Ce roman, très populaire auprès du jeune public dès sa parution, n'a cessé d'être le sujet de nombreuses critiques littéraires. Bien que la société dont il fait la satire remonte à un quart de siècle avant sa publication, il a provoqué, et continue de le faire, de nombreuses controverses.

Les Américains prêts à effacer leur Histoire des romans

Les Aventures de Huckleberry Finn est un roman considéré comme un des premiers grands romans américains. Ce roman de Mark Twain est aussi connu pour être un des premiers romans américains à introduire le réalisme flaubertien « couleur locale ».

Ce roman, très populaire auprès du jeune public dès sa parution, n'a cessé d'être le sujet de nombreuses critiques littéraires. Bien que la société dont il fait la satire remonte à un quart de siècle avant sa publication, il a provoqué, et continue de le faire, de nombreuses controverses.

Les Aventures de Huckleberry Finn est un roman, très populaire auprès du jeune public dès sa parution, n'a cessé d'être le sujet de nombreuses critiques littéraires. Bien que la société dont il fait la satire remonte à un quart de siècle avant sa publication, il a provoqué, et continue de le faire, de nombreuses controverses.

Publié pour la première fois en 1884, il s’agit d’un roman à la première personne où le personnage éponyme Huckleberry « Huck » Finn, le meilleur ami de Tom Sawyer (autre héros des livres de Mark Twain) nous raconte ses aventures.

Son jeune héros, caractérisé par son innocence, nous décrit ainsi les mœurs et les paysages qu’il découvre le long du Mississippi : il reste célèbre pour son approche naïve des différentes personnalités qui l’entourent, ainsi qu’à l’égard du racisme de l’époque. Le voyage entrepris par Huck et son ami Jim, un esclave en fuite, sur le Mississippi à bord d’un radeau de fortune est probablement une des plus fortes allégories de la liberté par la fuite de toute la littérature américaine.

Ce livre n’a pas que des adeptes. Il a soulevé plusieurs controverses. Comme il a été écrit au 19e siècle, dans le sud raciste des États-Unis, ce roman culte reflète l’ambiance esclavagiste de cette époque.

Le mot nègre se retrouve plus de 200 fois dans ses pages. Alan Gribben, un professeur d’Anglais à l’Université d’Auburn, à Montgomery, en Alabama propose une nouvelle édition du roman de Mark Twain en remplaçant le mot « Negre» par « Esclave ». Pourtant, retirer ce mot du livre serait comme renier la culture du lourd passé esclavagiste des Américains. Et pas besoin de se le cacher, ce mot est encore largement utilisé dans le Sud des États-Unis.

M. Gribben a dit agir ainsi afin d’éviter que le roman tombe dans une liste noire. Il pensait que son édition serait bien accueillie par les enseignants et les professeurs d’Université qui voulaient épargner à leurs lecteurs de constantes insultes racistes.

Aux États-Unis le mot ‘Nigger” (nègre) est largement repris pas les chanteurs noir américain de la culture hip-hop qui tentent tant bien que mal de lui donner un nouveau sens. Pourtant en 2007 une résolution du New York City Council exclut des Grammy toutes chansons contenant le mot “Nigger”. Le “n-word” (le mot commençant par n) comme on le dénomme là-bas reste fortement péjoratif.

Les controverses sur Huckleberry Finn se produisent à une régularité prévisible. En 2009, juste avant l’investiture de Barack Obama, un professeur de lycée du nom de John Foley écrivait dans le Seatlle Post-Intelligencer que Ne tirez pas sur l’oiseau Moqueur (To Kill a Mockingbird) Pulitzer 1961, Des souris et des hommes (Of Mice and Men) et Les aventures de Huckleberry Finn (Huckleberry Finn) ne devraient plus faire partit du cursus. Le temps est venu de mettre a jour la littérature utilisez dans nos classes du secondaire. Barack Obama est le nouveau président des États-Unis et ces livres qui utilisent à répétition le mot nègre doivent disparaitre.  »

You don't have a sufficient version of Flash Player to display this animation.

Alors pourquoi les Américains sont-ils prêts à effacer de leur histoire l’époque ou ils se sont enrichis, engraisser et ainsi dominer les autres nations?

Parce qu’ils ont peur. Peur que ces Nègres ne se conscientisent et demandent réparation. Avec un Noir élu à la plus haute fonction du pays, ils ne peuvent qu’imaginer ce que leur couterait une telle entreprise.

La Réparation pour l’esclavage est une proposition que certains types de compensation devraient être fournies pour les descendants d’esclaves aux États-Unis, en contrepartie du travail forcé et sans compensation de leurs ancêtres effectués sur plusieurs siècles.

Cette compensation a déjà été proposée dans une variété de formes, du paiement monétaire à chacun des individus  à des régimes d’indemnisation terrestres liées à l’indépendance. L’idée reste très controversée et aucun consensus n’existe quant à la façon dont il pourrait être mis en œuvre. Il y a eu des appels similaires pour de la réparation pour certains pays des Caraïbes, et dans certains pays africains qui ont demandé réparation pour la perte de leur population respective.

En 1865, après la défaite des États confédérés d’Amérique durant la guerre de Sécession, le général William Tecumseh Sherman a donné l’ordre spécial no 15. Cette commande devait assurer l’harmonie et résoudre le problème causé par la masse d’esclaves libérés. Donc 40 000 esclaves ont reçu 400 000 acres (1 600 km2) de terre en Géorgie et en Caroline du Sud a l’usage exclusif des Noirs. Cependant, le président Andrew Johnson a inversé l’ordre après l’assassinat du président Abraham Lincoln. Abraham Lincoln meurt assassiné le 15 avril 1865 à la suite d’un complot émanant de partisans confédérés au début de son second mandat.

En 1867, Thaddeus Stevens a parrainé un projet de loi pour la redistribution des terres aux Afo-Américains, mais il n’a jamais été adopté

Une autre proposition a été rendue dans la salle de conférence du McCormick Convention Center lors de la première Convention nationale pour la réparation par Howshua Amariel, un activiste qui oeuvre à Chicago. Cette proposition obligerait le gouvernement fédéral de faire des réparations aux descendants des prouvés esclaves. En outre, Amariel a déclaré: «Pour ces Noirs qui veulent rester en Amérique, ils devraient recevoir des réparations sous la forme d’une éducation gratuite, soins médicaux gratuits, une aide juridique gratuite et une  aide financière pendant 50 ans sans impôts perçus» et «Pour ceux qui désirent à quitter l’Amérique, toute personne noire recevrait un million de dollars ou plus, en or, en réparation.  »

Diverses estimations ont été avancées, si ces paiements devaient être effectués. Le magazine américain Harper a fait une estimation que le total des réparations dues est supérieur à 100 milliards de dollars, sur la base 222.505.049 heures de travail forcé entre 1619 et 1865, avec un intérêt composé de 6%. Si tout ou partie de cette somme est payé aux descendants d’esclaves aux États-Unis, le gouvernement actuel des États-Unis ne payerait qu’une fraction de ce coût. Environ  40 milliards de dollars, car il existe seulement depuis 1789 seulement.

Le 30 juillet 2008, les États-Unis de la Chambre des représentants ont adopté une résolution présentant des excuses pour l’esclavage pratiqué sur leur confrère américain noir et les lois discriminatoires, qu’ils ont subies, mais ces excuses plates ne font mention d’aucunes réparation .

Le 15 janvier 2007, le Time Magazine classait le roman de Mark Twain cinquième meilleur livre de tous les temps.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share