Ce que la Révolution française de juillet 1789 doit à la Révolte esclavagiste Kongo de François Makanda de 1740 à Saint-Domingue

« L’Histoire est le produit le plus dangereux que l’humanité ait créé » disait un historien. C’est pour dire que quand un peuple, une race connait son passé, son histoire, il sort de la démagogie populaire; des écailles tombent, la lumière jaillit, on s’oriente bien dans le présent, mieux dans le futur. D’où l’importance de connaitre l’Histoire.

En effet, après la découverte de l’embouchure du fleuve Kongo au port naturel de Mpinda par le Portugais Diego Cao, écuyer du roi du Portugal, ce qui l’emmena à découvrir le puissant et majestueux royaume Kongo, des relations s’établirent entre les deux royaumes. Et après tant d’années d’égalité, les Portugais introduisirent la traite des Noirs en 15011 .D’ailleurs, Il faut dire que le commerce des esclaves Bantu d’Afrique Centrale par les Portugais commence depuis 1468 au moment ou la Couronne du Portugal va accorder l’asiento à des commerçants Portugais d’exporter des esclaves africains.C’est ainsi des milliers Bantu en majorité Kongo2 seront exportés au Portugal(sud du pays et à Lisbonne) et en Espagne pour travailler dans le domestique et l’agriculture.

De nos jours, Mackanda / Makandal est le plus souvent considéré comme un symbole de la lutte noire anti-esclavagiste, et comme l'un des précurseurs de la Révolution haïtienne de 1791.

De nos jours, Mackanda / Makandal est le plus souvent considéré comme un symbole de la lutte noire anti-esclavagiste, et comme l’un des précurseurs de la Révolution haïtienne de 1791.

En outre, dans ce commerce de Bois d’ébène, le port naturel de Mpinda fut le plus ancien et le principal port d’exportation des esclaves Kongo vers  les plantations de l’ile de São Tomé et des Amériques.

Mpinda fut tristement célèbre par ce commerce de chair humaine. Pour preuve en 1778, le port exporta une cargaison de 107.000 esclaves Kongo et des autres origines. Et ensuite les ports de Luanda, de Benguela prirent la relève avec toujours avec l’exportation de milliers de cargaisons d’esclaves de différentes contrées. C’est dans ce flux de déportation forcée des Kongo vers les Amériques qu’un esclave Kongo au nom de François Makanda que les Français ont franchisé en «Makandal» se retrouva dans les plantations de canne à sucre de Saint-Domingue (actuel Haïti), colonie française.

Conscients de leurs situations sociales de servitude, les esclaves africains se révoltèrent d’abord pour la toute première fois le 26 décembre 1522 à Saint-Domingue, ensuite celle de Jean Padre de 1676 à 1679.Toutes ces deux premières révoltes Africaines,quand elles ont eu lieu, il n’y a pas encore en Europe le Siècle des Lumières du XVIII siècle qui propagaient les idées de liberté,de justice entre tous les hommes,ni encore moins le cycle des révolutions (anglaise en 1689, Américaine en 1776,et francise de 1789). Cela revient à dire que les premières révoltes Africaines d’esclaves qui ont lieu en Haïti sont les prémices,les bases,les fondamentaux,les génitrices de toutes les autres révolutions Américaine de 1776, et Française de 1789,qui celle-ci sera plus influencée par la révolte de 1740,qui était la plus marquante pour la France, car ce sont les soldats français eux-même qui se battaient sur le terrain, venu de la métropole,et causa une humiliation de la France par sa colonie.

Celle-ci la plus frappante et hautement symbolique et significative qui est la révolte de Makanda en 1740 terrassa et fit incliner les négriers français de Saint-Domingue, tel un ouragan.

François Makanda , esclave Kongo sur la propriété Le normand de Mézy à Morne Rouge, chef des insurgés à Saint-Domingue, adepte lointain de Kimpa Vita, s’enfuît en 1740 et pendant dix-huit ans(1740-1758)3 il organisa tout un réseau de marrons et de noyaux de rebelles dans différentes plantations de la plaine du nord. Makanda et ses groupes d’insurgés infligèrent une défaite cuisante à l’armée française, la plus puissante de l’époque parmi les Européens. Et Makanda empoisonna l’eau de 9000 colons français, ce qui lui valut la mort au bucher. Les témoins entendirent les révolutionnaires Kongo et Africains chanter en kikongo : « Kanga Mundélé, Kanga Ndoki » (Brise la puissance du Blanc, brise la puissance du sorcier), une prière de Kimpa Vita, avec des rituels purement Kongo.

Et en outre le nom de Makanda, est un nom qui vient de la langue Bantu-Kongo qui se prononce : « Ma-Ka-Nda » qui signifie « les familles, les groupes, les rassemblements, l’union, les alliances ».

