Umberto Rossi et Silvio Berlusconi Premier ministre de lItalie

Retour du fasciste italien avec la Ligue du Nord

La Ligue du Nord, parti xénophobe, autonomiste et anti-européen, dirigée par Umberto Bossi.
Paradoxalement pour un mouvement ancré dans les régions du nord, ses positions très hostiles à l’immigration illégale lui ont fait gagner les élections municipales de Lampedusa, la commune la plus méridionale de l’Italie et la plus exposée aux débarquements de clandestins. Ce parti politique italien possède un journal La Padania, une télévision, Tele Padania et d’une radio (Radio Padania libera).

Umberto Bossi et Silvio Berlusconi Premier ministre de lItalie

Umberto Bossi et Silvio Berlusconi Premier ministre de lItalie

Dans les années 90, cette formation autonomiste du nord de l’Italie exigeait ni plus ni moins que le détachement des provinces du nord du reste de la République. Depuis, la formation séparatiste a mis un peu d’eau dans son vin. La Ligue préfère aujourd’hui plaider pour un projet fédéraliste.

Classée à droite par la presse internationale et malgré ses contacts avec des formations d’extrême droite comme le Vlaams Belang, la particularité de la Ligue pratique une politique xénophobe. Ils ont proposé ouvertement Noel dernier, un Noel « Blanc ». Dans leurs radios, journaux… Imaginez l’atmosphere. Dans des villes italiennes où l’immigration atteint plus de 30 %, la violence risque d’éclater.

Paul Kreiner constate que la Ligue du Nord d’Umberto Bossi n’est plus un parti protestataire, mais un parti territorial profondément enraciné dans le Nord de l’Italie. Ce sont surtout les nombreuses voix des ouvriers, qui votent traditionnellement à gauche, qui lui ont permis de remporter une belle victoire. « Rome, “la voleuse », est devenue la ville la plus blâmer d’un pays dont les partisans de la Ligue du Nord ne voulaient plus.

En novembre 2007, Umberto Bossi affirmait encore que ‘les esclavagistes et les colonialistes ‘ siégeaient à Rome : ‘Je peux compter sur 300 000 hommes, prêts à prendre les armes. Ils sont prêts à tout, même à mourir’. (…) Tout cela fait partie du folklore, qui cache une politique d’extrême droite, empreinte de xénophobie et de racisme. Les membres de la Ligue ont même déclaré qu’on devrait pouvoir tirer sur les ‘bateaux de réfugiés qui salissent la mer Méditerranée ‘. La nuit, les troupes de la Ligue parcourent la Vénétie pour agir ‘contre les étrangers et les trafiquants de drogue ‘. Dernièrement, les ‘Leghisti’ locaux [les léguistes] ont même promené un cochon sur un terrain qui doit accueillir une mosquée. »

La ligue prétend que les nouvelles vagues d’immigration font augmenter la criminalité, pourtant dans les faits, elle a diminué depuis les cinq dernières années. C’est quand même incroyable qu’en 2010, un tel raciste exercé aussi ouvertement et même politisé soit encore possible.

httpv://www.youtube.com/watch?v=_3llPVazruA

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share