Autorités ukrainiennes ont été particulièrement piqué par les commentaires de l'ancien joueur international anglais Sol Campbell qui, dans le programme Panorama, a averti les fans de l'Angleterre de ne pas voyager à l'Euro 2012 en raison de la menace d’actes de racisme et de violence. Campbell, qui a joué 73 fois pour l'Angleterre et est apparu à six tournois majeurs, a déclaré : «Restez à la maison, regardé le à la télévision. Ne prenez pas le risque parce que vous pourriez finir par revenir dans un cercueil ».

L’Euro 2012 teinté par la xénophobie et le boycottage

Le Championnat d’Europe UEFA de football 2012, communément abrégé en Euro 2012, est la quatorzième édition du Championnat d’Europe de football, compétition organisée par l’Union des associations européennes de football et rassemblant les meilleures équipes masculines européennes. Il se déroulera en Pologne et en Ukraine du 8 juin au 1er juillet 2012. Le match d’ouverture se jouera dans le tout nouveau stade national de Varsovie et la finale aura lieu au stade olympique de la capitale ukrainienne, Kiev.

Autorités ukrainiennes ont été particulièrement piqué par les commentaires de l'ancien joueur international anglais Sol Campbell qui, dans le programme Panorama, a averti les fans de l'Angleterre de ne pas voyager à l'Euro 2012 en raison de la menace d’actes de racisme et de violence. Campbell, qui a joué 73 fois pour l'Angleterre et est apparu à six tournois majeurs, a déclaré : «Restez à la maison, regardé le à la télévision. Ne prenez pas le risque parce que vous pourriez finir par revenir dans un cercueil ».

Autorités ukrainiennes ont été particulièrement piqué par les commentaires de l'ancien joueur international anglais Sol Campbell qui, dans le programme Panorama, a averti les fans de l'Angleterre de ne pas voyager à l'Euro 2012 en raison de la menace d’actes de racisme et de violence. Campbell, qui a joué 73 fois pour l'Angleterre et est apparu à six tournois majeurs, a déclaré : «Restez à la maison, regardé le à la télévision. Ne prenez pas le risque parce que vous pourriez finir par revenir dans un cercueil ».

L’Euro 2012 était censé être une célébration universelle non pas seulement du foot, mais aussi de la renaissance de la Pologne et de l’Ukraine, tout droit sortit de régimes totalitarismes. Les accusations de racisme et de xénophobie fusent de toute part contre l’Ukraine. Ce pays né le 24 aout 1991 de l’URSS est-il assez mature pour accueillir l’Euro 2012?

Emmanuel Kanavanga s’est exilé en Ukraine depuis 1992. Homme Noir, il fonde et préside Centre Afrique, un groupe représentant les personnes noires à Kiev, la plus grande ville du pays. Il s’est lié à une femme ukrainienne blanche, ses enfants sont métis. Malgré tout, lui-même affirme qu’il n’irait jamais assister seul à un match de foot, pas même si vous lui offrez 5 millions de dollars.

Et ce n’est pas le seul endroit que M. Kanavanga n’ose fréquenter. La nuit tombée, il ne s’aventure pas dans le métro. Un autre de ses membres qui a vécu pendant 15 ans dans ce pays, le second plus grand état de l’Europe, refuse catégoriquement de prendre le métro, prétextant qu’il ne veut pas y perdre la vie.

En janvier 2012, suite à une bagarre dans un bar dans la ville occidentale de Ternopil, le journal local titrait en première page: « les Arabes et les nègres se disputent nos prostituées.» En dessous siégeait un photomontage de deux singes avec un T-shirt se frottant à une femme blanche.

Au cours des élections de 2010, une publicité politique a montré une femme âgée entrant dans une église ukrainienne et réagissant avec horreur à la vue d’un homme noir portant l’habit orthodoxe, accompagné par le slogan : « . Nous allons défendre l’orthodoxie »

Selon Victor Chikelu, un étudiant Nigérian qui fut frappé et injurié par un ivrogne kiévien il y a deux ans, supplie les fans de ne pas boycotter l’Euro 2012.

Sa stature imposante ne l’empêche pas de ressasser le triste évènement. « J’ai pris l’habitude de vivre avec ce sentiment… Si je remarque quelque chose, je suis toujours prêt à réagir », se confie-t-il dans la ville qui dans quelques jours se transformera en une zone remplie d’écrans géants et de fans de toute l’Europe qui se masseront pour assister au tournoi coorganisé par l’Ukraine et la Pologne.

