Depuis 1988, l'éradication de la poliomyélite fait l'objet d'une initiative mondiale sous l'égide de l'OMS, de l'Unicef et du Rotary International. La campagne de vaccination de masse a fait passer son incidence de 350 000 nouveaux cas par an en 1988 à environ 1 500 en 2008 et son éradication est officielle sur tout le continent américain, en Europe et dans les régions OMS du Pacifique occidental, Chine comprise.

L’UNICEF et l’OMS lance une campagne de vaccination en Afrique Centrale

Depuis 1988, l'éradication de la poliomyélite fait l'objet d'une initiative mondiale sous l'égide de l'OMS, de l'Unicef et du Rotary International. La campagne de vaccination de masse a fait passer son incidence de 350 000 nouveaux cas par an en 1988 à environ 1 500 en 2008 et son éradication est officielle sur tout le continent américain, en Europe et dans les régions OMS du Pacifique occidental, Chine comprise.

Depuis 1988, l'éradication de la poliomyélite fait l'objet d'une initiative mondiale sous l'égide de l'OMS, de l'Unicef et du Rotary International. La campagne de vaccination de masse a fait passer son incidence de 350 000 nouveaux cas par an en 1988 à environ 1 500 en 2008 et son éradication est officielle sur tout le continent américain, en Europe et dans les régions OMS du Pacifique occidental, Chine comprise.

Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (abrégé en UNICEF ou Unicef pour United Nations of International Children’s Emergency Fund en anglais) et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont lancé jeudi une campagne de vaccination contre la poliomyélite qui fournira une vaccination à 3 millions d’enfants et d’adultes en Afrique centrale.

La campagne de vaccination débutera le vendredi dans la République du Congo, la République démocratique du Congo (RDC) et en Angola, en réponse à une récente épidémie détectée le 4 novembre, selon les responsables.

La poliomyélite est une maladie virale contagieuse qui affecte les nerfs et elle est transmise par des aliments s ou de l’eau contaminée avec des matières fécales. La maladie affecte habituellement les enfants de moins de cinq ans, toutefois, les jeunes adultes entre 15 et 29 ans constituent la majorité des cas dans la récente épidémie.

Selon l’ONU, un total de 226 personnes ont été paralysées et 97 personnes sont mortes à la suite de l’éclosion.

Gianfranco Rotigliano, directeur régional de l’UNICEF pour l’Afrique occidentale et centrale, a déclaré l’effort est donné pour empêher la propagation de l’épidémie.

« La priorité absolue est de vacciner toutes les personnes et prévenir de nouveaux cas et minimiser les  décès et ce, le plus rapidement possible. Nous sommes à un moment critique et la polio en Afrique exige notre engagement absolu, dit-il.

En 1985, la section régionale de l’OMS, the Pan American Health Organization (PAHO)décide d’éradiquer la polio des Amériques. En 1988, la Quarante et Unième Assemblée mondiale de la Santé, composée alors des délégués de 166 États membres, a adopté une résolution visant l’éradication de la poliomyélite dans le monde.

En 2008, la maladie n'était encore endémique  que dans quatre pays (Nigeria, Inde, Pakistan et Afghanistan) qui concentraient la quasi-totalité des cas. Une flambée de cas au Tadjikistan  au début de l'année 2010 rappelle cependant que le virus circule toujours.

En 2008, la maladie n'était encore endémique que dans quatre pays (Nigeria, Inde, Pakistan et Afghanistan) qui concentraient la quasi-totalité des cas. Une flambée de cas au Tadjikistan au début de l'année 2010 rappelle cependant que le virus circule toujours.

Cette initiative a été mise sur pied à la suite de la certification de l’éradication de la variole en 1980, des progrès accomplis au cours des années 1980 grâce aux opérations d’élimination du poliovirus dans les Amériques et de l’engagement pris par Rotary International de mobiliser des fonds pour protéger tous les enfants de cette maladie.

Cette initiative a été lancée en vue d’éradiquer la poliomyélite vers l’année 2005. La cible a été secondairement retardée à 2010.

En France, le dernier cas de polio autochtone remonte à 1989. Puis un autre cas, importé, fut déclaré en 1995.

Entre 1979 et 1986, il y eut 11 cas associés au vaccin oral (six étant survenus après la première dose vaccinale et le risque avait été évalué à 3 sur 10 millions de doses). Aucun nouveau cas n’est apparu depuis 1986.

En 1992 est découvert un foyer de polio aux Pays-Bas, dans un groupe qui refuse la vaccination.

Fin 1999 le nombre de cas avait reculé de 95 % avec 7 094 nouveaux cas recensés pour 20 000 malades au total et le nombre de pays atteints est passé de 125 à 30, disparaissant de tout le continent américain, du Pacifique occidental, de la Chine et de l’Europe.

L’année 2004 a connu une augmentation des cas de polio (1 300 contre 800 en 2003). Le nombre de cas déclaré en 2005 atteint 1 650 et dépasse 1 760 cas en 2006.

La maladie reste un important problème de santé publique pour de nombreux pays d’Afrique et d’Asie, où elle reste présente de manière préoccupante en Afghanistan, en Égypte, en Inde (plus de 500 cas en 2006), au Niger, au Nigeria (près de 1 000 cas en 2006) et au Pakistan.

You don't have a sufficient version of Flash Player to display this animation.

Les causes de cette stagnation, voire de cette régression sont complexes. Elles sont dues aux problèmes récurrents d’accès à l’eau potable, à l’insalubrité, ainsi qu’au retard pris par les campagnes de vaccination dans deux États (État de Kano et Zamfara) au Nord du Nigeria, où les responsables lancent des rumeurs accusant les Américains de vouloir les contaminer par le SIDA et de les rendre stériles.

Edward Hooper (né en 1951) est un journaliste britannique. Il a passé une grande partie de sa vie en Afrique où il a exercé différents métiers . Il y fut notamment correspondant de la BBC .

Il est principalement cité pour son livre The River – A Journey To The Sources Of HIV And AIDS, un ouvrage controversé qui fait suite à dix sept années d’enquête. Ce livre, est le fruit d’un travail colossal d’entretiens, d’enquêtes, écrit d’une plume alerte, est indispensable à la compréhension du sida et qui lie l’apparition du sida à des campagnes de vaccination contre la poliomyélite dans le Congo belge. cette thèse est connue sous le nom de The oral polio vaccine (OPV) AIDS hypothesis.

La théorie du vaccin contre la poliomyélite comme origine du SIDA n’est pas reconnue par la communauté scientifique, Edward C. Holmes indiquant dans un article paru en novembre 2007 que cette théorie était « rangée sur les étagères de la science-fiction»

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share