L’exécution de Mackanda précède de trente-trois ans la Révolution haïtienne de 1791, première révolte d’esclaves noirs réussie, prélude à l’établissement, en 1804, d’Haïti en tant que première république noire libre du monde.

Les Français de la Métropole du XVIIIe siècle, sous le joug de la monarchie absolue quasi éternelle de Louis XVI, voyant la révolte de Makanda , qui revendiqua seulement les Droits naturels, de Liberté, d’égalité entre tous les hommes, s’inspirèrent de cette révolution. En d’autres termes, les Français copièrent in extenso la révolte de Makanda avec ses mêmes droits, en se soulevant le 14 juillet 1789 en  métropole, en prenant les armes contre leur souverain despotique et à proclamer les droits de l’homme d’aout 1789.

La révolte Kongo de Makanda, sera la matrice de la Révolution Américaine de 1776, car le facteur de proximité dans le cadre d’une révolution, est important et aussi d’autant plus les colonies britanniques étaient sous haute domination du Royaume-Uni, dont les colons et quelques bourgeois n’en supportaient plus, de même pour la Révolution Française de 1789 et non l’inverse. La Révolution française de 1789 est fille de la révolte de Makanda de 1740,de par l’importance ou le rôle de la colonie de Saint-Domingue pour la France.

Du coup, nous comprenons que les Droits de l’homme, dont les français se vantèrent et se vantent d’être les fondateurs ne sont que des faits, des textes, des lois nés des Kongo, c’est une marque Kongo. Comme il existait déjà au Royaume Kongo, les écoles initiatiques du Lemba, kimpassi qui apprenaient déjà la morale, l’éducation, la justice, le droit fondamentaux des hommes dans la société pour cela, les Français conscients de leur faiblesse ne l’ont jamais dévoilé.

L’Histoire doit être revue sous cet angle pour nous permettre de comprendre ce que la Révolution française doit aux bouleversements de Saint-Domingue, ce que la France d’aujourd’hui doit à la révolution haïtienne.

1: Georges BALANDIER, historien français et professeur émérite de son ouvrage intitulé : « La vie quotidienne au Royaume Kongo du XVI au XVIIIe siècles »,Édition Paris, Hachette, 1965.
2:Yeda Pessoa de Castro: «Falares africanos na Bahia:um vocabulário afro brasileiro», Edição Editora Lidador Ltda,2001
3:Jean-Claude Icart Sociologue Haitien:«Haiti-France: egaux en droits et en dignité»,p3

Nouvelles similaires

  1. Lucien Saintfort
    Sep 12, 2016 - 05:32

    Yn lot revolusyn gen poul deklantche ankr, paske fok chèn ki nan sèvo nou a soti

    Répondre
  2. Hernsonn Auradin
    Sep 12, 2016 - 10:10

    Nou pa kapab baz twop sousou

    Répondre
  3. Samba Axel
    Sep 14, 2016 - 10:29

    Je crois que mes freres Haitiens, vous etes africains ou afro descendants, cependant vous etes comme moi, vous avez du sang africain qui coulent dans vos veines et je suis fier que Haiti soit le pays authentique des Caraibes qui represente le continent africain dans sa diversité cullturelle,et sa couleur. Alors, cet article est revelateur des faits inedits,occultés par la France pour biaiser la vérité historique,comme le font les ex pays colonisateurs pour cacher leurs faiblesses. lisez le pour se cultiver, de connaitre votre grandeur historique face á la France.

    Répondre
  4. NCK
    Nov 24, 2016 - 02:57

    Bien sur que bien connaître l’histoire comme disait Dimitri Casali l’historien est la base pour mieux avancer dans sa vie.C’est un bon article, merci pour le partage.

    Répondre
  5. Odilon Redon
    Fév 22, 2017 - 09:42

    Vous avez beaucoup à apprendre avec l’histoire, saint domingue n’a pas de lien avec Mpinda et benguela mais avec Loango une zone de traite libre, car ce sont les français qui de Loango et Cabinda peuplent Saint domingue.

    deuxièmement la révolution américaine et la révolution française ne se sont jamais inspirée de celle de Makanda, les français et les américains sont lassés de la monarchie et ceux de saint domingue du poid du catéchisme colonial, revoyez bien l’historique , Washington et ses collègues n’ont rien avoir avec Makandal, c’est de l’imagination de votre part mais malheureusement l’histoire de s’écrit pas avec intuition intellectuels, pour preuve vous ne citez aucun témoignage de révolutionnaire américain ou français qui confesse s’inspirer de Makanda.
    vs n’êtes que licencier en histoire donc vs ne maitriser pas la recherche historique, lisez encore Paul Veyne « Comment on écrit l’histoire’l’histoire est une science, si les révolutionnaires français se sont inspirer de Makandal il doit avoir un témoignage documentaire fiable qui le cite, vous vous ne pouvez pas imaginé à la place de ces révolutionnaires.

    si vous ne citez pas un témoignage ce que vous affirmer vous imaginer et vous êtes dans la falsification des faits, car l’histoire se construit avec des témoignages fiables et vous ne citer aucun témoignage d’un révolutionnaire.

