Pierre-Yves Lord et Valérie Plante

Un second Gala Dynastie pour célébrer l’excellence Noire

Le 3e jour de février 2018, le Gala Dynastie, pour sa seconde édition quittait le centre-ville montréalais et s’emparait de l’espace de la Tohu situé dans le nord-est de la ville, dans le quartier Saint-Michel. Cette salle unique de près de 23 mètres de hauteur, cofondée par le Cirque du Soleil, peut accueillir confortablement 1200 personnes. Elle était investie d’une trentaine de bénévoles qui assuraient le bon déroulement du, dorénavant consacré, plus important événement culturel de la communauté Afro-Québécoise du calendrier.

Le Gala Dynastie, 3 février 2018 à la Tohu

Le Gala Dynastie, 3 février 2018 à la Tohu

Pour celles et ceux qui ignorent le phénomène qu’est le gala Dynastie, pour celles et ceux qui continuent de donner le dos ou simplement tendre la main ou même l’oreille à tout un pan de la société canado-québécoise, sachez que ce gala qui célèbre l’excellence noire est la réplique à cette indifférence.  Et bien au-delà de cette contestation instituée, le Gala Dynastie trouve pied dans l’excellence des communautés noires du Québec.

Dès 17h, un court, mais bien enflammé tapis noir a accueilli les finalistes, les stars de la soirée fringuée. Massés et entassés, les photographes, journalistes et blogueurs ont pu apprécier le calibre des invités qui se sont pointés au second Gala Dynastie. L’événement gagne vraisemblablement rapidement en notoriété. Avec un prix d’entrée abordable pour la qualité de l’organisation, l’enceinte se remplissait inévitablement.

La Ministre de l’Économie du Québec :  Dominique Anglade, le Chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ (dont Dominique Anglade était présidente)) François Legault, la maire de Montréal : Valérie Plante accompagnée de Pierre-Yves Lord qui allait raflé deux trophées, la Personnalité sportive de l’année : Patrice Bernier, la Personnalité radio anglophone de l’année :  Isabelle Racicot, Pénélope McQuade accompagné de son conjoint Philippe Fehmiu et puis SP de Sans Pression ont tous foulés le tapis noir pour une première fois, à part bien sûr de Philippe Fehmiu qui raflait un trophée l’année dernière. Curieusement l’animateur radio nous a confié, lui qui était encore parmi les finalistes cette année, de ne pas vouloir l’emporter et de laisser la chance du prix à quelqu’un d’autre.

Pourtant très populaires à la télévision québécoise, Normand Brathwaite et Boucar Diouf ne semblent pas faire la même unanimité chez leurs pairs…

Pourtant très populaires à la télévision québécoise, donc d’une audience moins colorée, Normand Brathwaite et Boucar Diouf ne semblent pas faire la même unanimité chez leurs pairs…

Interloqué, par notre interviewer Muriette Michelot aka Mimi, quelques instants avant d’être couronné Acteur de l’Année 2018, Gouchy Boy, nous confie : « Nous devons arrêter avec la division. Nous sommes tous Africains. Point. Nous sommes Africains et nous devons tous nous unir et bâtir des ponts et commencer à faire des choses pour les générations futures parce qu’ils ont besoins de nous. » Un point de vue partagé plus tard par Malik Shaheed. Puis, le colosse nigérian termine : « Je ne souhaite pas que mes enfants soient instruits par Facebook ou Instagram . Nous devons cesser de toujours regarder ce que font les Américains tout le temps et regarder dans notre propre cour et prendre soins des nôtres. » Gouchy Boy qui joue dans la série Unité 9 pourra être vu dans un caméo dans Death Wish, un film américain en salle le 2 mars 2018 prochain et mettant en vedette Bruce Willis.

On s’est dirigé vers Mme Dominique Anglade pour notre prochaine discussion. La première Ministre Noire du Québec nous informe de ces impressions sur cette soirée de Gala : »Cela démontre toute l’effervescence de la communauté noire au Québec dans plusieurs secteurs d’activités. Souvent quand on parle de la diversité, les gens ont des références, mais pas suffisamment, mais, de voir que toutes ces personnes la sont réunis en une seule et même soirée, cela démontre la force de frappe de la communauté et ça, je trouve cela remarquable! »

J’aurai bien aimé prendre quelques commentaires de François Legault qui, en plus d’avoir emmené Dominique Anglade dans l’arène politique, a renouvelé l’exploit avec le Dr Lionel Carmant, mais son vigile, peut-être peu familier à ce genre de foule, avait sur moi le regard que portent les footballeurs de la NFL sur un sac de sable! Passons. Shit happens

19 h 45. Après un départ plutôt mou du groupe Parlor Social qui n’a pas su tirer avantage de la salle pleine qui suggérait, comme le soulignait avec émotion une intervenante à une remise de prix, une représentation de l’avant-première du film Black Panther de Marvel, Gardy Fury entrait en scène sur des pas de James Brown. L’animateur du Gala Dynastie 2018 assura une bonne animation du Gala avec quelques hors-jeu comme une prestation incompréhensible d’air-guitare qui laissa le public coi.

