Sous Hugo Chavez, d'après les chiffres de l'UNESCO, l'analphabétisme a été éradiqué au Venezuela.

Hugo Chavez s’incarne dans une crèche de Noël

Dans la religion chrétienne, la crèche est une mise en scène sculptée de la Nativité, c’est-à-dire de la naissance de Jésus de Nazareth. Elle est toujours associée aux fêtes de Noël. Les bergers et les mages rendent hommage à l’enfant Jésus.  Au Venezuela, il semble que Hugo Chavez se retrouve également dans cette scène biblique.

Sous Hugo Chavez, d'après les chiffres de l'UNESCO, l'analphabétisme a été éradiqué au Venezuela.

Sous Hugo Chavez, d'après les chiffres de l'UNESCO, l'analphabétisme a été éradiqué au Venezuela.

Une scène de la Nativité à Caracas montrant le président socialiste debout avant la traditionnelle crèche a suscité une polémique avant Noël dans le pays politiquement polarisé.

Certaines personnes se trouvent offusquées de la scène et pensent que cela n’a rien à voir avec la religion, mais pour les partisans de Chavez et les créateurs de ce qui représente la Nativité, c’est un hommage légitime et innocent du 52e président de la République bolivarienne du Venezuela.

Selon Maria Alejandra Mijares , une des créatrices de l’œuvre, l’intention était de démontrer toutes les réalisations de la révolution entamée par Hugo Chavez parce que les médias taisent toutes ces réalisations.

Le modèle construit avec amour, se retrouve au centre de Caracas dans un quartier en mouvement ou s’érigent de nombreuses tours résidentielles et d’affaires au centre de Caracas. Ce modèle politise la Nativité en rendant hommage à certaines des politiques les plus populaires de Chavez au cours de ses 13 ans de règne.

Hugo Chavez développe une rhétorique de l'unité sud-américaine, en particulier avec des visées anti-américaines. Il défend plus spécifiquement une alliance avec les pays de l'ALBA (Cuba, Bolivie, Nicaragua). Il a ainsi prôné une alliance armée de ces pays contre les États-Unis des pays de la zone. Il déclara ainsi en janvier 2008 : « Nous devons monter une stratégie commune (...) parce que l'ennemi est le même : l'empire des États-Unis ».

Hugo Chavez développe une rhétorique de l'unité sud-américaine, en particulier avec des visées anti-américaines. Il défend plus spécifiquement une alliance avec les pays de l'ALBA (Cuba, Bolivie, Nicaragua). Il a ainsi prôné une alliance armée de ces pays contre les États-Unis des pays de la zone. Il déclara ainsi en janvier 2008 : « Nous devons monter une stratégie commune (...) parce que l'ennemi est le même : l'empire des États-Unis ».

Depuis son élection, Hugo Chavez déclare mettre petit à petit en place une politique économique sensiblement « socialiste ». Il la nomme « révolution bolivarienne ». Une redistribution partielle des terres a été lancée : dans un pays où l’économie est principalement fondée sur l’exploitation du pétrole et où la question de la Terre n’est pas considérée par certains comme un problème économique depuis les années 1960. Des systèmes de microcrédits d’initiative publique sont mis en place afin de faciliter le développement des petites entreprises. La culture des OGM est interdite. Un système de banque de semences est mis en place. Son but officiel est de préserver la diversité des plantes.

Pour symboliser ses réalisations d’infrastructures, il y a un téléphérique miniature pouvant atteindre un bidonville. Les projets sociaux phares du gouvernement Chavez, dont son Barrio Adentro (à l’intérieur du quartier) un programme de santé pour les quartiers défavorisés, et sont également présents dans les zones rurales reculées sont minutieusement représentées par des cliniques.

Au milieu, devant le berceau de Jésus, on aperçoit un des héros de Hugo Chavez, se dressant à ses côtés, Simon Bolivar surnommé le Libertador, un combattant du 18e siècle pour l’indépendance de l’Amérique du Sud.

Ailleurs, il y a une photo de Chavez étreignant un enfant. « Comme le christianisme, la révolution est amour », a déclaré un employé du ministère de la femme, Yasmina Ereu. « Certaines personnes sont fascinées. D’autres ne l’aiment pas. Mais c’est un pays démocratique. Toutes les opinions sont le bienvenu. »

Hugo Chavez âgé de 57 ans a longtemps eu une philosophie syncrétique de la vie, saluant à la fois Marx et Jésus – parfois dans les mêmes discours — tout en faisant allusion à Bolivar.

Ses partisans dans les zones les plus pauvres du Venezuela, en particulier, lui affichent souvent un amour quasi-religieux et fanatique.

Critique acerbe des États unis, Hugo Chavez est l’allié politique et économique clé de Cuba. Il a également lancé des programmes de soutien économique pour les gouvernements à travers l’Amérique latine.

 

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share