Michaëlle Jean, née le 6 septembre 1957 à Jacmel (Haïti), est une animatrice de télévision et journaliste canadienne qui est devenue, en 2005, gouverneure générale du Canada.

L’honorable Michaëlle Jean

Michaëlle Jean, née le 6 septembre 1957 à Jacmel (Haïti), est une animatrice de télévision et journaliste canadienne qui est devenue, en 2005, gouverneure générale du Canada.

Michaëlle Jean, née le 6 septembre 1957 à Jacmel (Haïti), est une animatrice de télévision et journaliste canadienne qui est devenue, en 2005, gouverneure générale du Canada.

Michaëlle Jean, née le 6 septembre 1957 à Jacmel (Haïti), est une animatrice de télévision et journaliste canadienne qui est devenue, en 2005, gouverneure générale du Canada.  Elle est la troisième femme et la première  noire à occuper ce poste après Jeanne Sauvé et Adrienne Clarkson.

Née à Jacmel en Haïti, sa famille a fui Haïti en 1968, alors que François Duvalier était au pouvoir. Sa famille s’est établie à Thetford Mines, au Québec, alors qu’elle avait 11 ans.

Après un baccalauréat en langues et littératures hispaniques et italiennes, elle a obtenu une maîtrise en littérature comparée à l’Université de Montréal. Polyglotte, elle parle cinq langues (français, anglais, espagnol, italien et créole). Après ses études, elle enseigne, puis travaille pour un groupe qui aide les femmes victimes de violences conjugales.

C’est pendant cette période qu’elle apparaît dans un documentaire produit par l’ONF. Des gens de Radio-Canada la remarquent et la société l’embauche en 1988. Puis, CBC Television (l’homologue anglophone de la Télévision de Radio-Canada) l’engage en 1989 grâce à son bilinguisme français-anglais. Elle a animé différentes émissions, tant en français qu’en anglais : journal télévisé et entrevues, entre autres.

Michaëlle Jeanet son époux Jean-Daniel Lafond

Michaëlle Jean et son époux Jean-Daniel Lafond

Elle est mariée au cinéaste et philosophe français Jean-Daniel Lafond. Le couple a une fille adoptive de 8 ans, Marie-Éden, née à Haïti.

Né le 18 août 1944 à Désertines, banlieue ouvrière de Montluçon, en France, Jean Lafond se marie à 22 ans et a 2 enfants en 1967 et 1968. Ayant obtenu le CAPES, il est nommé professeur de philosophie au Lycée de La Châtre en 1971. À 28 ans, il se spécialise en communication audio-visuelle et obtient un poste au CRDP (centre régional de documentation pédagogique) de Poitiers.

Il part en mission au Québec en 1974. Divorcé en 1976, il épouse Claire Meunier, professeure en technologie éducative à la Faculté des sciences de l’éducation de l’université de Montréal et fondatrice du Groupe de recherche sur l’apprentissage et l’évaluation multimédias interactifs (GRAEMI), il se remarie ensuite avec Michaelle Jean.

Par le passé, Jean-Daniel Lafond a affiché une conviction indépendantiste dans ses documentaires. Cependant, suite à la nomination de Michaëlle Jean à l’un des plus hauts postes de pouvoir canadien, il nie avoir été souverainiste.

Étant donné que Jean-Daniel Lafond est né en France et Marie-Éden en Haïti, toute la famille vice-royale est née hors du Canada et des royaumes du Commonwealth, ce qui est une première pour l’histoire de la fonction.

Michaëlle Jean est par ailleurs la nièce du célèbre poète René Depestre. René Depestre est un poète et écrivain né à Jacmel en Haïti. Il publie en 1945 ses premiers vers dans le recueil Étincelles. Engagé dans la vie politique de son pays, il est incarcéré puis doit quitter son île natale pour partir en exil en France puis à Cuba. Il y exerce pendant près de vingt ans d’importantes fonctions aux côtés de Fidel Castro et Che Guevarra. Il continue à écrire des poésies et publie notamment Minerai noir en 1956 dans lequel il évoque les souffrances et les humiliations de l’esclavage.

Le 4 août 2005, Paul Martin, premier ministre du Canada, annonce que Michaëlle Jean devient le vingt-septième gouverneur général du Canada. La communauté haïtienne du pays, qui la voyait déjà comme une idole, s’est dite extrêmement réjouie de cette nomination ; certains se sont même rendus à Ottawa pour assister à son assermentation. Elle est la première personne noire à obtenir ce poste et la deuxième personne de mariage multi-ethnique (après Adrienne Clarkson) à occuper ce poste. Sa nomination est aussi marquée par le fait qu’elle est la première gouverneure générale qui vivra à Rideau Hall avec son enfant depuis Edward Schreyer.

