Cassius Marcellus Clay Jr alias Mohammed Ali

Cassius Marcellus Clay Jr alias Mohammed Ali

Cassius Marcellus Clay Jr alias Mohammed Ali

Cassius Marcellus Clay Jr, né le 17 janvier 1942, devenu Mohammed Ali ou en anglais Muhammad Ali après sa conversion à l’islam, est un boxeur des États-Unis évoluant en catégorie poids lourd. Il fut nommé sportif du XXe siècle par une assemblée de journalistes internationaux, précédant Pelé. Il doit sa célébrité mondiale autant par ses performances sportives que par son verbe haut, sa conduite extrasportive et son activisme politique.

Le 17 décembre 2005, il reçoit à Berlin la médaille de la Paix Otto Hahn, décernée tous les deux ans par la société allemande, au nom de l’Organisation des Nations unies.

Cassius est né le 17 janvier 1942 à Louisville aux États-Unis. Il porte le nom d’un général abolitionniste du Kentucky, Cassius Marcellus Clay, qui affranchit ses milliers d’esclaves au début du XIXe siècle.

Son premier contact avec la boxe se fait par un policier (Joe Martin), qui l’encourage et l’entraîne à ses débuts.. C’est en allant reporter le vol de son vélo, à 12 ans, qu’il fait la connaissance de Joe Martin, policier et entraineur de boxe local. Martin encouragea le jeune Cassius à apprendre la boxe et l’aida à progresser rapidement.  Si les résultats scolaires de Clay étaient moyens, ses performances sportives étaient remarquables : encore au lycée, il remporte 6 Kentucky Gold Glove, qui lui permettent d’obtenir son diplôme malgré des notes médiocres. De manière prémonitoire, le principal annonça lors de la délibération concernant la remise de son diplôme de fin d’étude, que Clay serait un jour « la chance de célébrité de cette école ».

Aux Jeux olympiques d’été de 1960 à Rome, il gagne la médaille d’or des poids mi-lourds. Il devient alors professionnel sous la tutelle d’Angelo Dundee et se fait rapidement connaître pour son style peu orthodoxe, ses résultats spectaculaires et son autopromotion incessante. Il se fait connaître sous le surnom de « Louisville Lip » (la lèvre de Louisville) en composant des poèmes prédisant à quelle reprise il mettrait son adversaire K.-O. Il n’hésitait pas à clamer ses propres louanges avec des phrases telles que « Je suis le plus grand » ou « Je suis jeune, je suis mignon et je suis totalement imbattable ». Il conservera pendant toute sa carrière ce verbe haut qui est un de ses points les plus caractéristiques.

À Louiseville, le 29 octobre 1960, il gagne son premier combat professionnel aux points contre Tunney Hunsaker. Clay part ensuite pour la Floride avec son entraîneur Angelo Dundee, le jeune médaillé d’or de 19 ans remporte quelques victoires et va même jusqu’à accomplir une exhibition contre l’ex-champion du monde Ingemar Johansson qui prépare son troisième combat contre Floyd Patterson. Cassius repart ensuite dans son fief de Louisville et continue à vaincre tous ses adversaires. C’est en 1962 que sa notoriété commence à se répandre à travers l’Amérique. Clay boxe pour la première fois dans les villes de New York et Los Angeles. Le 15 novembre il remporte un succès tonitruant contre Archie Moore par une victoire en quatre rounds. Clay avait prédit avant le combat qu’il stopperait son adversaire au 4e.

Malcolm X et Mohammed Ali

Malcolm X et Mohammed Ali

Il devint également célèbre pour des raisons dépassant le domaine sportif : il rejoint la Nation of Islam (Nation de l’islam) et change son nom en Cassius X, en hommage à son mentor et ami Malcolm X qui fut aussi le seul musulman à le soutenir avant son premier combat contre Liston (Malcolm X a d’ailleurs assisté au premier combat) puis il reçoit le nom de « Muhammad Ali » de la part d’Elijah Muhammad, chef du mouvement. Une lutte de pouvoir s’engagera autour d’Ali entre Elijah et Malcolm X. Finalement, Ali tournera le dos publiquement à Malcolm lors d’un voyage au Nigeria en 1964 et sera managé par Herbert Muhammad, le propre fils d’Elijah. La notoriété du boxeur profitera à la Nation of Islam. Ali se rendra en Égypte en 1964 et sera accueilli par son président,Gamal Abdel Nasser, comme l’ambassadeur de la communauté noire aux États-Unis.

Par la suite, Ali regrettera de s’être séparé de Malcolm X (assassiné en 1965) et, bien plus tard, prendra ses distances avec la Nation of Islam.

