L'organisation Al-Shabbaab (arabe : الشباب, jeunesse) est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis en février 2008, de l'Australie le 21 août 2009, du Canada et de la Nouvelle-Zélande. Elle est soupçonnée d'entretenir des liens forts avec la direction centrale d'Al-Qaïda au Pakistan et d'abriter des djihadistes étrangers, dont certains en provenance d'Europe et des États-Unis. L'intensification des actions militaires américano-pakistanaise dans les zones tribales au sud du Waziristan menaçant la survie des hauts-responsables de la mouvance, de nombreux chefs d'Al-Qaïda sont soupçonnés de se préparer à quitter leur sanctuaire afghano-pakistanais pour gagner la Somalie.

Al-Shabbaab continue son carnage en Somalie

Des Somaliens aident un homme blessé lors de combats entre troupes gouvernementales et le groupe armé Al-Shabbaab, à Mogadiscio. Les insurgés en uniformes de combats ont pris d'assaut un hôtel dans la capitale somalienne, tuant au moins 32 personnes y compris des membres du gouvernement somalien.

Des Somaliens aident un homme blessé lors de combats entre troupes gouvernementales et le groupe armé Al-Shabbaab, à Mogadiscio. Les insurgés en uniformes de combats ont pris d'assaut un hôtel dans la capitale somalienne, tuant au moins 32 personnes y compris des membres du gouvernement somalien.

De violents combats se déroulent à Mogadiscio, la capitale somalienne, pour la troisième journée consécutive, avec six personnes tuées.

25 personnes autres personnes ont été blessées dans des attaques récentes dans les environs du marché de Bakara.

Les combats entre les forces gouvernementales, soutenues par les troupes de l’Union africaine, et les combattants d’Al-Shabbaab ont continué sur plusieurs fronts dans le nord et le sud de la ville.

« Les combats ont repris ce matin intensément et les forces gouvernementales sont en marche vers les lignes ennemies, ils [les ennemis] ont perdu beaucoup de combattants, affirme Mohamed Adan, un agent de la sécurité du gouvernement somalien.

Ces combats arrivent un jour après une attaque contre un hôtel de Mogadiscio dans lequel 38 personnes, dont huit membres du Parlement, ont trouvé la mort.

Les États-Unis ont condamné l’attentat d’hier, mardi dans lequel des hommes armés portant des uniformes militaires ont pris d’assaut l’Hôtel Muna, qui accueille des représentants du gouvernement. Un kamikaze s’est fait exploser à l’intérieur.

Les rebelles du groupe Al-Shabbaab ont déclaré que leurs forces spéciales ont effectué l’attaque.

L’assaut est venu après que le groupe a déclaré qu’une guerre « décisive » contre les soldats pour le maintien de la paix Union africaine est déployée dans la ville.

Mais Abdirahman Yariisow, le ministre de l’information somalien a déclaré qu’Al-Shabbaab ne vaincra pas les forces de son gouvernement.

« Nous gagnons cette guerre … l’attentat suicide d’hier a été une sorte de vengeance pour leurs pertes [que nous leur avons infligé], dit-il.

 » Al-Shabbaab sont des terroristes, ils travaillent pour Al-Qaïda et qu’ils n’ont aucun respect pour les civils. »

Sheikh Ali Mohamoud Rage, le porte-parole d ‘ Al-Shabbaab, a déclaré que les combattants ont commencé une nouvelle guerre contre les « envahisseurs » — une référence apparente aux 6.000 soldats de l’Union africaine déployée dans le pays pour soutenir les forces gouvernementales.

Des centaines de soldats sont arrivés, principalement d’Ouganda, ces derniers jours pour aider le gouvernement dans sa lutte contre Al-Shabbaab.

Les forces ont été jusqu’ici en mesure de faire un peu plus que de garder en sécurité l’aéroport et le port et de protéger Sharif Ahmed, le président.

Par contre, les membres du Parlement somalien, les cibles apparentes de l’attaque de mardi, ne bénéficient pas de cette protection.

L’Ouganda a dit le mois dernier qu’il était prêt à envoyer 1200 soldats supplémentaires en Somalie, en plus des soldats de l’AMISOM.

L'organisation Al-Shabbaab (arabe : الشباب, jeunesse) est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis en février 2008, de l'Australie le 21 août 2009, du Canada et de la Nouvelle-Zélande. Elle est soupçonnée d'entretenir des liens forts avec la direction centrale d'Al-Qaïda au Pakistan et d'abriter des djihadistes étrangers, dont certains en provenance d'Europe et des États-Unis. L'intensification des actions militaires américano-pakistanaise dans les zones tribales au sud du Waziristan  menaçant la survie des hauts-responsables de la mouvance, de nombreux chefs d'Al-Qaïda sont soupçonnés de se préparer à quitter leur sanctuaire afghano-pakistanais pour gagner la Somalie.

L'organisation Al-Shabbaab (arabe : الشباب, jeunesse) est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis en février 2008, de l'Australie le 21 août 2009, du Canada et de la Nouvelle-Zélande. Elle est soupçonnée d'entretenir des liens forts avec la direction centrale d'Al-Qaïda au Pakistan et d'abriter des djihadistes étrangers, dont certains en provenance d'Europe et des États-Unis. L'intensification des actions militaires américano-pakistanaise dans les zones tribales au sud du Waziristan menaçant la survie des hauts-responsables de la mouvance, de nombreux chefs d'Al-Qaïda sont soupçonnés de se préparer à quitter leur sanctuaire afghano-pakistanais pour gagner la Somalie.

La mission de l’Union africaine en Somalie, généralement appelée AMISOM (acronyme de l’anglais African Union Mission in Somalia), est une mission régionale de maintien de la paix menée par l’Union africaine avec l’aval des Nations unies. Elle compte actuellement 5 250 soldats, dont 2 550 fournis par le Burundi et 2 700 par l’Ouganda.

Al Shabbaab, qui est en lutte contre le gouvernement somalien depuis 2007, a récemment revendiqué un attentat le 11 juillet 2010. Trois bombes ont explosé au milieu de foules qui regardaient la finale de la Coupe du monde de football de 2010 à Kampala, en Ouganda, dans deux endroits différents.

La première explosion a frappé un restaurant du quartier de Kabalagala, fréquenté par des expatriés, et a fait quinze victimes, dont une de nationalité américaine; puis deux explosions se sont produites quasi simultanément au club de rugby Kyadondo, à Nakawa, où le quotidien d’État New Vision faisait projeter le match, et ont fait au moins quarante-neuf victimes. Un troisième gilet-suicide est retrouvé dans une discothèque.

D’après un policier ougandais, le premier bilan serait de soixante-quatre morts et soixante-cinq blessés. Bilan porté à 74 morts le 12 juillet.

Al-Shabbaab ( jeunesse en arabe) est un groupe islamiste somalien issu de la fraction la plus dure de l’Union des tribunaux islamiques, qui milite pour l’instauration de la charia et s’est déclaré en 2009 en guerre contre le gouvernement de Sharif Ahmed, un modéré issu des Tribunaux islamiques.

Le groupe a déclaré qu’il continuera à effectuer des frappes en Ouganda et au Burundi, tant que ces pays fournissent des troupes pour la force de paix de l’UA en Somalie.

La Somalie n’a plus de gouvernement central effectif depuis près de 20 ans et al-Shabab contrôle une partie importante du pays.

Plus de 21.000 Somaliens ont été tués dans les combats depuis le début de l’insurrection, 1,5 million ont été chassées de leurs foyers et près d’un demi-million ont trouvé refuge dans d’autres pays de la région.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.