Le 14 juillet 2011, le Soudan du Sud est officiellement admis comme 193e membre au sein de l'Organisation des Nations unies sans vote ni objection de ses membres. Sur la photo Salva Kiir (gauche) et Riek Machar.

Coup d’État avorté au Soudan du Sud

Le président Sud-Soudanais a déclaré lundi qu’il avait vaincu une tentative de coup d’État après une nuit de violents combats dans la capitale de la plus jeune nation du monde.

Les affrontements ont éclaté dans une caserne à proximité du centre-ville de Juba peu avant minuit et se sont répandus à travers la ville selon des témoins, ajoutant que de l’artillerie lourde et des mitrailleuses ont été utilisées.

L’ONU a annoncé que des centaines de civils terrifiés ont cherché refuge dans un camp appartenant aux Nations Unies, tandis que dans la ville la plupart des habitants se sont enfermés dans leurs maisons.

Le 14 juillet 2011, le Soudan du Sud est officiellement admis comme 193e membre au sein de l'Organisation des Nations unies sans vote ni objection de ses membres. Sur la photo Salva Kiir (gauche) et Riek Machar.

Le 14 juillet 2011, le Soudan du Sud est officiellement admis comme 193e membre au sein de l’Organisation des Nations unies sans vote ni objection de ses membres. Sur la photo Salva Kiir (gauche) et Riek Machar.

« Nous avons plus de 800 civils qui sont venus dans notre camp à côté de l’aéroport, en majorité des femmes et des enfants. Parmi eux, sept blessés, dont un garçon de deux ans dans un état critique », a déclaré un porte-parole de l’ONU à l’AFP.

« Il s’agissait d’une tentative de coup », a déclaré le président Salva Kiir, accusant son rival l’ancien vice-président Riek Machar qui a été limogé du gouvernement le 23 juillet 2013, d’avoir débuté les violences. M. Machar, marié à une politicienne Sud-Soudanaise, avait fait état de son ambition de briguer le poste de président de la République lors des prochaines élections du Soudan du Sud prévues en 2015.

Il est loin de l’époque où il était étudiant au Royaume-Uni, et décrochait un doctorat en philosophie et de la planification stratégique de l’Université de Bradford au milieu des années 1980 pour maintenant jouer les faiseurs de pluie au Soudan.

« Votre gouvernement est en contrôle de la situation de sécurité à Juba. Les assaillants se sont enfuis et nos forces sont à leur poursuite. Je vous promets que justice sera faite », a déclaré le président dans un discours à ses concitoyens.

Il ajoute, « Je ne vais pas permettre ou tolérer de tels incidents une fois de plus dans notre nouvelle nation. Je condamne fermement ces actes ».

Salva Kiir, élu en 2010 avec 93 % des voix des électeurs sud-soudanais, a déclaré qu’un couvre-feu de nuit sera imposé à partir de lundi 18 h à mardi 6 h et restera en vigueur jusqu’à nouvel ordre. Le porte-parole de l’armée Phil Aguer a également dit la radio locale que les troupes fidèles au président étaient « en contrôle de la situation ».

Les ambassades américaines et britanniques à Juba ont demandé à leurs ressortissants d’éviter les mouvements inutiles. L’ambassade des États-Unis a communiqué qu’il y a eu des incidents et des tirs sporadiques dans plusieurs endroits à travers Juba tout au long de la nuit. L’aéroport de Juba est fermé indéfiniment, alors que les frontières du pays avec l’Ouganda et le Kenya sont closes.

M. Machar mène un groupe dissident au sein du parti au pouvoir au Soudan du Sud – le Mouvement de libération du Soudan ( SPLM ) — et est considéré comme le principal opposant de M. Kiir.

Riche en pétrole et paradoxalement pauvre,  le Soudan du Sud a obtenu son indépendance en 2011 après que ses ressortissants ont voté à 98 % lors d’un référendum en faveur de se découdre du nord et former une nouvelle nation. La production de pétrole, principale source de revenus du Soudan du Sud, a été arrêtée pendant 15 mois jusqu’en avril à cause d’une discorde avec le Soudan, qui détient l’oléoduc principal d’exportation.

Les tensions politiques se sont aggravées au cours des dernières semaines, et plus tôt ce mois-ci lorsque des leaders clés du SPLM comprenant, M. Machar et Rebecca Garang, la veuve de John Garang qui fut le fondateur de l’Armée populaire de libération du Soudan (SPLA), la branche armée du SPLM,  ont fait une sortie publique contre le président Kiir, l’accusant d’être dictatorial.

L’Organisation des Nations Unies s’est dite «  profondément préoccupée » par les combats. « En tant que représentant spécial du secrétaire général de l’ONU, j’exhorte toutes les parties à cesser immédiatement les hostilités et faire preuve de retenue », a déclaré Hilde Johnson dans un communiqué.

« J’ai été régulièrement en contact avec les dirigeants clés, y compris au plus haut niveau pour appelé au calme », a-t-elle ajouté.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.