Le Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (MEND) est l'un des plus importants groupes de militants dans la région du delta du Niger. L'organisation prétend exposer l'exploitation et l'oppression du peuple du Delta du Niger et la dévastation de l'environnement naturel par des partenariats public-privé entre le gouvernement fédéral du Nigeria et de sociétés impliquées dans l'extraction pétrolière dans le delta du Niger.

2 Américains, 2 Français, 2 Indonésiens et un Canadien pris en otage dans le delta du Niger

Le principal groupe de militant nigérian a annoncé aujourd’hui mardi avoir saisi sept travailleurs du secteur pétrolier dans un raid sur une installation appartenant à la compagnie américaine ExxonMobil.

Le Mouvement pour l'émancipation du Delta du Niger (MEND) est l'un des plus importants groupes de militants dans la région du delta du Niger. L'organisation prétend exposer l'exploitation et l'oppression du peuple du Delta du Niger et la dévastation de l'environnement naturel par des partenariats public-privé entre le gouvernement fédéral du Nigeria et de sociétés impliquées dans l'extraction pétrolière dans le delta du Niger.

Le Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger (MEND) prétend exposer l’exploitation et l’oppression du peuple du Delta du Niger et la dévastation de l’environnement naturel par des partenariats public-privé entre le gouvernement fédéral du Nigeria et de sociétés impliquées dans l’extraction pétrolière dans le delta du Niger.

Le Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger ou MEND (de l’anglais Movement for the Emancipation of the Niger Delta) est un mouvement militant nigérian qui lutte contre l’exploitation et l’oppression des peuples du delta du Niger. Le MEND lutte particulièrement contre les compagnies pétrolières et contre le gouvernement fédéral du Nigeria.

Ce groupe militant a revendiqué les kidnappings et a également déclaré que l’armée aurait tiré des missiles sur l’un de ses camps hier, lundi. Les autorités nigérianes ont  indiqué que des opérations de « ratissage » étaient en cours.

Ces enlèvements sont les derniers incidents de ce type ces derniers mois dans le Delta du Niger qui est au cœur de l’industrie pétrolière du pays. L’armée nigériane a mis en garde les populations qui demeurent à proximité et les incite à se déplacer pour éviter une action qui devrait avoir lieu ce week-end.

« Le Mouvement pour l’émancipation du Delta du Niger (MEND) a confirmé l’attaque par ses combattants sur les installations de pétrole de ExxonMobil dans l’état de Akwa Ibom »

« Sept employés locaux ont été enlevés », a indiqué dans un communiqué en référence apparente à l’attaque du week-end sur une plate-forme marine exploitée par le géant pétrolier américain ExxonMobil.

La branche nigériane d’ExxonMobil a confirmé qu’une de ses installations en mer « a été arraisonnée par des inconnus armés dans la soirée de dimanche.» Un syndicat des ouvriers du pétrole, PENGASSAN, a déclaré que huit personnes ont été enlevées, dont sept de ses membres.

« Dans les prochaines semaines … (MEND) va lancer une opération de grande envergure qui touchera simultanément les installations pétrolières dans le delta du Niger, »affirme le groupe dans un communiqué.

Il ajoute qu’il « souhaite attirer l’attention de la communauté internationale aux bombardements et les mitraillages aveugles des communautés du Delta du Niger et certains lieux soupçonnés d’accueillir des camps de miliciens par l’armée nigériane. »

Selon un rapport publié en 2006 par le World Wide Fund (WWF) Royaume-Uni, l’Union internationale pour la conservation de la nature et la Nigerian Conservation Foundation, jusqu’à 1,5 million de tonnes de brut – soit cinquante fois la marée noire provoquée par le pétrolier Exxon Valdez en Alaska – se sont déversées dans le delta durant le demi-siècle écoulé.

