Personne ne prétend que Duane Buck, âgé 48 ans, n'a pas tiré avec une arme à feu sur son ex-petite amie et son compagnon et blessé un troisième individu à Houston en 1995

La Cour américaine stoppe une exécution in extremis pour cause de racisme

Dans la nuit de jeudi, la Cour suprême américaine a stoppé l’exécution de Duane Edward Buck, un meurtrier condamné au Texas dont le procès de 1997 a été déclaré inconstitutionnel, entaché de témoignages racistes. Les avocats de Duane Buck ont demandé un nouveau procès auprès des autorités texanes après qu’en 2000, la justice ait concédé que son procès fut inéquitable.

Personne ne prétend que Duane Buck, âgé 48 ans, n'a pas tiré avec une arme à feu sur son ex-petite amie et son compagnon et blessé un troisième individu à Houston en 1995

Personne ne prétend que Duane Buck, âgé 48 ans, n'a pas tiré avec une arme à feu sur son ex-petite amie et son compagnon et blessé un troisième individu à Houston en 1995

Avec des heures, voire des minutes avant que le protocole d’injection létale ne débute à Huntsville, au Texas, la Cour suprême a accepté d’examiner l’appel de M. Buck. L’injection létale est une méthode d’exécution qui consiste à injecter un ou plusieurs produits à un condamné afin de lui enlever la vie.

Duane Edward Buck devait être exécuté hier à Huntsville pour un double assassinat, qui a eu lieu à Houston en 1995. Personne ne conteste sa culpabilité. Ses avocats disent que le Texas lui doit un nouveau procès, car le premier était teinté de questions raciales. Effectivement, un témoin expert lors du procès de 1997 a expliqué de manière inadmissible aux jurés que M. Buck serait toujours dangereux à l’avenir parce qu’il est Noir. Duane Edward Buck a été reconnu coupable en 1998 du meurtre de son ex-petite amie.

Linda Geffin, qui fut membre de l’équipe de procureurs de l’État, responsable de la condamnation de M. Buck a écrit une lettre s’adressant aux Texas Board of Pardons and Paroles, au Gouverneur du Texas Rick Perry, au procureur général du Texas Greg Abbott et quelque autres responsables lundi 12 septembre :

Quand j’ai lu au sujet de la demande de grâce en instance devant le Comité des grâces et des libérations conditionnelles,  au sujet de la motion en cour fédérale reconnaissant que le procureur général avait déjà reconnu l’injection inappropriée de la race dans l’audience dans la cause de M. de Buck, je sentis que j’étais obligé de parler. M. Buck a commis un crime terrible, et il doit être puni. Mais le procureur général [John Cornyn en 2000] avait raison quand il dit que « il est inapproprié de permettre que la race doive être considérée comme un facteur dans notre système de justice pénale. » Il est regrettable que les considérations fondées sur la race aient été placées devant le jury. Aucun individu ne doit être exécuté sans bénéficier d’un procès équitable, non vicié par des considérations raciales.

Rick Perry succède au gouverneur George W. Bush en 2000 lorsque celui-ci est élu à la Maison Blanche. En 2002, Perry et son candidat pour le poste de lieutenant-gouverneur, David Dewhurst, axent leur campagne sur leur rigidité face aux criminels. Il annonce le 13 août 2011 qu'il se porte candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle américaine de 2012 contre Barack Obama.

Rick Perry succède au gouverneur George W. Bush en 2000 lorsque celui-ci est élu à la Maison Blanche. En 2002, Perry et son candidat pour le poste de lieutenant-gouverneur, David Dewhurst, axent leur campagne sur leur rigidité face aux criminels. Il annonce le 13 août 2011 qu'il se porte candidat à l'investiture républicaine pour l'élection présidentielle américaine de 2012 contre Barack Obama.

Duane Buck priait lorsque des représentants du département de la justice du Texas l’ont informé de la nouvelle. Selon Jason Clark, un porte-parole, voici les paroles de Duane :« Que Dieu soit loué! Dieu vaut la peine d’être prié. La miséricorde de Dieu triomphe sur le jugement et je me sens mieux.» Duane Buck avait déjà reçu son dernier repas : du poulet frit, une salade, des frites, du poisson frit, des piments jalapeno et quelques pommes avant que ne tombe la décision de la Haute Cour dans la prison de Hunstville.

La ville de Hunsville aux Texas est célèbre pour son pénitencier, abritant le centre d’exécutions où sont pratiquées, par injection létale les exécutions capitales du Texas. Les condamnés ne sont transférés dans cet établissement qu’une fois leur ordre d’exécution signé par le juge. Ce qui lui vaut le surnom de « Prison City ». Une famille d’Huntsville sur deux à un de ses membres qui travaillent pour l’administration pénitentiaire locale.

L’avocate de M. Buck, Kate Black, a déclaré : « Nous sommes soulagés que la Cour suprême américaine ait reconnu l’injustice évidente que de permettre que la race de l’accusé soit pris en considération dans les décisions de condamnation et, qu’elle ait accordé un sursis d’exécution à Duane Buck. Personne ne devrait être mis à mort basée sur la couleur de sa peau.»

Le gouverneur du Texas, Rick Perry, à qui l’on a demandé de stopper l’exécution jeudi, mais qui a refusé de le faire, était dans le comté de Jefferson en Iowa jeudi soir pour amasser des fonds pour sa campagne présidentielle républicaine de 2012. Rick Perry a, à son actif, plus de 230 exécutions qui ont lieu pendant ses mandats de gouverneur depuis décembre 2000.

Six autres détenues pour les mêmes raisons ont obtenu de nouvelles procédures. Malgré tout, ils ont tous été reconnus coupables de nouveau.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share