Mwai Kibaki

Maux de tête constitutionnels au Kenya

Mwai Kibaki

Mwai Kibaki, Président du Kenya

Le processus constitutionnel peut être un processus hasardeux, comme le réalisent nombreux Kenyans. Elle peut déchirer la nation. En 2005, les Kenyans ont tous bon espoir qu’ils obtiendraient une nouvelle constitution, après un processus qui a commencé trois ans auparavant. Mais toute l’affaire trempe dans un aura de suspicion et de magouilles politiques dans lequel les différences entre une faction alliée du  président Mwai Kibaki et une autre alliée à Raila Odinga sont mis a jour dans le pays de naissance du père de Barack Obama.

Il s’est avéré que les vrais problèmes dans le projet de constitution harmonisée ont été totalement éclipsés par une rivalité politique et la chose entière a dégénéré en une campagne politique entre les partisans du président et ceux ses rivaux.

Le résultat du référendum tenu en novembre 2005 a causé de lourdes pertes aux alliés au président. Le gouvernement s’est presque disloqué. Le Mouvement démocratique orange, l’un des partis qui forment maintenant la « grande coalition » au Kenya a vu le jour, et les Kényans se privaient d’une nouvelle constitution.

Avec un certain optimisme, les Kenyans espèrent que les choses soient différentes cette année. Peu après l’élection générale de 2007, le Comité d’experts (COE),sur la révision constitutionnelle, a été créé pour trouver les voies à prendre et moyens à utiliser afin de donner aux Kényans une nouvelle constitution.

Le comité a déposé son rapport le mois dernier et a immédiatement créé un mouvement d’optimisme. Mais à peine l’encre séchait sur le rapport final de la commission que des divisions ont commencé à apparaître sur différentes clauses du projet. L’une des questions les plus controversées a été l’inclusion des tribunaux de Kadhi. L’église est opposée à ce projet, disant que les musulmans auront un traitement spécial.

L’église se révolte également à la possibilité d’une légalisation de l’avortement. Le projet, élaboré par un comité d’experts, ne contient en réalité aucune référence propre à l’avortement, mais le Conseil national des églises (NCCK) et l’Église catholique s’insurgent contre une expression indiquant que « toute personne a droit à la vie » sans pouvoir définir là où la vie commence et se termine. Les dirigeants de l’Église sont catégoriques que toute ambiguïté, qui pourrait voir les droits à l’avortement au Kenya élargis, est inacceptable. En conséquence, l’Église a promis de mobiliser ses partisans pour rejeter la constitution. C’est la plus sérieuse menace contre l’adoption de cette nouvelle constitution, étant donné que le pays est de formé de 80 % de chrétiens.

Le pouvoir et l’église font mauvais ménage. N’a-t-on pas de séparé l’église et l’état à travers le monde? L’Église pourtant inclusive dans son message, une fois les rênes du pouvoir a la main, essaie de brimer certaines libertés individuelles. Le choix n’est-il pas un des fondements du Message?

Mais qu’amène exactement cette nouvelle constitution? Les Kenyans croient avoir résolu le problème d’accès à la présidence. Le nouveau document propose qu’un candidat à la présidence reçoive plus de la moitié des suffrages exprimés, et au moins 25 % des suffrages exprimés dans au moins la moitié des comtés pour être élu. Dans l’ancienne constitution, un candidat pouvait obtenir une majorité simple et au moins 25 % des voix dans au moins cinq provinces pour passer à la présidence. Cette clause particulière supprime la possibilité d’un candidat impopulaire à la présidence.

Les pouvoirs du président de nommer des représentants clés du gouvernement seront également approuvés par l’Assemblée nationale. Auparavant, la victoire d’un candidat à la présidentielle signifiait invariablement la victoire de la communauté d’où vient le président. Il nommait ses amis à des postes clés. Selon nouvelle constitution, le président sera fortement contrôlé sur ce point. Il ya des questions telles que la terre et l’environnement, de décentralisation des pouvoirs, le pouvoir judiciaire et la citoyenneté, qui ont été traitées dans le document proposé.

Les Kenyans estiment que si les politiciens s’unissent dans le débat sur une nouvelle constitution, le pays restera uni. Si le débat dégénère en une démonstration de force entre l’ODM et le Parti de l’unité nationale, cette division est susceptible de durer jusqu’en 2012, avec des conséquences qui pourraient être identiques à celles observées en 2008, lorsque des centaines des Kenyans ont été tués dans les violences postélectorales.

Une chose est sûre, la plaie est encore fraiche et la promulgation d’une nouvelle constitution pourrait soit la guérir complètement ou la saigner de nouveau. C’est la, toute l’inquiétude des Kenyans.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share