Selon un rapport publié en 2006 par le World Wide Fund (WWF) Royaume-Uni, l’Union internationale pour la conservation de la nature et la Nigerian Conservation Foundation, jusqu’à 1,5 million de tonnes de brut – soit cinquante fois la marée noire provoquée par le pétrolier Exxon Valdez en Alaska – se sont déversées dans le delta durant le demi-siècle écoulé.

Selon le groupe MEND, les sept captifs étrangers comprennent deux Américains, deux Français, deux Indonésiens et un Canadien.

Le groupe exprime qu’il a été forcé de déplacer les otages étrangers, après que des tirs de roquettes par l’armée nigériane sont tombés très près des captifs.

Vendredi 15 mai 2009, un otage du Mend avait  été tué par une « balle perdue » de l’armée qui aurait attaqué la zone où il était détenu.

Les autorités nigérianes ont confirmé mardi que des opérations étaient en cours pour traquer les ravisseurs, mais ils ont donné peu de détails.

Une force militaire et policière est pour le moment engagé dans une opération de ratissage pour trouver les criminels et ceux qui amènent la vie et les propriétés à tomber dans l’insécurité dans le delta du Niger », a déclaré le lieutenant-colonel Timothy Antigha.

Antigha a déclaré que l’opération se poursuivrait « jusqu’à ce que le niveau de sécurité souhaité et de la paix soient de nouveau rétabli dans le delta du Niger et que la région soit débarrassée des actions criminelles et illégales par ces soi-disant militants. »

ExxonMobil Corporation (NYSE : XOM) est une société pétrolière et gazière américaine, dirigée par Rex Tillerson et siégeant à Irving dans la banlieue de Dallas. Elle résulte de la fusion le 30 novembre 1999 entre Exxon Corporation et Mobil Oil Corporation (respectivement numéros 2 et 3 mondiaux à l’époque derrière Shell).

Avec un chiffre d’affaires de 425 milliards de dollars (soit le budget du Département de la Défense des États-Unis en 2008), pour un bénéfice de 45,22 milliards, elle est largement l’entreprise la plus profitable au monde. Son chiffre d’affaires est équivalent au PIB de la Suisse et est ainsi supérieur à celui de 179 des 195 pays reconnus par l’ONU.

Le 1er mai, dans l’Etat d’Akwa Ibom, un oléoduc du groupe ExxonMobil s’est rompu, rejetant 4 millions de litres de brut dans le delta pendant sept jours avant que la brèche ne soit colmatée.

Le 1er mai, dans l’Etat d’Akwa Ibom, un oléoduc du groupe ExxonMobil s’est rompu, rejetant 4 millions de litres de brut dans le delta pendant sept jours avant que la brèche ne soit colmatée.

Le pétrole nigérian – produit à 40% par la compagnie Shell – représente 95% des recettes d’exportation et 80% du revenu du pays. Il place le Nigéria parmi les six premiers pays exportateurs de pétrole avec un revenu de plus de 34 milliards d’euros (46 milliards de dollars US) en 2006. Mais paradoxalement, le pays est souvent en pénurie de carburant et de nombreuses raffineries sont sous-exploitées, voire inexploitées.

Les procédés des compagnies pétrolières dans la région, appuyées par l’état nigérian, ont été très vivement critiqués, et les tensions entre les riverains et les forces de l’ordre ont donné lieu à plusieurs massacres et assassinats.

Dans les années 1990 s’est créé le Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (MOSOP) pour lutter non violemment contre les agissements de Royal Dutch Shell. Après les exécutions de cinq de leurs leaders (dont Ken Saro-Wiwa le 10 novembre 1995), le mouvement s’est peu à peu éteint. C’est dans les années qui ont que le groupe Mouvement pour l’émancipation du delta du Niger (MEND) a vu le jour.

Le MEND, qui affirme se battre pour une répartition plus équitable des revenus pétroliers, a également été considéré comme une organisation parapluie pour les gangs criminels.

L’espérance de vie dans le delta du Niger est de 45 à 50 ans, contre 55 à 60 dans le reste du pays, selon les autorités.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share