Michaëlle Jean possédait lors de l’annonce de sa nomination la double nationalité. Son mari étant né en France, elle a donc acquis de facto la nationalité française lors de leur mariage. Le 23 septembre 2005, soit quatre jours avant son assermentation, elle décide de renoncer à celle-ci afin de ne pas créer d’imbroglio diplomatique étant donné le statut de commandante-en-chef des Forces armées canadiennes porté par la gouverneure générale.

Le 6 septembre 2005, elle rencontre avec sa famille les membres de la famille royale au château de Balmoral, comme il est de tradition avant l’assermentation du gouverneur

Michaëlle Jean et le président américain Barack Hussein Obama

Michaëlle Jean et le président américain Barack Hussein Obama

Sa volonté de « briser les solitudes » s’inscrit, au-delà du simple rapport entre les francophones et les anglophones du Canada, dans les relations entre les différentes communautés ethniques, linguistiques, culturelles, et de genre. Ayant, parallèlement à ses études universitaires, travaillé huit ans dans des maisons d’hébergement et de transition pour femmes victimes de violence conjugale, elle s’est aussi attachée durant son mandat à sensibiliser les différents gouvernements, qu’ils soient provincial, fédéral, mais aussi lors de ses visites d’État en tant que chef du Canada, à la violence faite aux femmes et aux enfants. Ainsi, elle tente de rencontrer divers groupes travaillant pour cette cause à travers le pays. « Car nos enfants ne peuvent faire entendre leur voix dans le discours public, sauf celle qu’on leur prête. Alors, tant pour leur bien que pour le nôtre, parlons haut et fort, et souvent, jusqu’à ce que la violence soit éliminée. »

Le 4 avril 2006, elle a lu le discours du trône après avoir rencontré Stephen Harper, qui en était à son premier budget fédéral. En mai 2006, elle fait un voyage en Haïti qui inspire les jeunes Haïtiens à rebâtir leur pays

Elle a décidé d’entreprendre un voyage d’État en Algérie, au Mali, au Ghana, en Afrique du Sud et au Maroc entre le 18 novembre et le 11 décembre 2006, « cinq pays qui méritent notre attention car la démocratie y progresse et des efforts considérables y sont déployés dans plusieurs domaines par une société civile dynamique avec le concours de nombreux coopérants canadiens » selon elle. Elle a encouragé les droits des femmes dans tous les pays qu’elle a visités, plus particulièrement dans les pays islamiques.

Au début de l’année 2007, Michaëlle Jean a dû annuler un certain nombre d’événements et de rencontres, Rideau Hall a déclaré à ce sujet qu’elle se sentait fatiguée. Par la suite, le bureau de la gouverneure générale a déclaré « La glande thyroïde de Son excellence ne fonctionnait pas normalement, ce qui l’a faite souffrir de la fatigue aiguë »

Michaëlle Jean émotive après le séisme haitien survenus en janvier 2010

Michaëlle Jean émotive après le séisme haitien survenus en janvier 2010

La vice-reine a de nouveau gagné des applaudissements, toutefois non partagés par tout le monde, des médias et le public pour ses actions après le séisme qui a dévasté son pays natal, Haïti, le 12 janvier 2010. Elle y a perdu son amie Magalie Marcelin, la marraine sa fille. La gouverneure générale, de concert avec le premier ministre du Canada, Stephen Harper, a assisté à une réunion d’urgence au ministère des Affaires étrangères. Il y a fait un discours émouvant, au bord des larmes avec quelques mots créoles pour le peuple haïtien, en remerciant le Conseil des ministres pour son action rapide et les médias canadiens pour leur couverture exceptionnelle.

Elle a ensuite participé à une veillée à Montréal, le 25 janvier 2010 à Rideau Hall avec le premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive. Entre 8 et 10 mars 2010, la gouverneure générale a effectué une visite en Haïti pour observer les dégâts de son pays natal et prendre connaissance de  l’aide canadienne. Elle s’entretiendra avec le président Préval.

Au printemps 2010, le Toronto Star annonce que le premier ministre Stephen Harper ne pense pas renouveler le mandat de Michaëlle Jean. Au début d’avril 2010, le quotidien présente un sondage pancanadien révélant que 57 % des Canadiens approuvent le travail fait par Mme Jean et que 43 % d’entre eux renouvellerait son mandat. Le 15 avril 2010, la gouverneure générale confirme que son mandat ne sera pas renouvellé le 27 septembre 2010.

httpv://www.youtube.com/watch?v=KLSdizg2sL8

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share