Le pétrole est véritablement le successeur du charbon, qui avait rendu possible la première révolution industrielle. Son utilisation est également source de controverses, car ses utilisations conduisent l'homme à dégrader l'environnement.

La hausse du prix du pétrole fait monter la grogne au Soudan

« Le peuple est une matière inflammable »(Les adieux à la reine). C’est ce que se rend compte Omar el-Béchir, le président de plus de deux décennies du Soudan. L’insatisfaction s’exprime de nouveau mardi, alors que le public du mal à comprendre pourquoi leurs «frères et ses filles » avaient été abattus au cours de manifestations contre la hausse des prix du carburant.

Le pétrole est véritablement le successeur du charbon, qui avait rendu possible la première révolution industrielle. Son utilisation est également source de controverses, car ses utilisations conduisent l'homme à dégrader l'environnement.

Le pétrole est véritablement le successeur du charbon, qui avait rendu possible la première révolution industrielle. Son utilisation est également source de controverses, car ses utilisations conduisent l’homme à dégrader l’environnement.

«Nous sommes très en colère à propos de ce qui s’est passé parce que ces manifestants, leurs seules armes étaient des pierres et leurs cris », a déclaré Mohammed Yousouf, 50 ans, un enseignant dont le frère a été tué dans la ville d’Omdurman, la plus grande ville du Soudan situé en face de la capitale Khartoum.

« Pourquoi ont-ils été abattus? »

Mohammed affirme qu’il était fier de son frère, car en se joignant aux manifestations, il défendait le droit de son peuple.

« Les gens sont fatigués des discours et de la réforme économique et politique d’un régime qui a été au pouvoir pendant 24 ans », a déclaré Oussama Mohammed. Il vit à Omdurman où vivent la plupart des pauvres de la région de la capitale.

Le gouvernement a réduit les subventions à l’essence dans le but de stabiliser une économie en proie à l’inflation et un affaiblissement de la monnaie depuis que le Sud-Soudan s’est séparé en 2011, emportant avec elle la plus grande partie de la production de pétrole de Khartoum.

Les autorités affirment que 34 personnes sont mortes depuis le prix de l’essence et du diesel a bondi de plus de 60 pour cent le 23 septembre 2013. Cette cherté à envoyée des milliers de gens dans les rues et a provoqué la plus importante protestation urbaine dans l’histoire du président Omar el-Béchir.

Des militants et certains groupes internationaux de défense des droits pensent qu’au moins 50 personnes ont été tuées pendant le pic des manifestations la semaine dernière, la plupart d’entre eux dans la grande région de Khartoum.

Les étudiantes universitaires ont protesté pour une deuxième journée consécutive aujourd’hui avec des manifestations antigouvernementales au Soudan. La manifestation avec au plus 100 étudiantes est  «  sur une plus petite échelle » la reproduction de celle de lundi, ou la police a lancé du gaz lacrymogène dans le campus d’Omdurman  de l’Université pour femmes Ahfad .

De hauts responsables du Parti du Congrès soudanais , un petit parti d’opposition avec une base dans les universités, ont confirmé que leur président Ibrahim Elsheikh avait été arrêté.

[pullquote_right]Certains importants pays producteurs de pétrole, dont certains sont exportateurs nets, ne sont pas membres de l’OPEP. C’est le cas du Canada, du Soudan, du Mexique, du Royaume-Uni, de la Norvège, des États-Unis, de la Russie et d’Oman[/pullquote_right]Des manifestants soudanais ont fait écho aux appels à la chute du régime faite par des manifestants durant les révoltes du printemps arabe 2011, qui a renversé les dirigeants de longue date en Tunisie, en Égypte, en Libye et au Yémen.

Le gouvernement prétend qu’il a arrêté des centaines de « criminels » et a dû intervenir la semaine dernière, quand les foules sont devenues violentes, attaquant les stations-service et des installations de la police.

Mais Ahmad Omer, 44 ans, a déclaré qu’un de ses proches – abattu lors d’une manifestation – n’était pas du genre à détruire des biens publics.

« Je crois que les gens ont le droit de manifester. Pourquoi le gouvernement les tire-t-il dessus? Ou si le gouvernement n’a pas tiré sur eux, ils doivent amener les responsables devant la justice », a déclaré un résident de Omdurman, une ville de plus de 2.4 millions d’habitants.

Dans son rapport 2013 qui a pour titre L’essor du Sud, le PNUD (Programme des Nations Unies pour le développement) situe le Soudan en 171e position sur 186 dans son Indice de développement humain (IDH). Cet Indice est basé sur trois critères : l’espérance de vie à la naissance, le niveau d’éducation, et le niveau de vie. La situation semble se dégrader puisqu’en 2011 elle se trouvait en 170e position.

Même son de cloche dans les autres secteurs de ses activités. En 2008 Transparency International classe le Soudan 173e sur 180 pays dans la corruption dans ses entreprises privées et dans son système judiciaire  156e sur 163 dans un autre rapport émis en 2007.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share