À l'ouverture des travaux en 2006, le Gautrain est considéré comme le plus grand chantier ferroviaire d'Afrique

Un premier train à grande vitesse pour l’Afrique

Le Gautrain est un système de transport en commun de type train express régional situé dans la province du Gauteng (qui a inspiré son nom) en Afrique du Sud. Le premier train rapide (TGV) d’Afrique a donc commencé sa route dans sa nouvelle ligne à grande vitesse entre Pretoria et Johannesburg, ce mardi matin, en transportant 11 000 passagers entre les deux villes vers midi.

À l'ouverture des travaux en 2006, le Gautrain est considéré comme le plus grand chantier ferroviaire d'Afrique

À l'ouverture des travaux en 2006, le Gautrain est considéré comme le plus grand chantier ferroviaire d'Afrique

Le service entre Sandton à Johannesburg et la station de Hatfield situé à Pretoria s’est ouverte à 5 h 30 et vers 7 heures, il avait déjà transporté près de 2 000 passagers.

Toutefois, les chiffres sont bien en dessous des objectifs fixés par les responsables de Gautrain qui espèrent transporter jusqu’à un million de passagers toutes les deux semaines.

« Nous ne sommes pas encore à pleine capacité, nous espérons transporter jusqu’à 100 000 passagers par jour »,  d’après la déclaration de Jack Van der Merwe, le directeur général de l’Agence de gestion des Gautrain (GMA), aux journalistes mardi matin.

Un voyage entre les gares de Sandton et Pretoria prend environ 26 minutes, et 33 minutes s’écouleront pour le voyage de Sandton à Hatfield qui est l’ultime station de la ligne. Il est à espérer que la route va grandement soulager la congestion sur la route entre les deux villes.

Sibusiso Ndebele, le ministre des Transports sud-africain s’attend à une diminution de 20 % de la congestion sur les routes. « Les gens verront lors de leurs déplacements en voiture que le train sprinte juste à côté d’eux, alors qu’ils font du pare-chocs à pare-chocs dans une circulation dense. Ils seraient fous de ne pas l’utiliser », ajoute M. Ndebele, membre de l’ANC depuis 1974.

Les arrêts qui figurent le long du chemin de Hatfield comprennent Marlboro, Midrand, Centurion et Pretoria — avec un autre lien à Rosebank qui sera ouvert au public vendredi prochain.

Avec une vitesse de pointe de 160 km/h, chaque train est composé de huit wagons climatisés qui peuvent transporter jusqu’à 900 passagers, offrant un voyage en toute douceur tout le long du chemin. Les rames automotrices du Gautrain ont été construites par la société canadienne Bombardier Transport. « Parfois, nous nous démenons pour répondre à nos homologues internationaux en termes de normes, mais avec le Gautrain, nous les avons surpassés les demandes — tous les Sudafricains et Africains doivent être fiers de ce projet », a ajouté M.Ndebele.

Le 16 mai 2009, peu après avoir accepté le poste de ministre des Transports, Sibusiso "S'bu" Ndebele reçu une Mercedes-Benz S500 de 162 000 $ du groupe Vukuzakhe, des entrepreneurs émergents, qui ont reçu des contrats totalisant plus de 60 millions de dollars.

Le 16 mai 2009, peu après avoir accepté le poste de ministre des Transports, Sibusiso "S'bu" Ndebele reçu une Mercedes-Benz S500 de 162 000 $ du groupe Vukuzakhe, des entrepreneurs émergents, qui ont reçu des contrats totalisant plus de 60 millions de dollars.

Unanimement, les passagers qui ont utilisé le Gautrain lors de la journée d’ouverture s’entendent pour dire que ce nouveau transport transformera leurs déplacements. « Habituellement, cela me prend jusqu’à deux heures, pour arriver en classe, à Pretoria. Maintenant je peux m’asseoir tranquillement et arriver en un peu plus de 20 minutes », raconte Matthew Reuben un étudiant de l’Université de Pretoria.

En dépit de la commodité et la sûreté de l’installation, le coût des déplacements sur le réseau Gautrain reste controversé.  Bien que beaucoup moins cher que des voyages par L’aéroport international Oliver Reginald Tambo, le plus grand aéroport d’Afrique du Sud et le plus important aéroport d’Afrique, cela coutera de 15 $ à 17 $ selon l’endroit d’où l’on quitte, un seul voyage à Hatfield de Sandton coûtera 6 $, avec des réductions possibles pour les détenteurs de billets hebdomadaires et/ou mensuels. Pour le Sud-Africain moyen, c’est peut-être un peu cher, puisque plus de 43% de la population vit avec 440 $ par année, mais il reste que c’est un moyen de transport efficace.

Le lancement du Gautrain à Hatfield est l’achèvement du dévoilement d’un programme de développement d’infrastructure ferroviaire massif lancé par le gouvernement en avril dernier.

Cette initiative coutera plus de 4.4 milliards de dollars dépensés pour la modernisation des infrastructures, des systèmes de signalisation et du matériel se rapportant aux services du Metrorail à Johannesburg, Cape Town et Durban.

De plus, La Passenger Rail Agency of South Africa (PRASA)  entend dépenser un autre 14 milliards de dollars pour redonner vie à la banlieue et revigorer les services ferroviaires de longue distance sur les 18 prochaines années, fournissant de nouvelles voies et de destinations en Afrique du Sud.

« Le gouvernement fait de constants progrès pour s’assurer que le système ferroviaire devient l’épine dorsale du système de transport en Afrique du Sud », enchérit M. Ndebele.

Bien que le Gautrain a été largement salué comme une étape vers la résolution des problèmes des embouteillages de Gauteng, le coeur économique de l’Afrique du Sud où sont situés les principales mines d’or, les centres d’affaires et de finances et le siège du gouvernement, les coûts pour le projet ont explosé pendant la mise en oeuvre du projet.

Le coût initialement prévu pour le projet était fixé à 1 milliard de dollars en 2002, mais a augmenté de plus de 250 %. Les dernières projections de coûts publiés par le GMA dans son 19e rapport d’étape trimestriel fixent les coûts à 4.5 milliards de dollars.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share