Génocide rwandais

Commémoration du génocide rwandais

Drapeau Rwandais

Drapeau Rwandais

L’ année 2010, marque la commémoration du 16e anniversaire du génocide rwandais. Hutu ou tutsi, tous les Rwandais vont célébrer ce triste anniversaire

La commémoration du génocide au Rwanda est un événement annuel de l’Union africaine a célébré la suite de la décision de commémorer le 7 avril comme journée du souvenir des victimes du génocide et la réaffirmation de la détermination de l’Afrique à prévenir et à combattre le génocide sur le continent. Il est également en conformité avec les objectifs et les principes de l’Union africaine sur la promotion de la bonne gouvernance, droits de l’homme, la primauté du droit et de lutte contre l’impunité telle qu’établie dans son Acte constitutif.

Le but de la commémoration, clairement indiqué par la déclaration adoptée par le Comité des représentants de l’Union africaine permanents (COREP) au cours de sa session extraordinaire sur la commémoration du 10e anniversaire du génocide au Rwanda, est de sensibiliser en permanence et éveiller le sentiment des peuples africains et la communauté internationale quant à la valeur de la vie et l’humanité, et pour aider à renouveler l’engagement collectif à protéger et à défendre les droits fondamentaux de l’homme.

le Rwanda

le Rwanda

Le génocide au Rwanda est un génocide qui eut lieu du 6 avril au 4 juillet 1994 au Rwanda, un pays d’Afrique de l’Est. Il fut commis dans le cadre d’une guerre civile opposant le gouvernement rwandais, constitué de Hutus , au Front patriotique rwandais (FPR), accusé par les autorités d’être essentiellement « tutsi ». Le 1er octobre 1990, des Rwandais exilés et regroupés au sein du FPR décidèrent de revenir au pays à partir de l’Ouganda, et de prendre le pouvoir par les armes. En réponse, les autorités rwandaises menèrent une double stratégie : se défendre avec l’armée contre l’agression militaire du FPR et « liquider » tous les Tutsi de l’intérieur du Rwanda. Les autorités rwandaises perdirent la guerre civile au profit du FPR, mais atteignirent par contre leur objectif génocidaire contre les Tutsi.

L’ONU estime que quelque 800 000 Rwandais, en majorité Tutsi, ont trouvé la mort durant ces trois mois. Ceux qui parmi les Hutu se sont montrés solidaires des Tutsi ont été tués comme traîtres à la cause hutu. D’une durée de cent jours, ce fut le génocide le plus rapide de l’histoire et celui de plus grande ampleur en termes de nombre de morts par jour. Mais il convient de souligner qu’un génocide n’est pas qualifié comme tel en raison du nombre de morts, mais sur une analyse juridique de critères définis à l’époque par la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide du 9 décembre 1948 de l’ONU. Cette convention définit qu’un génocide est commis dans l’intention de détruire, tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux comme tel.

La discrimination rwandaise entre Hutu et Tutsi, qui a atteint un point culminant en 1994, s’est construite dans un processus historique complexe entre la réalité de la population du Rwanda et la façon dont les colonisateurs d’une part, et les divers Rwandais d’autre part, l’ont perçue et expliquée. Dans cette Histoire du Rwanda se sont surajoutés de façon déterminante les avantages politiques successifs que ces divers acteurs ont cru pouvoir tirer de cette discrimination, de 1894 (date des premiers contacts entre des Européens et le roi issu des Tutsi du Rwanda) à 1962 (date de l’indépendance du Rwanda), puis jusqu’en 1994 (période dominée par des Républiques dites hutu).

La plupart des auteurs estiment que le génocide a pu être commis avec une telle rapidité parce que dans les années précédentes s’étaient mis en place à la fois un conditionnement des esprits et un encadrement serré du pays.
Depuis 1959, une série de massacres (« toussaint rwandaise ») dirigés contre les Tutsi s’était déjà déroulée. Des massacres à caractère génocidaire, furent dénoncés comme tel en 1993, comme les massacres des Bagogwe exécutés entre 1991 et 1992. En 1994, et ce depuis quelques années, une campagne médiatique stigmatisait les Tutsi.