Du 25 février 1964 au 20 juin 1967, Ali dominera incontestablement la catégorie des lourds comme Joe Louis et Rocky Marciano avant lui.

En 1966, il refuse de servir dans l’armée américaine engagée dans la guerre du Viêt Nam et devient objecteur de conscience argumentant qu’il n’a « rien contre le Viêt-cong » et qu’« aucun Vietnamien ne m’a jamais traité de nègre », (dans le film qui lui rend hommage, avec l’acteur Will Smith, la traduction en français est : « …aucun Viêt-cong ne m’a jamais traité de sale nègre. »). Le 28 avril 1967, il refuse symboliquement l’incorporation dans un centre de recrutement. Le 8 mai, il passe en justice. Le 20 juin, il est condamné à une amende de 10 000 dollars et à 5 ans d’emprisonnement, il perd sa licence de boxe et son titre. Ali fait appel il n’ira pas en prison mais aura des problèmes financiers jusqu’à ce que son affaire soit résolue par la Cour suprême en 1971.

Mohammed Ali et Joe Frazier

Mohammed Ali et Joe Frazier


Suit le combat contre Frazier, Ali prenait le risque de se mesurer à un boxeur de très haut niveau après trois ans d’absence des rings. Très attendu et médiatisé, ce combat sera surnommé un peu vite « le combat du siècle ». Premier championnat du monde entre deux champions invaincus et totalement opposés dans un style que chacun maîtrise à la perfection, il sera le premier de ces grands affrontements qui marqueront l’apogée de la boxe dans les années 1970.

Débutant le 8 mars 1971 dans le célèbre Madison Square Garden de New York, cet affrontement verra la première défaite d’Ali, sûr de son bon droit, et qui pensait sa reconquête du titre légitime comme il l’écrira plus tard dans son autobiographie L’Âme du papillon en ajoutant qu’il avait sous-estimé Joe Frazier, pensant que le boxeur de Philadelphie serait bien moins motivé que lui. Ali remporta les premiers rounds mais se retrouva désemparé et sans solution face à Frazier, un spécialiste du corps à corps qui lui imposait son style avec ses lourds crochets. Ali mettra un genou à terre au 11e round et au 15e et dernier round, alors que personne ne s’y attendait, Frazier lui décochera son coup préféré, le crochet gauche. Touché au visage, Ali tombera à terre et se relèvera à 4 pour perdre aux points. Sa première et sa plus grande défaite gâcheront son souhait de finir invaincu comme Marciano et Ali en voudra toujours à Frazier.

Après s’être remis de sa défaite, Ali pour revenir au sommet de la catégorie accomplira 14 combats et 39 combats d’exhibition entre le 25 juin 1971 et le 30 octobre 1974. Le but était de revenir au plus haut niveau par une activité pugilistique intense et d’engranger assez de victoire pour être désigné challenger n° 1 mondial.

Durant cette période Ali affrontera les meilleurs boxeurs américains pour le titre de champion d’Amérique du Nord, tels que : Jimmy Ellis (son ancien sparring-partner), Buster Mathis, Ken Norton, Joe Bugner et Bob Foster (champion du monde des mi-lourds). Il profitera pour affronter à nouveau : George Chuvalo, Jerry Quarry et Floyd Patterson (qui tout de suite après prendra sa retraite). Ali boxera autour du monde : des combats à Zurich, Tokyo, Vancouver, Dublin et Jakarta et des exhibitions à Caracas, Buenos Aires ou Barcelone.

En 1973, sa carrière connaît un coup d’arrêt, le 22 janvier 1973 à Kingston en Jamaïque, Joe Frazier est détruit en 2 rounds et va au tapis à 6 reprises contre George Foreman, terrible colosse et nouveau roi des lourds. Dans son autobiographie, Ali racontera qu’il était obligé de vaincre les deux hommes pour assurer à nouveau sa suprématie sur la catégorie. Mais le plus dur arrivera pour lui le 31 mars à San Diego contre Ken Norton. Le boxeur californien lui brisera la mâchoire au 2e round, Ali tiendra jusqu’à la douzième reprise, handicapé par la douleur face à un Norton aussi vif et rapide que lui. Une deuxième défaite devant un adversaire doué, mais qui dispose de moins d’envergure que Joe Frazier rabaisse quelque peu le mythe d’Ali.

Ali choisit d’affronter ces trois boxeurs du plus « facile » au plus « dur ». Tout d’abord Norton, Ali prend sa revanche le 10 septembre 1973 à Los Angeles (et non à San Diego afin de priver Norton des partisans de sa ville natale). Ali gagne de justesse au point. Il prend ensuite sa revanche au point contre Frazier le 28 janvier 1974 à Manille -Philippines- dans un combat mémorable baptisé « thrilla in Manilla ». L’ex-champion fera moins d’impression suite à son manque d’activité contrairement à Ali qui s’est imposé un rythme de combat tambour battant depuis leur première rencontre. Leur rivalité continuera de plus belle quand Ali et Frazier en viendront aux mains devant les caméras lors d’une émission de télé.

Il ne reste qu’à Ali le plus dur pour la fin : reprendre le titre à George Foreman, impitoyable puncheur invaincu en 40 combats dont 37 par KO.

Un nouveau promoteur de boxe organise la rencontre entre les deux adversaires à Kinshasa, au Zaïre, actuelle République démocratique du Congo. Don King qui s’imposera ensuite comme le plus important promoteur de boxe de la fin du XXe siècle offre au champion et au challenger 5 millions de dollars US chacun (une somme record à l’époque) qu’il a obtenus auprès du dictateur Mobutu Sese Seko, qui souhaite par ce combat faire la promotion de son pays.

Ali s’entraînera à encaisser des coups violents avec son ami Larry Holmes (qui par la suite deviendra champion) et lancera une opération de désinformation envers Foreman en faisant croire à tout le monde qu’il allait vaincre par sa vitesse et sa mobilité. Ali devint rapidement le favori de la foule de Kinshasa pour son action envers la cause des noirs, ce qui vexera Foreman.

You don't have a sufficient version of Flash Player to display this animation.

Le combat eut lieu le 30 octobre 1974 au stade du 20 mai (qui deviendra le stade Tata Raphaël) et sera surnommé « Rumble in the jungle ». La foule scandait “Ali boma ye” se qui signifie. “Ali, tue-le”. Ce fut sa plus grande victoire tactique qui fut récompensée comme « combat de l’année » . .Ali fut nommé une fois de plus « boxeur de l’année ».

En 1975 et 1976, Ali fera 4 combats par an, toujours dans le souci de se maintenir au plus haut niveau. En 1977 et 1978, vieillissant il retournera au rythme « habituel » des champions de deux combats par an. En 1975 il sera à nouveau boxeur de l’année et atteindra son apogée par sa troisième rencontre contre son éternel rival Joe Frazier (de nouveau élu combat de l’année) cependant, les quatre adversaires qu’il rencontrera en 1975 réussiront tous à l’ébranler à leur façon.

Il perdit son titre finalement à 36 ans contre le champion olympique de 1976, Leon Spinks, dont c’était seulement le huitième combat professionnel. Il gagna la revanche comme à son habitude, devenant ainsi champion du monde poids lourds pour la troisième fois. Voyant son déclin athlétique, il prit sa retraite le 27 juin 1979, pensant que le titre divisé en 2 par la faute de Spinks serait réunifié, il n’en sera rien (il faudra attendre que Mike Tyson le réunifie en 1987) et Ali accepta l’offre de Don King d’affronter Larry Holmes son ancien sparrings partner devenu champion WBC.

Le 2 octobre 1980, à la recherche d’un nouveau record en tant que seul boxeur à gagner le titre en poids lourds quatre fois, Ali perdit avant la limite pour la seule fois de sa vie, lorsque Dundee refusa de le laisser reprendre le combat au 11e round. Le combat contre Holmes, organisé comme « The Last Hurrah », est considéré avec dédain par de nombreux fans et experts à cause de ce que nombre d’entre eux voient comme une « version amoindrie » d’Ali.

On diagnostiqua qu’Ali était atteint de la maladie de Parkinson en 1982 ; par la suite, ses fonctions motrices commencèrent à décliner lentement. Sa conversion officielle à l’islam sunnite et sa prise de distance avec l’historique Nation of Islam explique en partie son retour en grâce aux États-Unis où il fut accueilli à la Maison-Blanche par Gerald Ford et médaillé par George W Bush.

En 1985, on lui demanda de négocier la libération de ses compatriotes kidnappés au Liban ; en 1990 à la veille de la guerre du Golfe il se rend à Bagdad et rencontre Saddam Hussein auprès de qui il plaide pour la paix et cherche à le persuader de ne pas étendre le conflit

Sa plus récente apparition publique remonte à la cérémonie d’investiture de Barack Obama, le 21 janvier 2009, à laquelle il était invité à assister. Apparition publique lors du All Star Game 2009 le 15 février 2009.

httpv://www.youtube.com/watch?v=TNTdUfByIhY&feature=related

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share