La Tanzanie republiera ses chiffres sur la COVID-19

Sous la présidence de son ex-dirigeant John Magufuli, un coronasceptique décédé 17 mars 2021 d’un problème cardiaque, la Tanzanie a cessé de publier les données de la COVID-19 en avril 2020 alors que les  derniers chiffres révélaient 509 infections et 16 décès.

La Tanzanie n’a pas demandé de vaccins via COVAX, une initiative ayant pour but d’assurer un accès équitable à la vaccination contre la Covid-19. L’OMS affirme que la Tanzanie fait partie d’une douzaine de pays, qui n’ont pas encore reçu de vaccins. Les derniers en ligne sur le continent noir à recevoir le vaccin sont, avec la Tanzanie, le Burkina Faso, le Burundi et l’Érythrée. Sur la photo: Samia Suluhu Hassan

Un nouveau groupe de travail tanzanien sur le coronavirus a recommandé hier que le gouvernement reprenne la publication de chiffres sur la propagation de l’infection quelque 13 mois après avoir cessé de fournir ces données.

Depuis la mort de John Magufuli plus tôt cette année, Samia Suluhu Hassan qui lui a succédé comme Présidente de la Tanzanie, une première femme pour ce pays qui borde l’océan Indien, a adopté une approche différente en créant un groupe de travail d’experts pour conseiller son gouvernement sur la meilleure façon de gérer la pandémie.

Les recommandations a donc été officiellement présentées à Samia Suluhu, née au Zanzibar, qui, contrairement à son prédécesseur, a pris l’habitude de porter un masque lors de ses manifestations publiques. Dirigé par Said Aboud de l’Université de Muhimbili (Muhimbili University of Health and Allied Sciences (MUHAS)), le comité a recommandé au gouvernement de fournir des statistiques précises sur la COVID-19 au public et à l’Organisation mondiale de la santé pour que les citoyens obtiennent des informations pertinentes sur la maladie et aussi dans le soin de respecter des accords internationaux.

Reconnu pour sa lutte contre la corruption John Magufuli a été élu pour un second mandat fin 2020. Le cinquième Président de la République de Tanzanie a passé la majeure partie de la pandémie à minimiser le virus. John Magufuli a affirmé qu’une chèvre et une papaye avaient été testées positif et promouvaient des médicaments alternatifs tout en éliminant la pertinence des vaccins. Mais alors que les cas montaient en flèche plus tôt cette année et que de hauts responsables étaient affectés par la maladie, le défunt président a admis que le virus circulait toujours.

Le gouvernement a déclaré que John Magufuli, surnommé le « Bulldozer» pour son style de leadership sans compromis, était décédé d’une maladie cardiaque à la fin du mois de mars après une mystérieuse absence de trois semaines.

Ses opposants politiques ont prétendu qu’il était atteint du coronavirus.

Depuis que sa vice-présidente Samia Suluhu a prêté serment, la Tanzanie a suspendu les vols en provenance de l’Inde et imposé des restrictions aux visiteurs, invoquant des inquiétudes concernant les nouvelles variantes de la maladie.

Tous les voyageurs entrant en Tanzanie doivent présenter la preuve d’un test COVID-19 négatif, tandis que ceux qui arrivent de hotspots ou de pays avec de nouvelles variantes peuvent être soumis à des tests supplémentaires ou à une mise en quarantaine obligatoire.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2019 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
Ok, J'accepte
Nous utilisons des cookies pour vous offrir la meilleure expérience de notre site.
En continuant sans modifier vos paramètres de cookies, nous supposons que vous acceptez cela.
OK, j'accepte
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre