Ce train à haute vitesse atteindra une vitesse moyenne de 160 km/h comparativement aux 32 km/h actuellement

Un train haute vitesse liera les capitales Est-Africaines en 2018

La Chine a signé un accord pour la construction d’un lien ferroviaire de 3,8 milliards de dollars entre le port de l’océan Indien de Mombasa et Nairobi, la première étape d’une ligne qui reliera ultimement l’Ouganda, le Rwanda, le Burundi et le Soudan du Sud.

L’accord a été signé à Nairobi hier, le 11 mai 2014 par la visite du Premier ministre chinois Li Keqiang, assisté par les présidents du Kenya, de l’Ouganda, du Rwanda et le Soudan du Sud.

Ce train à haute vitesse atteindra une vitesse moyenne de 160 km/h comparativement aux 32 km/h actuellement

Ce train à haute vitesse atteindra une vitesse moyenne de 160 km/h comparativement aux 32 km/h actuellement

Selon les termes de l’accord, la Banque d’Exportation-Importation de la Chine (Exim Bank of China) qui finance plus que les financements des exportations totales du groupe des sept pays les plus industrialisés (G7) réunis ensemble, fournira 90 pour cent du coût de remplacement de la ligne dégradée, faite dans la sueur et le sang de l’époque coloniale britannique. Les 10 pour cent restants seront financés par le Kenya.

La construction devrait débuter en octobre prochain et prendra trois ans et demi pour se compléter. La pékinoise China Communications Constructionest est désignée dans ce colossal projet comme étant l’entrepreneure principale.

Une fois la ligne Mombasa-Nairobi aboutit, ce qui devrait nous amener en 2018, la nouvelle structure ferroviaire à haute vitesse reliera les plus grandes économies de l’Afrique de l’Est, soit Kampala, Kigali, Bujumbura et Juba qui les capitales de l’Ouganda, du Rwanda, du Burundi et du Soudan du Sud respectivement.

« Ce projet démontre que la coopération entre la Chine et les pays d’Afrique de l’Est est mutuellement profitable. Ce transport ferroviaire est un élément vital dans le développement des infrastructures de transport » affirme M. Li, qui est dans ​​une tournée de quatre pays africains.

L’insatiable Chine, deuxième plus grande économie du monde, est désireuse de renforcer sa présence sur le continent pour dénicher de nouveaux marchés et opportunités.

Le président kenyan Uhuru Kenyatta a salué la relation en plein essor avec la Chine, en la décrivant comme étant « basé sur la confiance mutuelle » et attestant que le Kenya « a trouvé un partenaire honorable en la Chine. »

Lors du même événement, le président ougandais Yoweri Museveni en a même profité pour narguer les donateurs occidentaux qui ont critiqué largement son leadership en évoquant la corruption de son gouvernement et son adoption récente d’une législation antigaie.

« Nous sommes heureux de voir que la Chine se concentre sur les vraies questions de développement », a déclaré M. Museveni. « Ils ne nous font pas la leçon sur la façon de gérer nos gouvernements et d’autres problèmes que je ne veux pas mentionner. »

(Visited 277 times, 1 visits today)

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Ecrivez sur lencrenoir.com
Vous voulez faire connaitre votre point de vue? Vous cherchez un audience captif? Faites-nous parvenir vos textes à [email protected]
Vous avez un communiqué de presse signalant un événement ou la sortie d'un livre? Communiquez avec nous à [email protected]
Articles populaires de la semaine
Contactez-nous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message



Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share