efface car nous ne nous en occupons pas.
    Bientôt on nous dira que l esclavage n’a au grand falaises eu lieu et ce sera de notre faute. La colonisation n’aura jamais existé non plus.

    Répondre
  3. Yan Langlois
    Mai 18, 2017 - 04:23

    Comme l’esclavage existe encore : sur notre planète … il est assez difficile de l’ignorer ou même de le condamner … Depuis l’abolition officielle de l’esclavage on retrouve en effet …. Beaucoup plus d’esclaves que Jadis … Traite des femmes … des enfants … On en passe … Les élites noirs en Afrique n’ont pas d’esclaves? les élites de l’europe et de l’amérique n’ont pas d’esclaves …. Oui Nos Élites ont encore des Esclaves et encore plus qu’avant (élites noirs blanches ou asiatique )

    Répondre
  4. Yan Langlois
    Mai 18, 2017 - 04:24

    Condamner victor Hugo …. pour racisme … c’est faire diversion

    Répondre
    • Christian Delattre
      Mai 18, 2017 - 08:25

      c’est surtout tellement stupide!! on demande aussi à condamne aussi tous les papes, les philosophes qui pensaient que les noirs n’avaient pas d’âme et ne valaient pas mieux que du bétail? heureusement il existe quelque chose qui s’appelle l’évolution, des idées, de la pensée, des connaissances!!

      Répondre
    • Christian Delattre
      Mai 18, 2017 - 08:26

      à moins que ce ne soit qu’une question de…buzz?

      Répondre
  5. Viie AimeLesgens
    Mai 18, 2017 - 11:40

    Il était temps, je ne comprends pas comment peut-on vanter un chien pareil.

    Répondre
    • Christian Delattre
      Mai 18, 2017 - 08:20

      quand vous aurez le millième de son génie et de son humanité, vous comprendrez peut être!! c’est tellement facile de condamner quelqu’un aujourd’hui en ne tenant aucun compte des mentalités et des connaissances de l’époque!!

      Répondre
    • Viie AimeLesgens
      Mai 18, 2017 - 08:39

      Vous dites « humanité »? En tant que noire je lis un raciste qui mériterait une censure, son génie est incontestable. Je vous rassure les mentalités n’ont absolument pas changés, car il n’y a rien de nouveau sous le soleil.

      Répondre
  6. Mickael Odonnat
    Mai 18, 2017 - 08:36

    « je me demande aussi le retrait dans le cursus de tout individu qui a commis un acte qui va contre l’humainité » sur la meme lancée:infidelité, vol, insulte,violence,mépris,non assistance, vote qui va contre les interets d’autrui au profit de ses propres interets,se sentir meilleur qu’un autre….vous voyez où je veux en venir?

    Répondre
  7. Mickael Odonnat
    Mai 18, 2017 - 08:39

    quelqu’un a traité l’autre de chien sur ce post.combien de chien sommes nous si nous comptons nos defauts?combien de fois doit il lui meme se traiter de chien s’il compte ses propres defauts…qui tirent l’humanité vers le bas!?

    Répondre
  8. Ghizlaine Fassi Fihri Hatil
    Mai 19, 2017 - 06:03

    Il faut rajouter ceux là aussi
    Bonne lecture !

    Répondre
  9. Mickael Odonnat
    Mai 19, 2017 - 10:47

    Faut arrêter avec ce boulet qu’est de rechercher le mal au lieu de chercher à s’élever vers ce qui est bien. Personne n’est parfait même cesaire. Alors si on prouve que cesaire a eu un mauvais comportement dans sa vie donc à tiré l’humanité vers le bas, on demande aussi son retrait du cursus ? Élargissez votre esprit

    Répondre
    • Ozier-Lafontaine Alexane
      Mai 20, 2017 - 08:01

      Cesaire avait dejà subit une sorte de censure parce qu’il condamnait le Colonialisme. En 1995.

      Répondre
  10. Chris Lefranc
    Mai 19, 2017 - 05:59

    C’est toi l’boulet !

    Répondre
  11. Malik Guy Laroche Aboudou
    Mai 20, 2017 - 08:17

    Dans ce cas on devrait se pencher sur la majorité des écrivains et pseudos philosophes des lumières français

    Répondre
    • Ozier-Lafontaine Alexane
      Mai 20, 2017 - 08:01

      C’est ce que j’ai demandé dans une autre lettre au ministre.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.