Dans une région du Rwanda, une femme montre fièrement une carotte qu'elle a cultivée dans ses jardins après avoir participé à un project financé par l'ACDI

Le Canada envoie de l’argent au Sahel

Le gouvernement de Stephen Harper qui gère les affaires canadiennes d’une main de fer depuis 2004, a demandé hier aux Canadiens d’apporter leur soutien aux personnes touchées par la crise humanitaire qui sévit dans la région du Sahel en Afrique occidentale.

Dans une région du Rwanda, une femme montre fièrement une carotte qu'elle a cultivée dans ses jardins après avoir participé à un project financé par l'ACDI

Dans une région du Rwanda, une femme montre fièrement une carotte qu’elle a cultivée dans ses jardins après avoir participé à un project financé par l’ACDI

La situation humanitaire dans le Sahel s’est considérablement détériorée en 2012, en raison d’une combinaison de sécheresse, des pluies rares, des piètres récoltes, de la flambée des prix des aliments et des déplacements de populations. En conséquence, plus d’un million d’enfants de moins de cinq ans risquent de mourir de malnutrition aiguë sévère. On estime que 18,7 millions de personnes au Sahel, en Afrique de l’Ouest, sont touchées. Les pays les plus atteints par la crise sont le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad, la Mauritanie, le Sénégal, la Gambie et le nord du Cameroun.

Lois Brown, une femme d’affaires ontarienne qui tient le siège de la Secrétaire parlementaire du ministre de la Coopération internationale, a fait cette annonce au nom du controversé ministre de la Coopération internationale, Julian Fantino.

« Les Canadiens ont démontré qu’ils sont toujours prêts à aider ceux dans le besoin », a déclaré le ministre Fantino. « À l’heure actuelle, des millions de femmes, d’hommes et d’enfants dans le Sahel souffrent de la faim et de malnutrition sévère. Ceci est complètement inacceptable. Avec générosité des Canadiens, nous pouvons faire plus pour répondre à cette crise et soutenir les personnes dans le besoin. »

Le gouvernement du Canada a annoncé qu’il égalera le montant des dons fait par des Canadiens à tout organisme de bienfaisance canadien enregistrés et dévoué à la crise du Sahel à travers le Fonds de contrepartie pour le Sahel. Aucun plafond n’a été établi quant au montant que peut verser le gouvernement du Canada à ce Fonds.

Le gouvernement va également apporter une contribution initiale de 10 millions de dollars au fond de contrepartie. Cela permettra aux agences humanitaires de fournir de la nourriture immédiate et un soutien nutritionnel, des soins de santé d’urgence.

« Quand des vies sont en jeu, chaque minute compte », a déclaré Mme Brown. « Le Canada fait tout son possible pour fournir une assistance dans le Sahel. Il est essentiel que la communauté internationale organise son effort humanitaire et travaille ensemble, afin que nous puissions faire davantage pour atténuer les souffrances des personnes au Sahel. »

Malgré tout, le Canada est mauvais élève quand il s’agit d’environnement. Le pays de M. Harper est devenu, le lundi 12 décembre 2011, le premier pays à vouloir se retirer du protocole de Kyoto, qui représente un traité international visant à la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le premier ministre a même dit : « Kyoto est essentiellement un complot socialiste qui vise à soutirer des fonds aux pays les plus riches ».

Quoi qu’il en soit, Le Canada égalera les fonds recueillis à partir du 7 août jusqu’au 30 septembre 2012. L’Agence canadienne de développement international (ACDI), qui a pour mission de mener les efforts internationaux déployés par le Canada pour venir en aide aux personnes qui vivent dans la pauvreté, affectera ces fonds à des organisations canadiennes et internationales humanitaires pour soutenir les efforts qui profiteront aux gens qui sont les plus touchés par la crise alimentaire et la malnutrition.

Le gouvernement du Canada a déjà versé 47,5 millions de dollars en aide humanitaire au Sahel, par l’entremise de partenaires tels que la Coalition humanitaire, Vision mondiale Canada et le Programme alimentaire mondial (PAM) qui est l’organisme d’aide alimentaire de l’ONU.

Pour être comptabilisés, les dons doivent respecter ces conditions :

  • don versé par un Canadien
  • don individuel en argent de 100 000 $ ou moins
  • don versé à un organisme de bienfaisance canadien enregistré qui recueille les dons en réponse à la crise au Sahel
  • don précisément réservé à cette fin par l’organisme de bienfaisance en question
  • don fait entre le 7 août et le 30 septembre 2012

 

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share