    Dans les documents historiques il est écrit  » Makandal » et non Makanda, la signification de Makanda que vs donné n’a rien avoir avec Makandal avec « L » à la fin et vous n’êtes pas linguiste pour mettre votre pied sur ce champs.

    Enfin les droits de l’homme n’ont ni commencer à saint domingue, ni avec la révolution française et la révolution américaine, MAIS LES DROITS DE L’HOMME COMMENCE COMME LE DISAIT MARGARET TATCHER AVEC LA MAGNA CARTA OU GRANDE CHARTE DE JEAN SANS TERRE LE 15 JUIN 1215, au TREIZIÈME SIÈCLE EN ANGLETERRE.

    n’imaginer plus l’histoire et ne pensez pas à la place de ceux qui ont vécu les fait, l’histoire s’écrit avec des sources, citez des témoignages des revolutionnaires français ou américains qui disent s’inspirer de Makanda qui est en fait Makandal( voir l’ouvrage de Pierre Pluchon et autres )…

    Apprenez encore vos cours et lisez Paul veyne,  » COMMENT ON ÉCRIT L’HISTOIRE »

    Odilon redon

    Répondre
  6. Odilon Redon
    Fév 22, 2017 - 09:49

    Encore une fois de plus « Kanga mundelé , kanga ndoki » n’etait pas chanté par les revolutionnaires , mais s’etait l’incantation faite par cécile fatima lors de la cérémonie de Bois caiman, voir les conclusions du colloque sur la revolte de saint domingue publié sous la direction de Laennec Hurbon, chez Karthala.

    Répondre
  7. Marrinette Soleil
    Fév 25, 2017 - 04:53

    Je confirme que les droits de l’homme ne commence ni a Saint Domingue et ni avec la révolution française.Les droits de l homme ,commence avec la Magna Carta, promulguée en 1215, la Magna Carta est l un des documents les plus célébrés de l histoire de l ‘Angleterre, ce fut une déclaration universelle des droits de l ‘homme aussi appellee: La grande charte du Roi Jean sans Terre d’Angleterre.

    Les Français n’ont pas copier in extenso la révolte de Makanda et la révolte de Makanda n’est pas, la matrice de la révolution américaine de 1776.L révolution française n’ont plus, n’est pas fille de la révolte de Makanda.Ces déclarations de Mr Justes Samba sont archi faux.

    1-Yvette Farraudiere dans son ouvrage publiée aux éditions L’Harmattan en 2005 ,intituler : La Naissance d’Haïti a la croisée de trois voies révolutionnaires », a placée la naissance d’Haïti dans le sillage de trois processus révolutionnaires,succède au cours des trois dernières décennies du XVIII em siècle.Elle n’a pas considérée la révolution de Makanda comme le générateur des révolution américaine et française.

    Elle a plutôt déclare que c’est la révolution américaine qui qui a entame le processus de décolonisation du continent américain et la révolution française a mis en œuvre des idéaux et des principes qui ébranlent le système esclavagiste.

    Celle de makanda bien que subvenu avant, a juste été le bouc émissaire de quelques révolutionnaire haïtiens, les révolutionnaire français et américains n’ont pas été influences par Makanda.Il n’existe aucune déclaration ou témoignages de Georges Washington ou de Robespierre et autres.Il faut une preuve documentaire pour l;affirmer.Yvette Farraudiere a d’ailleurs déclare que les haïtiens ont vaincu l esclavage, les américains ont vaincu le colonialisme et les français ont vaincu, l’arbitraire étatique.

    Des haïtiens se trouvant en France au moment de la révolution française, sont rentre a saint domingue pour réclamer des idéaux de liberté.Il sagit de Vincent Oge, qui fut le meneur de la première révolte des mulâtres, prémisse de la révolution haïtienne.Yvette Farraudiere, a la page 11 de son livre, s est poser la question si la révolution a saint domingue fut Fille des révolutions américaine et française ? Est ce qu’il y a eu une contagion révolutionnaire a partir des centres émetteurs d’amerique et d’Europe ?

    Farraudiere a répondu que, il régnait aux Antilles, une ambiance de complicité avec les américains….la révolte des treize colonies anglaises constituent, le préambule de la révolution de saint domingue.L’historien Gabriel Debien, en s’appuyant sur les témoignages de l’époque, montre comment l’esprit de fronde des colons se trouve renforce au cours des guerres et confortes par le déclenchement de l’expérience américaine, les créoles iront même jusqu’à reformuler le pacte colonial.Même l’abbé de reynal a parle de l’impact de la révolution américaine sur le reste de l’amerique.Enfin Chareron qui a rédiger la première constitution de Haïti, s’ était inspirer de la déclaration des révolutionnaires américains.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share