Un salon de tatouage à Pretoria à tenter de rendre cette journée encore plus mémorable en tatouant 67 de leurs clients d’une image permanente de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Madiba fêtait ses 94 ans

Hier, les politiciens, les syndicats et les ONG ont mis leurs différences de côté, pour offrir à l’ancien président Nelson Mandela sud-africain une effusion de bons voeux pour son 94e anniversaire.

D’ailleurs, c’était officiellement la Journée internationale Nelson Mandela (en anglais : Nelson Mandela Day), proclamée par l’UNESCO le 10 novembre 2009 et célébrée le 18 juillet de chaque année afin de commémorer la contribution de Nelson Mandela, militant de la cause antiapartheid et premier président noir d’Afrique du Sud, à « la promotion d’une culture de paix ».

Un salon de tatouage à Pretoria à tenter de rendre cette journée encore plus mémorable en tatouant 67 de leurs clients d’une image permanente de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Un salon de tatouage à Pretoria à tenter de rendre cette journée encore plus mémorable en tatouant 67 de leurs clients d’une image permanente de l’ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Afin de célébrer ce jour, on demande aux gens de faire preuve d’empathie et de tenter de réaliser une action hors du commun pendant 67 minutes, afin d’imiter Mandela, qui lui, s’est battu pendant 67 ans pour une justice sociale.

Les Sud-Africains ont parlé avec enthousiasme de la façon dont ils ont vécu leurs 67 minutes de service communautaire à l’occasion de cet anniversaire, en encourageant plus le bénévolat sur une base régulière.

« Au-delà des 67 minutes, faisons de chaque journée une journée Mandela », a déclaré Tokyo Sexwale au Musée Mandela. M. Sexwale, ministre sud-africain et ancien prisonnier politique emprisonné pour ses activités antiapartheid, poursuit son homélie :

«Nous, Sud-Africains, devons nous considérer comme les personnes les plus chanceuses, à ce moment, sur cette planète, pour vivre dans le même pays, respirer le même air et être sous le même Soleil que Nelson Mandela ».

Le Congrès national africain (ANC) a rendu hommage à son ancien chef, en disant : « Nous croyons que l’esprit de bonne entente découlant de la Journée Mandela a atteint son but afin de générer de la compassion, de l’empathie et transmettre des ondes positives entre les peuples. »

Musi Maimane, un porte-parole de l’Alliance Démocratique, a déclaré : « J’exhorte tous ceux qui ont participé à la Journée Mandela aujourd’hui de continuer à travailler sur leurs projets tout au long de l’année afin de donner plus au service communautaire. Aider les gens à surmonter leurs embuches quotidiens a finalement été la plus puissante façon d’honorer les valeurs et la vision de Madiba ».

Bantu Holomisa l’un des fondateurs du Mouvement démocratique uni (UDM), premier parti politique post-apartheid, a déclaré dans un discours à Zeerust : « En honorant son héritage, nous devons tirer des leçons de l’éthique impeccable de Madiba, sa tolérance, son leadership désintéressé, sa volonté de pardonner et de guider avec intégrité. »

You don't have a sufficient version of Flash Player to display this animation.

Le Syndicat national des mineurs a déclaré que son programme d’activités,  qui inclus la distribution de couvertures parmi les plus pauvres de Carletonville, une ville minière à 80 km de Johannesburg devait durer jusqu’à la fin de l’année.

Parti communiste sud-africain (South African Communist Party ou SACP), allié de toujours de l’ANC a déclaré que la tâche du pays était de construire une « véritablement démocratie en Afrique du Sud, non-sexiste et non-raciale en l’honneur de Madiba ».

Le ministre des Arts et de la Culture Paul Mashatile a remercié les personnes qui avaient fait du bénévolat pour avoir pris le temps de faire un changement dans la vie du peuple.

Le prince Mangosuthu Buthelezi chef fondateur du Inkatha Freedom Party (IFP – Partie Inkatha de la liberté), un parti politique conservateur à dominante zouloue, a établi des parallèles entre lui-même et Mandela, qui affirme l’avait aidé personnellement au fil des années. Outre leurs vies politiques, tous deux ont également perdu des enfants aux mains du VIH/sida.

« Comme nous sommes tous pris dans l’esprit de la Journée Mandela, j’espère que les leçons de paix et d’intégrité créeront un véritable changement », a déclaré M. Buthelezi qui en 1986 mena une guerre civile contre l’ANC qui ensanglanta le Natal.

Le Syndicat national des travailleurs de la métallurgie de l’Afrique du Sud, la plus grande union des travailleurs du métal avec 216.000 membres, a affirmé que c’est un rare moment pour célébrer le camarade Mandela et sa génération de révolutionnaires de principe…

La Ligue des femmes de l’ANC veut quant à elles que chacun s’embrasse en tant que nation et continue son bon travail afin d’oeuvrer pour une société cohésive.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share