À une semaine du tournoi commandité par Adidas, l’Ukraine révèle à la face du monde un racisme crasse. Un documentaire britannique récent nous fait voir des voyous dans l’une des villes hôtes de l’Euro 2012 qui battent violemment un partisan à la peau foncée lors d’un match de championnat dans l’indifférence la plus totale de la foule.

Dans une vidéo, l’ancien joueur étoile de l’Angleterre, Sol Campbell, qui a participé à l’Euro 2004 au Portugal a demandé aux partisans de ne pas se rendre en Ukraine au risque de revenir dans un cercueil.

Les organisateurs ukrainiens se sont dits outrés par ces commentaires. Les autorités disent que l’Ukraine est calomniée par les personnes qui n’ont jamais foulé le pays. Mais les experts et les leaders communautaires ukrainiens confirment. Ils affirment que plusieurs dizaines de violences ethniques ont lieu, mais que les autorités n’enquêtent ni ne punissent les coupables.

Iryna Fedorovich une activiste du groupe No Borders s’exprime: « Si nous parlons d’attaques physiques et des cas de crimes haineux, c’est certainement un problème dans les grandes villes du pays ».

Malgré l’omniprésence du racisme en Ukraine, les dirigeants communautaires pensent que ce n’est pas une raison suffisante pour que les visiteurs étrangers aient peur d’y aller. En fait, ils croient que la tenue d’un évènement international majeur attirera l’attention sur le problème racial et promouvra la diversité.

« Le racisme est un problème en Ukraine, mais je ne pense pas que (Campbell) a eu raison de dire que vous reviendrez dans un cercueil », a déclaré Charles Asante-Eboa, président du Centre Africain en Ukraine, qui unit des dizaines de milliers d’étudiants et travailleurs africains.

Selon Oleh Motveitsov, du ministère de l’Intérieur l’Ukraine saura se montrer accueillant pour l’Euro 2012 et atteste qu’une atmosphère sécuritaire règnera pour les étrangers. Le fonctionnaire averti tout de même de rester en groupe et de ne pas s’attarder dans les ruelles sombres de la ville…

M. Chikelu peint un tableau sombre de la vie de l’homme Noir dans cette ancienne nation soviétique. Comme beaucoup d’autres étudiants africains, M. Chikelu a choisi pour son éducation l’école supérieure médicale de l’Ukraine, à cause du prix relativement abordable de 5 000 $ par an. Selon lui, ses collègues féminines restent dans leurs dortoirs après l’obscurité — et les hommes ont tendance à conduire en voiture ou prendre un taxi pour éviter les affrontements racistes.

Un autre étudiant nigérian, Olaolu Sunkalmi Femi, a comparu en cour cette semaine faisant face à des accusations de tentative de meurtre après s’être défendu contre une attaque par cinq Ukrainiens. Il repoussait ses assaillants avec une bouteille cassée, craignant pour sa vie, et certains d’entre eux ont subi des coupures légères. Selon ses avocats, s’il est reconnu coupable, il fera face de 10 à 15 ans de prison, et peut-être même à vie.

L’organisation No Borders espère que justice sera rendue, mais le seul fait qu’il soit accusé et enfermé est déplorable.

À part du racisme, l’Ukraine connait aussi une crise politique. Avec l’ancienne première ministre louia Tymochenko enfermée derrière les barreaux, les votes ukrainiens se dirigent maintenant vers le Svoboda. Un parti d’extrême droite. Condamnée à sept ans de prison pour abus de pouvoir, elle a entamé une grève de la faim. Les gouvernements de la France, de l’Allemagne, de l’Autriche et de la Belgique menacent l’Ukraine d’un boycottage politique si la situation de Ioulia Tymochenko ne s’améliore pas avant le début de la compétition.

Le Svoboda est le parti politique qui connait la plus forte croissance dans l’ouest de l’Ukraine. Ce symptôme adhère à une nation liée par le sang. Ils parlent de « pureté du sang » et de l’Ukraine comme « une race, une nation, une patrie ».

Mais pour l’instant, aucune politique efficace n’existe en Ukraine, de sorte que la mentalité raciste contamine la jeune génération. La xénophobie garde les fans à l’extérieur des frontières de la Pologne et l’Ukraine loin de l’Euro 2012, mais les militants contre le racisme voit le tournoi comme un « évènement historique ». Il forcera le peuple à avoir une confrontation avec le multiculturalisme. Pour la première fois, il y aura un débat national sur la signification du multiculturalisme.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share