La Princesse et la Grenouille (The Princess and the Frog), est le 115e long-métrage d'animation et le 49e « Classique d'animation » des studios Disney.

Une princesse Noire chez Disney

Les récents films Hollywoodiens « Precious » et « The Princess and the Frog » — tous deux mettant en vedette les actrices noires et les deux en lice pour les Oscars cette année – ont apporté non seulement l’adulation, mais aussi prétend-on  qu’ils favorisent les stéréotypes et les caricatures. Le problème est simple: les histoires concernant la population noire, avec toutes les autres minorités, sont si rares qu’elles viennent automatiquement à représenter tous les Noirs.

La Princesse et la Grenouille (The Princess and the Frog), est le 115e long-métrage d'animation et le 49e « Classique d'animation » des studios Disney.

La Princesse et la Grenouille (The Princess and the Frog), est le 115e long-métrage d’animation et le 49e « Classique d’animation » des studios Disney.

Plusieurs mois avant,  la sortit du film, la bande-annonce pour « Precious », un film indépendant avec un réalisateur noir, et « Princess », un long métrage d’animation traditionnelle, dessinée à la main, on se demandait chez Disney comment leur sujet allait influencer noir et blanc, le public cible, dont la majorité ont moins de 10 ans. N’étant pas étranger à la critique concernant les clichés raciaux, le rouleau compresseur culturel devait s’assurer que le sujet serait traité avec sensibilité.

Le titre original, d’abord : La princesse grenouille. Une insulte. On le change très vite pour La princesse et la grenouille. Ensuite, le nom de la princesse a été changé de Maddy, considéré par certains comme un nom d’esclave, à Tiana, un nom avec un son plus « noir », plus culturel.

On se demande pourquoi Disney se montre réticente à donner à sa première princesse noire, un prince également Noir. Le vilain de l’histoire, en revanche, est bel et bien black, et en plus, aïe, il pratique le vaudou !

Et bien que beaucoup, y compris les producteurs exécutifs du film, Oprah Winfrey et Tyler Perry, ont considéré le film comme édifiant et inspirant, une lueur d’espoir est plutôt difficile a concevoir quand le film se conclut avec Precious ” dans une maison de transition et infectés par le VIH par son père qui l’a violée lui laissant deux enfants…

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre