Fidel Castro, son frère le lieutenant Raúl Castro et le docteur Ernesto Guevara (dit « le Che ») ont donné à la révolution, officiellement nationaliste au départ, une orientation « marxiste-léniniste » au début des années 1960

La naissance de Cuba

Avant l’arrivée des conquistadors, Cuba était peuplée d’Amérindiens : les Siboney et les Tainos. La Monarchie catholique espagnole conquiert l’île au cours du XVIe siècle après la découverte de l’île par Christophe Colomb le 28 octobre 1492 et l’intègre à son empire. Au cours de quatre siècles, de nouvelles villes verront le jour dont Santiago de Cuba (1514) et La Havane (1515).

Le drapeau cubain est deux fois plus long que large. L'étoile blanche se nomme La Estrella Solitaria (« l'Étoile solitaire ») et s'identifie à la liberté chèrement acquise, le triangle est la représentation maçonnique de l'égalité et sa couleur rouge le sang versé lors des combats d'indépendance. Les bandes bleues représentent les ex-départements qui contrôlaient l'île et les blanches symbolisent la paix. Le drapeau cubain est adopté le 20 mai 1902, lorsque la République cubaine est instaurée, après que Cuba fut devenue indépendante de l'Espagne en 1898

Le drapeau cubain est deux fois plus long que large. L'étoile blanche se nomme La Estrella Solitaria (« l'Étoile solitaire ») et s'identifie à la liberté chèrement acquise, le triangle est la représentation maçonnique de l'égalité et sa couleur rouge le sang versé lors des combats d'indépendance. Les bandes bleues représentent les ex-départements qui contrôlaient l'île et les blanches symbolisent la paix. Le drapeau cubain est adopté le 20 mai 1902, lorsque la République cubaine est instaurée, après que Cuba fut devenue indépendante de l'Espagne en 1898

L’Histoire militaire de Cubacommence par les batailles pour acquérir l’indépendance. Depuis la révolution de 1959 par Fidel Castro, Cuba a été impliquée dans des conflits importants de la Guerre froide en Afrique et en Amérique latine où elle a soutenu les gouvernements marxistes et les rebelles qui se sont opposés aux alliés des États-Unis.

La Guerre Des Dix Ans (1868-1878) était la première de trois guerres que Cuba a enduré pour son indépendance vis-à-vis de l’Espagne. Elle a commencé le 10 octobre 1868, quand Carlos Manuel de Cespedes (1819-1874), riche propriétaire terrien, a libéré ses esclaves et a fondé une armée. La guerre s’est terminée par la victoire des Espagnols et le Pacte de Zanjón. Ce document également connu sous le nom de Paix de Zanjón ou de traité de Zanjón, daté du 10 février 1878, il établit la capitulation de l’Armée indépendantiste cubaine (Ejército Independentista Cubano) devant les troupes espagnoles, mettant ainsi un terme à la Guerre des Dix Ans. Cet accord n’avalisa aucun des deux objectifs fondamentaux de cette guerre, à savoir ni l’indépendance de Cuba, ni l’abolition de l’esclavage. Ce pacte garantit le maintien momentané de l’autorité espagnole, qui sera à nouveau remise en question lors de la Guerre d’indépendance cubaine.

Le pacte de Zanjon, selon lequel les mambises (terme espagnol, mambí, au singulier, se référe aux guérillerros antiespagnols cubains) acceptaient les conditions suivantes :

  • Capitulation sans condition des forces cubaines devant l’Armée espagnole ;
  • Accord sur l’affaiblissement et la démoralisation des troupes indépendantistes ;
  • Reconnaissance du Gouvernement espagnol comme la plus haute autorité régnant à Cuba ;
  • Formation de partis politiques ne luttant pas contre le pouvoir espagnol ;
  • Liberté seulement pour les esclaves qui militaient dans les troupes mambises ;
  • Liberté de la presse et liberté de réunion, à condition que ce ne soit pas là l’occasion d’attaquer l’Espagne.

Malgré cette situation, le major général Antonio Maceo continuait à obtenir d’importants succès contre l’Espagne. La position espagnol en tant que puissance mondiale avait décliné. À la fin du XIXe siècle ne lui restaient que quelques petites possessions dans l’océan Pacifique, l’Afrique et les Indes, la plus grande partie de son empire colonial avait acquis son indépendance, et un certain nombre des zones encore sous contrôle espagnol était susceptible de le faire.

Vers 1894, le capital américain investi dans les plantations de canne à sucre et les raffineries de Cuba représente environ 50 millions de dollars américains et le commerce annuel entre les États-Unis et Cuba une centaine de millions de dollars US. Le sucre constitue de loin le principal produit d’exportation et est écoulé principalement vers les États-Unis. Par ailleurs, un certain nombre d’adeptes du commodore Alfred Mahan, célèbre théoricien et stratège, voyaient dans cette île proche des États-Unis une zone propice à la création de bases navales.

Or, Cuba va connaître des troubles. Le petit peuple des peones y vivait déjà dans la misère, même au temps de la prospérité économique. Mais, après 1890, une série de difficultés rend leur situation encore plus intolérable : concurrence accrue du sucre de betterave européen, baisse du prix du sucre lors de la dépression de 1893 et surtout le tarif douanier Wilson-Gorman (1894) qui augmentait de 40 % les droits de douane sur le sucre et faisait disparaître la position privilégiée du sucre cubain sur le marché américain. Étant donné que le sucre représentait 80% des ressources de l’île, le résultat fut catastrophique. Les souffrances sociales qui en découlèrent et le mécontentement latent contre la domination espagnole – qui avait déjà amené dans le passé une série de révoltes, notamment en 1868-1878, – provoqua une rébellion en mars 1895 qui sera le début de la guerre d’indépendance cubaine.

Pages : 1 2 3 4

Nouvelles similaires

  1. SAMBA TOMBA JUSTES AXEL
    Sep 16, 2016 - 09:53

    Cuba c´est un pays de revoltes et de revolutions: la guerre d´independance avec les Mambis, la revolution Marxiste Leniniste de Castro. Il faut noter que la plupart des combattants Mambi étaient des Kongo, descendants d´esclavagisés d´Afrique Centrale et le terme  »Mambi » c´est un terme bakongo qui signifie les  » Mauvais », donc mauvais vis a vis de l´Espagne, qui voyait en eux les idées d´independance. et meme la revolution de Castro, il y avait plein des Noirs d´origine Bakongo.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share