L’Égypte de Moubarak s’écroule

À la suite de nombreuses protestations contre son administration, le président égyptien Hosni Moubarak a déclaré un couvre-feu pendant la nuit de vendredi dans trois villes – Caire, Alexandrie et la ville de Suez. Le gouvernement Moubarak a aussi déployé l’armée afin d’aider les forces policières à contenir le peuple égyptien qui est tout simplement en furie.

L'objectif principal des manifestants en Égypte est d'obtenir la démission du président égyptien Hosni Moubarak, au pouvoir depuis le 14 octobre 1981.

L’objectif principal des manifestants en Égypte est d’obtenir la démission du président égyptien Hosni Moubarak, au pouvoir depuis le 14 octobre 1981.

La police a placé lauréat du Prix Nobel, Mohamed El Baradei, en résidence surveillée, après avoir rejoint des dizaines de milliers de manifestants dans la capitale.

M. El Baradei avait annoncé vouloir être candidat pour l’élection présidentielle de 2011 qui se déroulera en septembre 2011. Le 24 février 2010, il a rencontré plusieurs chefs de l’opposition et intellectuels notables au Caire. La réunion s’est conclue par l’annonce de la création d’un nouveau mouvement politique, l’Association nationale de changement.

L’homme de 68 ans, ancien Directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) est un militant du pays pour la démocratie et avait fortement critiqué la politique américaine vis-à-vis de l’Iran et de la Corée du Nord, qui selon lui ne permet pas de résoudre la question des armes nucléaires dans ces deux pays.

Il est retourné au pays, jeudi soir, après avoir fait un mois à l’étranger, en déclarant qu’il était prêt à mener l’opposition à un changement de régime.

Il avait mis en garde M. Moubarak, qui gouverne l’Égypte depuis octobre 1981, que son régime était à bout de souffle.  Les manifestants demandent effectivement la démission du gouvernement, accusé de dilapider les fonds publics.

Le chômage, le manque de logements, l’augmentation des prix des biens de première nécessité et le manque de liberté d’expression sont également des causes importantes des manifestations.

Vendredi matin, la police a tiré avec des canons à eau sur El Baradei et violenté certains de ses partisans qui assistaient à une manifestation au Caire.

M. El Baradei a été emprisonné à l’intérieur d’une mosquée alors que des centaines de policiers antiémeutes en firent le siège, projetant des gaz lacrymogènes dans les rues.

Ces protestations surviennent quelque temps après les troubles dans le monde arabe qui ont renversé le leader Tunisien et encouragé les manifestants à surmonter les peurs profondes de leurs dirigeants autocratiques et de descendre dans la rue.

L’Égypte, cependant, est considérée comme un poids lourd de la diplomatie moyen-orientale, en partie en raison de son traité de paix avec Israël, et parce qu’il est l’un des Alliés les plus importants des États-Unis dans le monde arabe.

Mohammed Hosni Moubarak est né le 4 mai 1928. Après l'assassinat du président de la République Anouar el-Sadate, en octobre 1981, Hosni Moubarak lui succède au poste de chef du gouvernement et se présente à la présidence de la République, élection qu'il remporte le 14 octobre 1981

Mohammed Hosni Moubarak est né le 4 mai 1928. Après l’assassinat du président de la République Anouar el-Sadate, en octobre 1981, Hosni Moubarak lui succède au poste de chef du gouvernement et se présente à la présidence de la République, élection qu’il remporte le 14 octobre 1981

Les événements constituent aujourd’hui un dilemme pour les États-Unis, qui a professé son souhait de voir la démocratie se propager à travers le Moyen-Orient.

En 2003 l’Égypte s’opposait à la Guerre en Irak de 2003, arguant du fait que le conflit israélo-palestinien était prioritaire.

L’Égypte était pourtant un membre de la coalition dans la Guerre du Golfe en 1991 et le Corps expéditionnaire égyptien était parmi le premier à se rendre au Koweït pour refouler les forces irakiennes.

Le Département d’État américain a déclaré vendredi que « qu’une réforme est vitale » pour l’Égypte à long terme bien-être et que le gouvernement égyptien doit considérer son peuple comme un partenaire et non une menace.

Selon Al-Jazira, le nombre de décès des  manifestations antigouvernementales est de 18, avec 13 personnes tuées dans la ville portuaire de Suez.

Au moins 1.030 personnes ont été blessées lors des manifestations de vendredi, certains dans un état grave avec des blessures par balle, selon des sources médicales.

S’exprimant à la télévision nationale, le président a dit qu’il avait ordonné au gouvernement de démissionner et qu’il allait nommer un nouveau gouvernement samedi.

Avant l’annonce du président Moubarak, le président du Parlement égyptien a déclaré que le président était contrôle malgré le chaos qui engloutit la capitale et plusieurs autres villes.

Des véhicules militaires blindés roulent sur les rues de la capitale, vendredi soir dans une tentative pour étouffer les protestations, mais les bâtiments ont été incendiés, et des affrontements violents se poursuivent après une journée de colère sans précédent.

Avant que l’accès à Internet fût coupé jeudi soir, les militants affichaient des messages à l’aide et l’échange de site web sociaux tels Facebook et Twitter, qui regroupe plus de 30 mosquées et les églises où des manifestants tentaient de s’organiser.

Un manifestant a déclaré : « C’est effectivement le début de la fin du régime. Ce gouvernement a été averti qu’il fallait faire des réformes, mais ils ont ignoré les appels au fil des années »

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share