Les explosions sont décrites comme les attaques les plus meurtrières en Somalie depuis le début de l'insurrection terroriste en Somalie en 2007.

Explosions mortelles à Mogadiscio: trois jours de deuil déclarés

La plus meurtrière des bombes qui n’ait jamais explosée dans la corne de l’Afrique a foudroyé 276 vies en plus de faire des centaines de blessés en Somalie.

Les explosions sont décrites comme les attaques les plus meurtrières en Somalie depuis le début de l'insurrection terroriste en Somalie en 2007.

Les explosions sont décrites comme les attaques les plus meurtrières en Somalie depuis le début de l’insurrection terroriste en Somalie en 2007.

Dans l’attaque qualifié « barbare » par le Ministre du Développement Economique, la Turquie et le Kenya ont rapidement offert leur aide alors que les hôpitaux somaliens sont submergés de corps morts et de corps démembrés, une journée après qu’un camion ait explosé dans une rue bondée de Mogadiscio, à proximité d’édifices gouvernementaux, d’hôtels, de restaurants. Une deuxième explosion a secoué le district de Medina aussi appelé Wadajir à Mogadiscio deux heures plus tard.

Alors que les manifestants désemparés se sont rassemblés près de la scène funeste, le gouvernement somalien a blâmé le groupe extrémiste al-Shabab lié à Al-Qaïda. Cependant, le groupe extrémiste islamique le plus meurtrier d’Afrique, qui désire renverser le gouvernement internationalement reconnu de Somalie n’a toujours pas ajouté de remarques à l’événement tragique.

Plus tôt cette année, Al-Shabab a promis d’intensifier ces opérations après que l’administration Trump et le Président somalien récemment élu ont conjointement annoncé de nouveaux efforts militaires contre le groupe.

Le président somalien Mohamed Abdullahi Mohamed, qui possède la double nationalité américaine et somalienne, a déclaré trois jours de deuil et s’est joint à des milliers de personnes qui devant ce cataclysme ont répondu à un appel désespéré des hôpitaux à faire un don de sang.

Mogadiscio, une ville longtemps habituée aux bombardements meurtriers d’al-Shabab, a été stupéfaite par la force de l’explosion de samedi. L’explosion a brisé les espoirs de redressement dans un pays appauvri, fragilisé par des décennies de conflit, et a de nouveau mis en doute la capacité du gouvernement à sécuriser la ville balnéaire de plus de 2 millions de personnes.

A propos des agresseurs, le Premier ministre  Hassan Ali Khaire  signale: « Ils ne se soucient pas de la vie des Somaliens, des mères, des pères et des enfants. » Nommé au gouvernement le 1er mars 2017, M. Khaire qui a servi en tant que directeur de la compagnie pétrolière britannique Soma Oil and Gas lesquels annonçaient son départ le 23 février 2017, y ajoute: « Ils ont ciblé la zone la plus peuplée de Mogadiscio, ne tuant que des civils. »

On ne peut passer sous silence que cette compagnie pétrolière a eu un lucratif contrat en 2013 pour prospecter douze gisements offshore en Somalie et a fait l’objet d’un rapport de 28 pages de l’ONU qui recensait des pot-de-vin de la part de la société britannique vers au moins quatorze employés du gouvernement somalien.  Selon ce rapport, un avocat canadien aurait pour sa part reçu 500.000 dollars. La compagnie privé dirigé par Lord Michael Howard (né Hecht, dans une famille juive qui décide d’angliciser son nom pour Howard) , l’ancien président du Parti conservateur anglais, chef de l’Opposition officielle, a démenti ces accusations malgré que le Serious Fraud Office, le bras britannique contre la délinquance financière ait ouvert une enquête criminelle sur la Soma. Par manque de preuves, l’investigation fut stoppé après 17 mois d’enquête…

L’explosion de samedi s’est produite deux jours après que le chef du Commandement des États-Unis pour l’Afrique (en anglais United States Africa Command ou AFRICOM) était à Mogadiscio pour rencontrer le président somalien et deux jours après que le ministre de la Défense et le chef de l’armée aient démissionné pour des raisons qui n’ont pas été divulguées.

Les États-Unis, le Canada, la France et les Britanniques n’ont pu offrir que leurs indignations face à l’acte terroriste. Par contre, devant ces près de 300 vies perdues de femmes, d’enfants, de civils surtout, à Mogadiscio, Paris n’a pas éteint sa tour Eiffel, alors qu’elle étalait promptement son deuil pour la cinquantaine de morts survenue à  Las Vegas des mains d’un terroriste américain survenu quelques semaines auparavant.

En Somalie, malgré la guerre civile qui perdure depuis les années 1990, le pétrole est convoité par de grandes compagnies qui négocient directement avec les gouvernements en place.

(Visited 167 times, 1 visits today)

Nouvelles similaires

  1. Astun Xaashi Maxamuud
    Oct 16, 2017 - 03:28

    Ilahow,unaxariis musliminti,micjisad
    Ku dhacday

    Répondre
  2. Cali Ciise Diriye
    Oct 17, 2017 - 02:12

    Alow unaxaris umadà soomaLiyed Mel kasta at joga in tadhimatay iyo in tanol

    Répondre
  3. Aamino Kassim Maxamed
    Oct 17, 2017 - 08:37

    Allow una xariiso intii dhimatay iyo intii nool

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Ecrivez sur lencrenoir.com
Vous voulez faire connaitre votre point de vue? Vous cherchez un audience captif? Faites-nous parvenir vos textes à [email protected]
Vous avez un communiqué de presse signalant un événement ou la sortie d'un livre? Communiquez avec nous à [email protected]
Articles populaires de la semaine
Contactez-nous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message



Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share