La démission de la communauté internationale

Général canadien Roméo Dallaire qui commandait la Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda

Général canadien Roméo Dallaire qui commandait la Mission des Nations unies pour l'assistance au Rwanda

Cette démission a été martelée par le Général canadien Roméo Dallaire qui commandait la Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda (MINUAR), force de l’ONU destinée à soutenir les accords d’Arusha.
Il apparait que plusieurs États, en général à travers l’ONU, dont la France, particulièrement impliquée au Rwanda, ne semblent pas avoir su ou voulu adapter leurs actions en distinguant bien les massacres génocidaires de la guerre civile. Les États-Unis, marqués par le fiasco somalien récent, et l’ensemble du Conseil de sécurité des Nations unies refusèrent de qualifier à temps les massacres de génocide, ce qui empêcha de faire jouer la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide qui obligeait les États signataires à intervenir. On emploie des périphrases comme « actes de génocide ». Toutes les pressions exercées sur les belligérants mirent sur le même plan l’arrêt des massacres et l’arrêt des combats entre le FPR et les FAR (Forces Armées Rwandaises). L’objectif était d’obtenir un cessez-le-feu et d’arrêter les massacres.
Pendant toute la durée du génocide, le général Roméo Dallaire est tenu par le DOMP (Département des opérations de maintien de la paix), service du maintien de la Paix de l’ONU, de ne pas laisser la MINUAR (Mission des Nations unies pour l’assistance au Rwanda) intervenir par les armes pour empêcher les massacres et de tenter d’obtenir un cessez-le-feu entre le FPR et les FAR et un arrêt des massacres. Il avait déjà tenté, sans succès, d’obtenir des Nations unies l’autorisation de procéder à la saisie des caches d’armes en janvier 1994. Devant cette inaction de l’ONU, le général Dallaire n’avait aucune marge de manœuvre pour tenter de protéger le peuple rwandais. Après l’assassinat de dix casques bleus belges et devant le refus du Conseil de sécurité de l’ONU de renforcer immédiatement la MINUAR, la Belgique décida de retirer ses soldats, qui constituaient la colonne vertébrale et la moitié des effectifs de la mission. Le 21 avril 1994, le Conseil de sécurité entérine la décision belge et réduit les effectifs de la MINUAR à 270 observateurs, soit 10 % de ce qu’elle était sur le terrain et 5 % de ce qui avait été prévu initialement.

Génocide rwandais

Génocide rwandais qui eut lieu du 6 avril au 4 juillet 1994 (crédit: Reuters/Finbarr O'Reilly)

Le Rwanda a toujours exprimé le souhait de juger tous les auteurs du génocide. La justice rwandaise étant complètement détruite en juillet 1994, le Rwanda a demandé aussitôt de l’aide à la communauté internationale pour reconstruire l’appareil judiciaire. En réponse l’ONU a créé le Tribunal pénal international pour le Rwanda. Seul le Rwanda a voté contre cette création qui ne correspondait pas à sa demande.

Des Rwandais ont déposé plainte en France contre des militaires français de l’opération Turquoise.
Trois plaintes ont été déposées pour viol en juin 2004. Six autres plaintes ont été déposées en février 2005 pour « complicité de génocide ou crime contre l’humanité » devant le tribunal militaire français. Ces plaintes visent éventuellement les responsables militaires et civils des soldats directement impliqués.
Le procureur de la République a, tour à tour, refusé d’ouvrir une instruction, puis rejeté quatre plaintes, jugeant celles-ci infondées (décembre 2005). Le juge d’instruction aux armées, s’opposant à cette décision, a déclaré recevables ces 4 plaintes (ordonnance du 16 février 2006). Le parquet a fait alors appel de cette décision. Le 29 mai 2006, la cour d’appel de Paris confirmait la recevabilité des 4 plaintes litigieuses et le 3 juillet rejetait un nouveau recours du parquet en nullité qui concernait les auditions menées par le juge d’instruction en novembre 2005 au Rwanda pour entendre les plaignants.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share