Le retour sur le marché des diamants de conflits

Le retour sur le marché des diamants de conflits par une compagnie britannique et le Zimbabwe

Le retour sur le marché des diamants de conflits

Le retour sur le marché des diamants de conflits

La Haute Cour du Zimbabwe a approuvé la vente de diamants provenant d’un champ en proie à des violations des droits de l’homme.  Harare, la capitale du Zimbabwe, défie le Processus de Kimberley.

Le processus de Kimberley est un régime international de certification des diamants bruts qui réunit gouvernements et industriels du diamant, dans l’objectif d’éviter l’utilisation des pierres par des mouvements rebelles pour financer leurs activités militaires .

L’accord est le résultat de discussions ayant débuté en mai 2000 à Kimberley en Afrique du Sud. Il a été signé le 1er janvier 2003 par le Canada, les États-Unis, les pays de l’Union européenne et plus de 30 autres pays. Cette coopération internationale est motivée par le problème des diamants de conflits, des diamants produits dans des zones de guerre et utilisés par des seigneurs de la guerre pour se fournir en armes.

Mine de diamants

Mine de diamants

La vente des diamants de Marange par la African Consolidated Resources de propriété britannique a été bloquée l’année dernière par l’organisme de réglementation internationale après avoir constaté que le Zimbabwe avait omis de se conformer aux normes des droits de l’homme.

Harare a initialement arrêté la vente en attendant l’autorisation des autorités locales et le Processus de Kimberley – mis en place pour empêcher la vente de diamants du sang que l’on surnomme ainsi parce qu’ils sont utilisés pour financer des mouvements rebelles.

Toutefois, le journal d’état The Herald a rapporté mardi que la haute Cour a approuvé la vente de 129 000 carats de diamants appartenant à African Consolidated Resources (ACR).

Le ministre des Mines Obert Mpofu a réaffirmé la position de Harare à défier le Processus de Kimberley, même si le Zimbabwe fait partie intégrante des 46 membres du groupe.

 » Nous allons profiter de nos diamants que ce soit avec le processus de Kimberley ou non » dit-il, selon l’agence de nouvelles New Ziana.

Mine de diamantsMpofu a également affirmé que les détracteurs du pays ont été manipuler le processus afin d’empêcher le Zimbabwe de profiter de la vente de diamants. ‘C’est pourquoi nos adversaires nous mettent toujours des bâtons dans les roues quand on veut aller de l’avant”, dit-il. Mpofu allègue que le gouvernement se conformera à la haute Cour. ‘Nous respecterons la décision du tribunal. C’est ce que le pays attend.  Ces ressources appartiennent au peuple du Zimbabwe’,  a ajouté Mpofu.

‘Ces gens (les Occidentaux) ont clairement apporté leur agenda de sanctions à un autre niveau.’

Mpofu ne peut cependant pas affirmer quand la vente aura lieu, mais a souligné que les pays d’Afrique australe ont demandé à la police d’enquêter sur la gestion de ACR pour l’achat de diamants sur le marché noir. Il affirme que le pays possède 300 000 carats de diamants en stock qui ont été minés par les deux entreprises actuellement sous contrat par le gouvernement à Marange. L’année dernière, le gouvernement a conclu une affaire avec deux entreprises sud-africaines afin d’extraire des diamants de Marange.

Marange désigne des champs de diamants dans la circonscription de Chiadzwa, dans le district de Mutare, province du Manicaland du Zimbabwe.

‘Nous ne pouvons pas conserver ou de stocker une autre 129 000 carats de diamants, mais nous allons demander à la police de découvrir pourquoi une société cotée comme ACR a acheté des diamants d’orpailleurs (mineurs artisanaux).

‘Nous allons attendre le déroulement à venir du processus de Kimberley, mais nous ne pouvons pas attendre éternellement.’

Les champs de diamants de Marange

Les champs de diamants de Marange

En février, la Cour suprême a ordonné à deux entreprises du gouvernement d’arrêter leurs opérations sur les champs de ACR. L’affaire a été portée devant les tribunaux par ACR dans le but de reconquérir ses droits miniers, qui avaient été suspendus en 2006. Depuis la suspension, le gouvernement zimbabwéen et la compagnie londonienne ACR ont été engagés dans une bataille juridique qui porte sur la propriété des gisements de diamants.

En Mars, un enquêteur du Processus de Kimberley a visité le pays pour déterminer si les normes relatives aux droits de l’Homme sont respectées dans les champs de diamants de Marange. L’enquêteur a constaté que si les procédures étaient bien présentes sur papier, ils ne sont cependant pas appliqués dans la pratique. Le Zimbabwe a jusqu’au mois de juin 2010 pour se mettre à l’ordre et arrêter les abus.

(Visited 710 times, 1 visits today)

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Ecrivez sur lencrenoir.com
Vous voulez faire connaitre votre point de vue? Vous cherchez un audience captif? Faites-nous parvenir vos textes à [email protected]
Vous avez un communiqué de presse signalant un événement ou la sortie d'un livre? Communiquez avec nous à [email protected]
Articles populaires de la semaine
Contactez-nous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message



Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share