Il serait ici un peu long de nommer toutes les nominations et gagnants de chacune des catégories proposées par le Gala, mais les discours de victoire étaient pour la plupart teinté de l’apathie des médias de souche, des médias convergé dominants, envers la communauté Noire qui brillait ici de talents, d’intelligence et de beauté.

Pierre-Yves Lord: « Aux petits jeunes Noirs qui nous regardent, qui nous entendent et qui se disent – Hey, j’aimerais ça faire cela, j’ai tu ma place dans l’univers télévisuel ou radiophonique au Québec, et bien, n’oublions pas que la place qu’on leur agrandit va leur servir et qu’à leur tour, ils vont l’agrandir encore plus. » Adopté par une famille blanche québécoise, le natif d’Haïti précisera au public dans son second discours de victoire qu’un certain M. B. mettait fin à un contrat en prétextant carrément à l’artiste québécois que le Québec n’était pas prêt pour un Noir.

Carla Beauvais, Présidente Gala Dynastie

Carla Beauvais, Présidente du Gala Dynastie

Bo Diaw, Trophée Artiste Musique du Monde de l’année: « Je suis fière d’être Noir, d’être Africain, d’être Sénégalais, et je vous dis aussi d’être fier de qui vous êtes! »

Personnalité capsule web de l’année – Aba & Preach, un duo comique qui enjolive nos fils Facebook, y vont avec un discours militant. Les humoristes sont toujours les plus sérieux dans ce genre de happening. Aba —  » Même si on est assez talentueux pour faire un travail respectable, les Québécois devraient prendre conscience que la raison de notre croissance si rapide est qu’il y a un vide. Les gens qui nous ressemblent, les gens qui parlent comme nous, les gens qui ont le même parcours ne sont pas visibles dans aucun média. ” Preach, poursuivant, prêchant à gorge déployée – « N’attendez pas que les plateformes fassent de la place pour vous, ça n’arrivera pas! Maintenant, vous avez un outil comme internet, c’est gratuit, faites vos trucs, faites vos vidéos, faites vos téléséries, faites vos spectacles, faites vos web-séries, allez chercher l’argent!” s’exclama-t-il avant de faire, devant une foule hystérique, un ultime mic drop, en jurant devant le bon Dieu de réussir!

Alors qu’Isabelle Racicot souhaitait ne plus pouvoir compter les Noirs dans les médias sur les doigts d’une main, Malik Shaheed exprimait le besoin d’unité de la diversifié communauté noire: “Nous devons travailler ensemble comme un seul peuple, parce que nous sommes loin derrière les autres communautés ici au Québec. We loosing it people. Real talk.

Noémi Mercier — journaliste presse écrite :  « On sait que le sentiment de méfiance envers l’étranger, envers l’immigrant, envers la personne de couleur, envers l’Autre avec un grand a, sont des sentiments qui sont très faciles a attisés, cela a fait élire un Président au sud de notre frontière. Bravo d’être ici ce soir. Ce que je vous souhaite c’est que ces sentiments-là ne vous servent pas de tremplin électoral.” En terminant, elle ajoute “Des élections non pas sur la division, mais des élections rassembleuses s.v.p., parce que les gens qui sont dans la salle sont Québécois eux aussi et ils votent eux aussi!

Des prix honorifiques ont été offerts à Wilson Sanon pour son implication dans la lutte contre l’anémie falciforme et Doudou Boicel pour avoir amené les plus grands du Jazz dans la ville des saints afin qu’elle devienne un terrain propice au plus important festival de jazz au Monde, Le Festival de jazz de Montréal.

La présidente de la Fondation Dynastie,  co-organisatrice du Gala Dynastie, Carla Beauvais fut remercié à un nombre incalculable de fois dans les divers commentaires et interventions. Malgré une année que je qualifierais d’anémique dans la programmation du Mois de l’histoire des Noirs, et le « boudage » constant des télévisions et médias québécois,  le Gala Dynastie semble avoir rejoint, atteint, et surpassé, encore une fois, toutes les aspirations. Chapeau bas à l’organisation.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share