Les changements au niveau des pratiques policières?

La Ligue des Noirs du Québec a pris connaissance que le Comité consultatif sur la réalité policière doit présenter son rapport aujourd’hui le 25 mai 2021. Verra-t-on inscrit sur papier les bonnes pratiques qui se retrouvent ailleurs qu’au Québec? Est-ce que ce Comité se positionnera en fonction d’une refonte véritablement musclée de la Loi sur la police impliquant la création de disposition légales venant renforcer les chartes des droits et libertés de la personne? Nous attendons avec impatience: la réalité policière n’est pas nécessairement la réalité des citoyens.

En août 2019, un rapport remis au SPVM intitulé Les interpellations policières à la lumière des identités racisées des personnes interpellées a établi que des disparités systémiques étaient observables dans la pratique des interpellations au SPVM.

La réalité est que lorsqu’un policier commet des fautes ou des violations aux lois ou aux règlements le système actuel les protège et fait en sorte de les encourager à recommencer avec des peines si légères que l’on ne peut parler vraiment de peines exemplaires.

Les citoyens ont compris depuis un moment déjà qu’il y a deux poids et deux mesures selon l’identité des personnes concernées et les fautes commises. Poursuivre un policier et son employeur pour fautes est en soi plus souvent qu’autrement le début d’une saga judiciaire au bout de laquelle le citoyen victime reçoit une misérable pitance en guise d’indemnisation au bout de plusieurs années. Au cours de celles-ci il aura bien entendu déjà versées en taxes diverses à la ville plusieurs fois le montant qu’on lui aura donné en indemnisation s’il gagne le recours.

Certains policiers sont tannés de la mauvaise presse faite à leur égard. Ils étaient ou et faisaient quoi pour empêcher les mauvais comportements de certains de leur collègue . Les chiffres ont ne les invente pas il y a une problématique grave de profilage racial et le profilage racial est en soi un problème de nature systémique. À partir du moment où vous savez qu’il y a du profilage racial quelque part c’est qu’il y a forcément de la discrimination systémique.

Bien que le premier ministre du Québec n’ait pas voulu reconnaître l’existence de la discrimination systémique. Celui ci a agi et agi encore contre le racisme : nous avons une série de mesures qui ont déjà été annoncées par le gouvernement québécois. Lorsque le gouvernement du Québec a créé le ministère contre le racisme après avoir été sollicité en ce sens il était clair qu’il y aurait du changement au Québec.

Ce que nous voulons est que les artisans des changements à venir pour régler les problématiques de profilage racial et de racisme soit aussi dynamique sinon encore plus que le premier ministre du Québec François Legault.

Si on pouvait voir ne serait-ce que la moitié de l’énergie déployée par François Legault dans ce qu’il considère être des dossiers importants alors là oui on pourra penser être à bord d’un navire sécuritaire et égalitaire pour tous.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2019 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
Ok, J'accepte
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
OK, j'accepte
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre