Le 14 janvier 2011, alors que la contestation ne s'essouffle pas, le président Ben Ali annonce qu'il limoge son gouvernement et promet l'organisation d'élections législatives dans six mois. Plus tard dans la journée, Ben Ali quitte le pays pour l'Arabie saoudite.

Ben Ali fuit la Tunisie après 23 ans de toute-puissance

Le président tunisien Zine El Abidine Ben Ali a fui le pays aujourd’hui vendredi 14 janvier au milieu d’une vague de protestations sociales. C’est une conclusion dramatique de ses 23 ans au pouvoir. Ce départ est sans précédent dans le monde arabe.

Le 14 janvier 2011, alors que la contestation ne s'essouffle pas, le président Ben Ali annonce qu'il limoge son gouvernement et promet l'organisation d'élections législatives dans six mois. Plus tard dans la journée, Ben Ali quitte le pays pour l'Arabie saoudite.

Le 14 janvier 2011, alors que la contestation ne s’essouffle pas, le président Ben Ali annonce qu’il limoge son gouvernement et promet l’organisation d’élections législatives dans six mois. Plus tard dans la journée, Ben Ali quitte le pays pour l’Arabie saoudite.

Dans une allocution solennelle à la télévision nationale après une journée d’émeutes, le Premier ministre Mohammed Ghannouchi a annoncé qu’il avait pris ses fonctions de président par intérim.

Il a invoqué un article de la Constitution qui lui a permis de prendre en charge temporairement le pays si le président n’était pas en mesure de s’acquitter de ses fonctions.

« J’appelle les Tunisiens de tout acabit politiques et de toutes les régions afin de démontrer leur patriotisme », a déclaré Ghannouchi, promettant de promouvoir les réformes sociales et politiques dans l’état d’Afrique du Nord.

Vice-président du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD), il est Premier ministre depuis le 17 novembre 1999.

Après le coup d’État du 7 novembre 1987, Ghannouchi est nommé le 26 juillet 1988 ministre du Plan, le 11 avril 1989 ministre du Plan et des Finances, le 3 mars 1990 ministre de l’Économie et des Finances et le 20 février 1991 ministre des Finances. En 1992, il devient ministre de la Coopération internationale et de l’Investissement extérieur et participe à plusieurs reprises à des négociations avec les institutions financières, dont la Banque mondiale. Il occupe ce poste jusqu’à sa nomination en tant que Premier ministre le 17 novembre 1999.

Ghannouchi, un bureaucrate de carrière âgé de 69 ans, qui a servi comme premier ministre depuis 1999, a été l’un des alliés les plus proches de Ben Ali.

Des sources du gouvernement ont indiqué que Ben Ali avait décollé à partir du principal aéroport de la capitale Tunis, mais sa destination finale serait l’Arabie Saoudite.

Le président américain Barack Obama a salué le « courage » et « la dignité » du peuple tunisien et a appelé à des élections libres et équitables dans le pays.

«Je condamne et déplore l’utilisation de la violence contre les citoyens qui expriment leur opinion pacifiquement en Tunisie, a dit M. Obama dans un communiqué.

«J’exhorte toutes les parties à maintenir le calme et éviter la violence, et demande au gouvernement tunisien de respecter les droits de l’homme, et d’organiser des élections libres et équitables dans un avenir proche », a-t-il ajouté.

Au matin du 7 novembre 1987, l’ancien président tunisien Ben Ali fait jouer l’article 57 de la constitution tunisienne et, sur la foi d’un rapport médical signé par sept médecins attestant de l’incapacité du président Habib Bourguiba d’assumer ses fonctions, le dépose pour sénilité. Il devient, en tant que successeur constitutionnel, président et chef suprême des forces armées. Dans une déclaration faite à la radio nationale, il annonce sa prise de pouvoir et déclare que « l’époque que nous vivons ne peut plus souffrir ni présidence à vie ni succession automatique à la tête de l’État desquels le peuple se trouve exclu. Notre peuple est digne d’une vie politique évoluée et institutionnalisée, fondée réellement sur le multipartisme et la pluralité des organisations de masse »

Il a d’abord été salué par de nombreuses personnes pour l’adoption des réformes économiques libérales, ainsi que tuées dans l’œuf le parti islamiste Ennahdha.

Ben Ali se rend au chevet de Mohamed Bouazizi

Ben Ali se rend au chevet de Mohamed Bouazizi

Le départ du président tunisien représente la première fois qu’un dirigeant arabe soit contraint de quitter ses fonctions sous la pression de manifestations populaires.

Ces événements sont arrivés à la suite d’une série de manifestations qui portent le nom de Révolution pour la liberté, également connue sous les termes de révolte de Sidi Bouzid ou d’intifada de Sidi Bouzid contre le chômage, les conditions de vie et la répression policière qui ont débuté en décembre 2010.

Le tout débute quand un fils d’ouvrier agricole du nom de Mohamed Bouazizi, qui a quitté le lycée à la mort de son père pour faire vivre sa famille, donc l’activité de vendeur était son seul revenu. Ne possédant pas d’autorisation officielle, il se fait confisquer sa marchandise à plusieurs reprises par les employés municipaux. Essayant de plaider sa cause et d’obtenir une autorisation et la restitution de son stock auprès de la municipalité et du gouvernorat, il s’y fait insulter et chasser.

Sa soeur Leïla explique : « Ce jour-là, les agents municipaux lui avaient confisqué son outil de travail et l’un d’eux l’avait giflé. Il s’est alors rendu à la municipalité, puis au gouvernorat pour se plaindre, mais ici, à Sidi Bouzid, il n’y a personne pour nous écouter. Ils marchent à la corruption et ne travaillent que pour leurs intérêts. »

Pages : 1 2

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share