De nombreuses sources indépendantes affirment que les prisons libyennes sont bondées de réfugiés d'Afrique noire

Les Noirs maintenant ostracisés en Libye

De nombreuses sources indépendantes affirment que les prisons libyennes sont bondées de réfugiés d'Afrique noire

De nombreuses sources indépendantes affirment que les prisons libyennes sont bondées de réfugiés d'Afrique noire

Le ministre néerlandais des Affaires étrangères Uri Rosenthal a réagi à la crise libyenne avec deux objectifs en tête : « Sortons citoyens néerlandais de la Libye en toute sécurité et assurons-nous que pas plus d’immigrants libyens atteignent l’Europe

Pendant ce temps, la réaction du gouvernement italien mettait l’accent sur la « menace d’une immigration massive en provenance de Libye

Depuis longtemps, la Libye a été une passerelle pour les jeunes Africains qui cherchent une vie meilleure en Europe et beaucoup d’entre eux ont terminé leur périple dans la nation nord africaine. Les réfugiés et les travailleurs migrants en provenance de la Somalie, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Sénégal, du Tchad, du Nigeria et d’autres pays d’Afrique subsaharienne sont victimes d’attaques selon des groupes de droits humains.

L’agence pour les réfugiés des Nations unies a déclaré mardi à Genève qu’il est de plus en plus préoccupé des dangers pour les civils, en particulier les demandeurs d’asile et des réfugiés d’origine africaine, pris dans la montée de la violence en Libye.

De nombreuses sources indépendantes affirment que les prisons libyennes sont bondées de réfugiés d’Afrique noire et ils craignent un génocide moderne qui pourrait se dérouler dans le dos de la communauté internationale.

Dans ce contexte, on peut lire sur le sort de milliers de réfugiés africains prisonniers à l’intérieur de la Libye. Pour ajouter à leur situation désespérée, le général Kadhafi les utilise comme mercenaires. L’histoire de ces mercenaires a bien sûr été largement publiée et racontée à travers la blogosphère africaine. Des blogueurs éthiopiens, érythréens et somaliens lancent un appel à l’aide désespéré.

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés est basé à Genève et est un programme de l'ONU. Il a pour but originel de protéger les réfugiés, de trouver une solution durable à leurs problèmes et de veiller à l'application de la Convention de Genève sur les réfugiés de 1951

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés est basé à Genève et est un programme de l'ONU. Il a pour but originel de protéger les réfugiés, de trouver une solution durable à leurs problèmes et de veiller à l'application de la Convention de Genève sur les réfugiés

Yusuf Ali Dirir, un blogueur somalien écrit : « Les rebelles en colère ciblent des Africains noirs après avoir entendu de l’information transmise par les médias occidentaux disant que le gouvernement se servait de mercenaires africains pour réprimer la révolte. “

Les Européens essaient de faire taire cette histoire. Ils veulent plutôt que nous voyons des images de pilotes Noirs évacuant des citoyens européens et américains vers Crète ou encore Chypre. Somalilandpress a dévoilé le lynchage de quatre immigrants somaliens en Libye. Selon toute vraisemblance, ces lynchages étaient en rapport avec l’histoire des mercenaires qui assassinaient des Libyens dans la rue de Tripoli.

L’Europe a une lourde responsabilité pour le bien-être des réfugiés en Libye. Les gouvernements européens, comme les Pays-Bas, ont aidé la Libye à créer un tampon contre l’immigration sud-africaine vers l’Europe. Qui ne se souvient pas de la récente visite de Kadhafi en Italie? C’était plutôt curieux de voir l’un des présidents les plus xénophobes en Europe recevoir Kadhafi, mais, en réalité, la visite a été conforme à la politique européenne d’utiliser la Libye comme une zone tampon contre l’immigration.

Le HCR, Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, a publié cette déclaration : «Le HCR craint pour la sécurité des réfugiés pris dans la violence libyenne. »

« Selon les réfugiés africains de la Somalie, l’Éthiopie et l’Érythrée être Noir en Libye est très dangereux pour le moment” a déclaré la porte-parole du HCR Sybella Wilkes à Reuters.

Elle ajoute que les manifestants libyens ciblent désormais les réfugiés noirs. «Un journaliste nous a fait savoir qu’ils sont pourchassés et soupçonnés d’être des mercenaires » dit-elle. « Ils disent qu’ils se sentent piégés et ont peur de sortir dehors, même s’il y a peu ou pas de nourriture la maison. »

En 2010, l’ONU  publiait un rapport sur le racisme en Libye contre les 2 millions de travailleurs migrants issus de l’Afrique noire.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share