Qui a assassiné le Président haïtien Jovenel Moïse?

En Haïti, à Pétion-Ville, dans les petites heures du matin du 7 juillet 2021, un commando de tueurs professionnels accède à la propriété privée du Président haïtien Jovenel Moïse et l’assassine. Apparemment, le tiers occidental de l’ile d’Hispaniola attire toujours les convoitises, que ce soit par la France, États-Unis, Chine et surtout les Haïtiens eux-mêmes.

L’assassinat de Jovenel Moïse, est survenu le 7 juillet 2021 lorsque le 58e président de la République d’Haïti Jovenel Moïse a été assassiné par un groupe d’hommes armés à son domicile à 1 heure du matin (heure locale)

Assumant les fonctions présidentielles le 7 février 2017, Jovenel Moïse a eu sa part de manifestations violentes contre son gouvernement. Avant son saut en politique,  Jovenel Moïse  PDG d’Agritrans,  reçoit une subvention de 6 millions de dollars de la part de nul autre que le Président en place de l’époque, Michel Martelly, un proche ami.

Dans cette nuit du 6 au 7 juillet 2021, un groupe de 28 hommes comportant au moins 21 mercenaires colombiens et  quelques américano-haïtiens pénètre chez le Président haïtiens. Ces 28 hommes armés jusqu’aux dents, le tueront sauvagement (on lui casse les bras, lui crève un œil, le crible de douze balles) et blesseront son épouse. Ceci arrive sans aucune résistance de l’imposante garde présidentielle et de plus, dans cette ville qui abrite l’immuable bourgeoisie haïtienne, une oligarchie persistante composé d’arabo-haïtiens corrompus qui conduisent le pays à leur guise depuis belle lurette.

Donc, Jovenel Moïse, fils du peuple dira-t-on, arrive au pouvoir financé, comme son prédécesseur Michel Martelly, par ce cartel d’oligarques ripous bien connus. Corrompu lui-même, accusé dans un rapport de la cour des comptes sur PetroCaribe (dilapidation de 3.8 milliards de dollars américains), Jovenel nageait allègrement avec ces requins. Certaines vidéos récentes  de Jovenel Moise laissent croire que ce dernier s’est investit d’une mission plus salutaire devant l’appétit insatiable des ces richissimes Haïtiens.  Une de ces vidéos présente un Jovenel Moïse possiblement éméché divulguant un complot des oligarques haïtiens qui siphonnent MENSUELLEMENT un pactole de 42 millions de dollars (vidéo ci-dessous) aux coffres de l’État haïtien depuis des décennies.

Et maintenant, la piste américaine. Aucun assassinat de Présidents dans les Amériques ne se passe sans l’aval des organisations extraterritoriales américaines. Le défunt Président cubain Fidel Castro en sait quelque chose puisque ciblé plus d’une cinquantaine de fois par des nébuleuses américaines comme la CIA (Central Intelligence Agency) ou la DEA (Drug Enforcement Administration). Les Yankees ont tenté l’invasion de Cuba avec le débarquement de la Baie des Cochons dans les années 60, on envahit la Grenade en 1983, bombardé Mouammar Kadhafi en 1986, le Président serbe Slobodan Milosevic en 1999 et le Président iraquien Saddam Hussein en 2003. Cette funeste liste est quasiment interminable. Ils ont même joué un rôle décisif dans la mort du Président congolais Patrice Lumumba qu’ils jugeaient trop proche de la Russie.

Jovenel Moïse a aussi eu son rapprochement avec la nation russe au grand dam de l’Amérique russophobe. Très récemment, le Président haïtien recevait en grande pompe, au Palais National, un nouvel ambassadeur de la fédération russe à Port-aux-Princes. Le 2 juin 2021, sur son compte Twitter, le 58e Président de la république haïtienne émet : « J’ai reçu, ce mercredi 2 juin, les Lettres de créance accréditant Sergey Melik-Bagdasarov, en tant qu’Ambassadeur de la Fédération de Russie en Haïti. Au cours des échanges, nous avons évoqué les perspectives de renforcement des relations bilatérales entre les deux pays. »  Pour appuyer cette thèse funeste, on laisse couler que l’un des mercenaires assassin de Jovenel Moise aurait contacté le FBI (Federal Bureau of Investigation) durant sa cavale avant de se rendre. De plus, un autre des ces mercenaires qui s’est infiltré chez le Président haïtien le 7 juillet 2021 était un informateur de la DEA.

Dans les prochains mois, Haïti surchauffera de partout avec d’inévitables élections anticipés. Comme dit ce proverbe: « Changement de bouc met la chèvre en chaleur. »

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2019 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
Ok, J'accepte
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
OK, j'accepte
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre