En tant qu’homme noir à évoluer au hockey dans les années 1940 et 1950, Herbert Carnegie a enduré sa part de racisme

Herbert Carnegie, préliminaire d’un Noir au Hockey professionnel

Le hockey est au Canada ce que le foot est à l’Afrique. C’est le sport qui fait la fierté d’une nation soumise à un hiver intense. Bien avant les PK Sbbban et Jarome Iginla, peu de Noirs ont tenté ce sport qui a ses débuts ne voulait pas d’eux dans ses rangs.

En tant qu’homme noir à évoluer au hockey dans les années 1940 et 1950, Herbert Carnegie a enduré sa part de racisme

En tant qu’homme noir à évoluer au hockey dans les années 1940 et 1950, Herbert Carnegie a enduré sa part de racisme

C’est ce que ne voulait pas entendre Herbert Carnegie. Né dans la ville de Toronto en 1919 de parents jamaïcains. Doué et agile, dès son jeune âge, Herb démontre des qualités hors du commun pour un joueur de hockey.

Jouant aux côtés de son frère Ossie, Carnegie a joué dans les rangs juniors de l’Ontario avant de passer dans la Ligue de hockey senior du Québec, où ils ont fait équipe avec Manny McIntyre de Fredericton, pour former la première ligne d’attaque noire dans le hockey professionnel.

Dans la Ligue de hockey senior du Québec qui deviendra Ligue de hockey du Québec, Herbert Carnegie joue avec l’illustre Jean Béliveau dans l’alignement des As du Québec. Pendant deux années, Herb comptera plus de buts que le « Gros Bill » qui deviendra la superstar des Canadiens de Montréal. Décédé en décembre 2014, M. Béliveau eut droit, avec raison, à des funérailles d’État.

Propulsé au rang de vedette locale, couronné meilleur joueur de la ligue en 1946, 47 et 49, la carrière de hockey de Herbert Carnegie aurait dû se poursuivre normalement dans la Ligue Nationale de Hockey (LNH), chez les pros. Il se présente dans le camp d’entraînement des Rangers de New York et impressionne. Mais il reçoit un camouflet de la part de l’organisation. La Ligue National de Hockey de l’époque est tout simplement raciste et refuse les Noirs sur ses patinoires.

Il aura fallu attendre en 1958 pour que le Canadien Willie O’Ree soit le premier noir à intégrer la LNH. Réussite non sans obstacle puisqu’il dit avoir régulièrement entendu dans la foule « Retourne dans le Sud!, Va cueillir du coton … ».

Herbert Carnegie reçoit l’Ordre de l’Ontario en 1996 et l’Ordre du Canada en 2003. Devenue aveugle, Herb meurt à Toronto en 2012.

Herbert Carnegie reçoit l’Ordre de l’Ontario en 1996 et l’Ordre du Canada en 2003.

Conn Smythe, une personnalité importante dans le monde du hockey sur glace que la LNH a rendu hommage en créant en 1966 le Trophée Conn Smythe (Conn Smythe Trophy) récompensant le meilleur joueur des séries éliminatoires fait alors cette allocution : « J’offre 100 000 $ à quiconque peut faire un Blanc d’Herb Carnegie! »

Après sa retraite du hockey en 1953, Carnegie fonde la « Future Aces Hockey School », l’une des premières écoles de hockey au Canada. En 1954, il a publié le « Future Aces Creed » qui promeut le respect, la tolérance, la diversité et l’esprit sportif chez les jeunes. Il publie aussi une autobiographie « A Fly in a Pail of Milk : The Herb Cranegie Story » (une mouche dans un pot de lait).

L’étoile du hockey s’éteint le 9 mars 2012 à l’âge de 92 ans. Sa carrière de hockeyeur fut reconnue quand il a été intronisé au Temple de la renommée des sports du Canada en 2001, et plus récemment au Temple de la renommée du sport de l’Ontario en 2014.

« Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques (FCP) du ministère du Patrimoine canadien pour ce projet »

Nouvelles similaires

  1. Philippe O'Dochartaigh
    Jan 03, 2015 - 05:16

    La ville de Val-d’Or (Abitibi-Témiscamingue, Québec, Canada) a adopté la résolution 15-178 dans le document ci-joint pour immortaliser la présence des frères Herbert et Ossie Carnegie au sein de l’équipe de l’ancienne mine Perron. Les frères Carnegie travaillaient alors comme mineurs, en plus de s’aligner avec l’équipe de hockey de la mine.

    http://www.ville.valdor.qc.ca/doc_pdf/01_comites/toponymie/20130211.pdf

    Répondre
  2. Romu Guyonnet
    Jan 03, 2015 - 02:31

    Hermann Akono

    Répondre
  3. Kevin B-Austin
    Jan 03, 2015 - 04:08

    C pas d’hier que nous sommes les meilleurs!!?!

    Répondre
  4. Audace Karangwa
    Jan 04, 2015 - 12:14

    Kason Karangwa check sa champion 😉

    Répondre
  5. LeRévolutionnaire Unisson-nous
    Jan 04, 2015 - 01:49

    S’AVEZ VOUS WUE SES LES NOIR QUI ON INVENTÉ L’HOCKEY

    Répondre
  6. Steve Darbouze
    Jan 04, 2015 - 06:18

    Quand on aime le hockey…rien ne peut nous arrêter…je vous le confirme. Ce sport est fait pour tout ceux qui on la passion…la détermination…et le désir de vaincre. Bien qu’il en soit de même pour tout les autres sports, mais celui-ci distingue par sa rapidité et de l’énergie qu’on y déploie à chaque présence sur la glace (la preuve…les présences sont plus courtes si on compare aux autres sports).C’est dommage que les dirigeants on refuser un si grand athlète qui avait fait preuve de son talent…car sans aucun doute les Maurice Richard, Jean Béliveau et Gordie Howe auraient eu un sérieux adversaire ou un excellent coéquipier .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share