Steven Monjeza, à gauche, et Tiwonge Chimbalanga, un couple homosexuel, ont été condamnés pour des actes contre nature et indécence à Blantyre, au Malawi, Mardi18 mai 2010

Un couple gai a été reconnu coupable d’actes contre nature et de grossière indécence au Malawi

Steven Monjeza, à gauche, et Tiwonge Chimbalanga, un couple homosexuel, ont été condamnés pour des actes contre nature et indécence à Blantyre, au Malawi, Mardi18 mai 2010

Steven Monjeza, à gauche, et Tiwonge Chimbalanga, un couple homosexuel, ont été condamnés pour des actes contre nature et indécence à Blantyre, au Malawi, Mardi18 mai 2010

Au Malawi, un couple gai a été reconnu coupable mardi d’actes contre nature et de grossière indécence. Le couple a tenu une cérémonie de fiançailles dans une nation insulaire où l’homosexualité est largement considérée comme inexistante ou quelque chose à supprimer de la société.

Tiwonge Chimbalanga, 33 ans, et Steven Monjeza, 26, font face à 14 ans de prison. Le magistrat a dit qu’il portera se sentence, demain, jeudi.

L’affaire a attiré l’attention dans le monde entier comme un autre exemple du large sentiment antigai en Afrique. Une loi récemment proposée en Ouganda propose que les homosexuels soient exécutés dans certains cas.

Le Malawi, est un pays profondément appauvri, pays enclavé de 14 millions d’habitants, a également reçu une condamnation internationale pour leurs procédures judiciaires contre ces deux hommes gais. Mais la plupart de ses dirigeants – politiques et religieux – ont réagi avec mépris. Le mois dernier, le président Bingu wa Mutharika a cité l’homosexualité comme « mal et mauvais aux yeux de Dieu » et un « acte que nous Malawites ne faisons tout simplement pas. »

Bingu wa Mutharika (né le 24 février 1934 sous le nom de Brightson Webster Ryson Thom) est le président de la République du Malawi depuis mai 2004.

Bingu wa Mutharika (né le 24 février 1934 sous le nom de Brightson Webster Ryson Thom) est le président de la République du Malawi depuis mai 2004.

Le magistrat Nyakwawa Usiwa Usiwa, en rendant son jugement mardi devant tribunal à Blantyre, capitale commerciale du pays, a également été très sévère. Il a fait référence au crime de « sodomie », en utilisant un langage datant d’un Malawi sous l’Empire britannique.

Il a trouvé les deux hommes coupables de « connaissance charnelle» qui était “contre nature. ” Il a dit que les deux ont « vécue ensemble comme mari et femme », ce qui « transgresse les normes reconnues au Malawi.”

Comme le jugement a été traduit pour eux de l’anglais en chichewa, les défendeurs ont à peine bronché. Puis, ils se sont hâter d’évacuer les lieux par la porte arrière, échappant à une foule qui scandait des railleries et célébrait déjà leur inculpation.

Le couple a été en prison depuis le 28 décembre, deux jours après, ils organisèrent une fête de fiançailles – un chinkhoswe en chichewa – à Blantyre au pavillon où M. Chimbalanga a travaillé comme cuisinière et femme de ménage, se référant à lui-même comme « Tante Tiwo» et insistant sur le fait qu’il était une femme.

Cette célébration publique a attiré des dizaines de personnes non invitées. Certains ont hué pendant la cérémonie. Un coup de téléphone a été fait au journal local, qui a publié un article en première page avec comme titre « les tourtereaux gais » prenait part à « la première activité publique homosexuelle enregistrée dans le pays. »

Lors de leur arrestation, les deux hommes ont fait des déclarations à la police qui ont ensuite été considérées comme incriminantes. Bien que le médecin a témoigné qu’il n’a trouvé aucune preuve que les deux amants avaient commis des actes sodomites, le magistrat a dit qu’il s’est fondé sur les mots que les accusés ont dits eux-mêmes. Ils ont affirmé qu’ils se caressaient mutuellement et qu’ils ont eu des relations sexuelles anales pendant au moins cinq mois avant d’annoncer leur relation publiquement. »

Le verdict fut une déception pour les quelques Malawiens qui avaient ouvertement soutenu les accusés. « Autant que je m’attendisse à un verdict de culpabilité, j’espérais encore un miracle », a déclaré Dunker Kamba, administrateur d’un groupe qui offre des conseils sur le SIDA.

Undule Mwakasungula, la tête d’un groupe de droits de l’homme, a qualifié le verdict d’un autre signe de rejet du pays de ce qui est communément appelé le “gayisme” au Malawi. Il a dit, « Nous ne pouvons pas nier que nous avons des gens gais au Malawi et qu’ils méritent d’être traités avec compréhension et justice. »

M. Monjeza a grandi dans la banlieue de Blantyre. Ses proches ont à maintes reprises déclaré qu’ils se sentent déshonorés et ne l’accueilleraient jamais de nouveau.
M. Chimbalanga a été élevé dans un petit village au-delà des immenses plantations de thé qui dominent le district de Thyolo, à 100 km de Blantyre. Son oncle, le chef du village, le bannit pendant ses années adolescentes, mais ses cinq frères et sœurs lui sont restés fidèles. Ils pensent que leur frère est « ensorcelé ». À la fin de la procédure, mardi Mauya Msuku, l’avocat de la défense, a déclaré que le couple gai souffre de  » désorientation sexuelle  » et profiteraient beaucoup plus de pardon et de conseil que de les placer avec des criminels endurcis.

S’exprimant au nom de la poursuite, cependant, Barbara Mchenga a exhorté le magistrat d’examiner la cicatrice que cette infraction laissera sur notre morale. Les deux n’ont montré aucun remords et sont en quelque sorte fiers de ce qu’ils ont fait.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share