Helen Zille avale le parti d'oppostion Les Démocrates indépendants afin d'offrir une plus grande opposition à l'ANC, le parti dirigé par Jacob Zuma, au pouvoir depuis 1994

L’opposition se fusionne contre Zuma et l’ANC

Helen Zille avale le parti d'oppostion Les Démocrates indépendants afin d'offrir une plus grande opposition à l'ANC, le parti dirigé par Jacob Zuma, au pouvoir depuis 1994

Helen Zille avale le parti d'oppostion Les Démocrates indépendants afin d'offrir une plus grande opposition à l'ANC, le parti dirigé par Jacob Zuma, au pouvoir depuis 1994

Le principal parti d’opposition en Afrique du Sud l’Alliance Démocratique a annoncé dimanche qu’il avait signé un accord de fusion avec un autre parti d’opposition, les Démocrates Indépendants.

L’accord entre la leader de l’Alliance Démocratique (DA Democratic Alliance), Helen Zille et la chef des Démocrates Indépendants (ID – Independent Democrats) Patricia de Lille, une  technicienne de laboratoire au Cap et syndicaliste vise à réduire la domination du parti au pouvoir, le African National Congress (ANC) qui sont toujours les favoris dans les prochaines élections de l’Afrique du Sud.

En 1994, les premières élections multiraciales ont lieu permettant à Nelson Mandela d’être élu président de la République sud-africaine. Depuis, l’ANC domine largement la vie politique sud africaine (60-70 % des voix aux différentes élections générales de 1994, 1999, 2004 et 2009).

L’ANC a remporté 66 pour cent des voix aux élections nationales l’année dernière et occupe actuellement environ les deux tiers des sièges au sein du gouvernement. La DA a remporté 17 pour cent des voix et l’ID environ un pour cent des votes l’an dernier.

Mme Zille, qui est également première ministre de la province du Cap-Occidental depuis le 6 mai 2009, a déclaré que cette stratégie permettrait à l’opposition d’offrir une meilleure représentation au niveau national et elle a laissé entendre que cela réduirait la domination de l’ANC au pouvoir. L’ANC reçoit la majorité de son appui du vote Noir, un héritage du rôle de l’ANC dans la lutte antiapartheid.

Qui est Helen Zille?

Les parents d’Helen Zille étaient des immigrants allemands qui avaient, séparément, fui l’Allemagne dans les années 1930 à cause notamment de leur ascendance juive.

En 1974, encore étudiante, elle devient journaliste au quotidien libéral « Rand Daily Mail ». Progressiste, opposée à la politique d’apartheid, elle publie dans les années 1980 une enquête minutieuse sur les conditions dans lesquelles Steve Biko, dirigeant du Mouvement de la conscience noire, était décédé après un interrogatoire de plusieurs jours par les forces de sécurité sud-africaines.

Le Congrès national africain (ou ANC pour African National Congress en anglais) est un parti politique d’Afrique du Sud membre de l'Internationale socialiste. Créé en 1912, à Bloemfontein  pour défendre les intérêts de la majorité noire contre la domination blanche, il fut déclaré hors-la-loi par le Parti national pendant l’apartheid en 1960. Il est relégalisé en 1990. L'apartheid a été aboli en juin 1991.

Le Congrès national africain (ou ANC pour African National Congress en anglais) est un parti politique d’Afrique du Sud membre de l'Internationale socialiste. Créé en 1912, à Bloemfontein pour défendre les intérêts de la majorité noire contre la domination blanche, il fut déclaré hors-la-loi par le Parti national pendant l’apartheid en 1960. Il est relégalisé en 1990. L'apartheid a été aboli en juin 1991.

Féministe, elle milite aussi au « Black Sash », une organisation féministe de défense des droits de l’homme de la gauche libérale d’Afrique du Sud.

Le 9 septembre 2007, elle est brièvement placée en garde à vue pendant trois heures alors qu’elle participait à une manifestation contre le trafic de drogue dans les quartiers pauvres du Cap. Relâchée après avoir été inculpée d’infraction à une loi sur les rassemblements illégaux, elle déclara que cette arrestation était arbitraire et politique, que la marche était pacifique et légale.

«Cette fusion nous rapproche de créer une nouvelle majorité qui peut remporter des élections à travers l’Afrique du Sud, dit-elle.

«La fusion de la DA et l’ID annonce le début d’une nouvelle ère dans notre cheminement afin de s’écarter de la politique de l’identité raciale, vers une politique de valeurs partagées.” Affirme Helen Zille, native de Jahannesburg, un 9 mars 1951.

Par contre, ce mariage ne fait pas l’unanimité. “Il est très regrettable que la voix politique pluraliste dans l’espace politique sud-africain ait été réduite,” a déclaré Jackon Mthembu, porte-parole de l’ANC.

Il ajoute “Nous lançons un appel à tous ceux les anciens membres de l’ID qui sont indignés par cet acte de traitrise de la part de leurs dirigeants à rejoindre les rangs de l’ANC.”

Les parties fusionnistes ont convenu de participer aux élections sous la bannière de l’Alliance Démocratique.

Les analystes politiques affirment que cette fusion politique est peu susceptible d’avoir un impact majeur à court terme sur le paysage politique sud-africain.

“Je ne pense pas qu’il aura un impact significatif, à ce stade, mais je pense que pour les élections de l’année prochaine… il pourrait y avoir quelques gains de l’Alliance Démocratique.” Estime, Ivor Jenkins, directeur de l’Institut pour la démocratie en Afrique du Sud.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share