Une autre prix pour l’écrivain haïtien Dany Laferrière

Dany Laferriere avce son livre, L'Enigme du retour

Dany Laferriere avce son livre, L'Enigme du retour

L’écrivain haïtien, Dany Laferrière,  reçoit la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale du Québec.

La Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale du Québec est décernée par le gouvernement provincial du Québec au Canada afin de souligner l’apport exceptionnel d’une personne à la culture québécoise en général. Aussi récipiendaire de cette prestigieuse récompense, Luc Plamondon, Ingrid Betancourt pour n’en nommer que quelques-uns.

Pour l’occasion, le premier ministre Jean Charest, la chef de l’opposition, Pauline Marois et le chef de l’Action démocratique du Québec, Gérard Deltell, étaient réunis au Salon de la présidence de l’Assemblée nationale.

 

Cette remise de prix, arrive près de 4 mois après qu’il recu le prix Médicis 2009. Effectivement, mercredi le 4 novembre 2009, le prolifique écrivain, fut coiffé du prix Medicis. Le prix Médicis est un prix littéraire français fondé par Gala Barbizan et Jean-Pierre Giraudoux le 1er avril 1958 afin de couronner un roman, un récit, un recueil de nouvelles dont l’auteur débute ou n’a pas encore une notoriété correspondant à son talent. Le prix lui fut accordé pour son excellent roman L’Énigme du retour.

Dany Laferrière, né Windsor Klébert Laferrière est un intellectuel, écrivain, et scénariste haïtien vivant au Canada, né à Port-au-Prince le 13 avril 1953. Il partage sa vie entre Montréal et Miami.

Dany Laferrière passe son enfance à Petit-Goâve avec sa grand-mère, Da (un des personnages marquants de son œuvre), où sa mère, Marie Nelson, l’envoie vers l’âge de quatre ans par crainte qu’il ne subisse des représailles de la part du régime de François Duvalier (Papa Doc), en raison des idées politiques de son père, Windsor Klébert Laferrière (maire de Port-au-Prince, puis sous-secrétaire d’État au Commerce et à l’Industrie), alors en exil. Il devient ensuite chroniqueur culturel à l’hebdomadaire Le Petit Samedi Soir et à Radio Haïti-Inter. Le 1er juin 1976, son ami journaliste Gasner Raymond, alors âgé de vingt-trois ans comme lui, est assassiné par les Tontons Macoute. À la suite de cet événement, craignant d’être « sur la liste », il quitte de manière précipitée Haïti pour Montréal, n’informant personne, à l’exception de sa mère, de son départ.

Lors de son arrivée à Montréal en juin 1976, il habite rue Saint-Denis et travaille entre autres dans des usines, jusqu’en novembre 1985, date à laquelle est publié pour la première fois un de ses romans, intitulé Comment faire l’amour avec un Nègre sans se fatiguer, qui lui donne une visibilité immédiate dans les médias et qui sera adapté pour le cinéma par Jacques W. Benoît en 1989, en plus d’être traduit en de nombreuses langues. Par la suite, il travaille pour diverses stations de télévision en tant que chroniqueur, ainsi qu’en tant qu’annonceur météo, tout en continuant son activité d’écriture à saveur autobiographique.

À partir de 1990, il vit à Miami avec sa famille en poursuivant son travail d’écriture, puis il se réinstalle à Montréal en 2002. À l’été 2007, il propose une chronique matinale sur Radio Canada (vers 8h15). Il est maintenant chroniqueur à l’émission de Marie-France Bazzo, Bazzo.tv, où il occupe le poste d’éditorialiste.

Laferrière se trouvait en Haïti lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010. Son épouse a reçu un courriel de sa main affirmant qu’il était sain et sauf. Il est rentré à Montréal où le 17 janvier il était honoré en étant élu la Personnalité de l’année 2009 du quoditien La Presse.

Rappelons que la Médaille d’honneur de l’Assemblée nationale est fabriquée en cuivre plaqué argent, fini mat. Elle est une reproduction de la médaille gravée par l’artiste Serge Santucci. L’avers représente une vue stylisée de l’Hôtel du Parlement. Le revers, qui illustre une effigie du premier orateur de la Chambre d’Assemblée du Bas-Canada, Jean-Antoine Panet, est une partie de la toile de Charles Huot Le Débat sur les langues qui orne la salle de l’Assemblée nationale. L’inscription 1792 indique les débuts du parlementarisme québécois.

httpv://www.youtube.com/watch?v=iu1SNYvDMQk

Nouvelles similaires

  1. SAMBA TOMBA Justes Axel
    Sep 11, 2016 - 01:31

    Bravo pour Dany et felicitations,nous suivons ces pas d’écritures

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share