Avant de remporter les élections de 2015, Muhammadu Buhari perdit le vote de 2003, 2007 et 2011 successivement.

Un ex-dictateur remporte proprement les présidentielles au Nigeria

L’ancien dictateur militaire Muhammadu Buhari a déclaré mercredi qu’il était temps « de guérir les blessures », un jour après que le président du Nigéria, Goodluck Jonathan ait reconnu sa défaite lors d’une élection âprement disputée.

Avant de remporter les élections de 2015, Muhammadu Buhari perdit le vote de 2003, 2007 et 2011 successivement.

Avant de remporter les élections de 2015, Muhammadu Buhari perdit le vote de 2003, 2007 et 2011 successivement.

Appelant à la réconciliation par rapport à la fracture politique, M. Buhari a déclaré que les Nigérians ont tourné le dos à un État à parti unique et embrassé la démocratie.

Muhammadu Buharine parle pas de démocratie à la légère. Cet homme né un 17 décembre 1942 au nord du Nigeria, un nord a forte densité musulmane, fut au pouvoir en 1983 après un coup d’État sur Shehu Shagari. Le président putschiste perd le pouvoir moins de deux ans plus tard. Son successeur Ibrahim Babangida, lui aussi arrivé aux plus hautes fonctions du pays par les armes, quittera le pouvoir sous la pression de la rue. Ainsi, depuis l’indépendance du pays le plus populeux d’Afrique en 1960, le Nigeria n’a connu que des épisodes éplorés d’alternances.

Cette élection historique met un terme à cette période cynique. Le président Goodluck Jonathan a reconnu sa défaite avec grâce mardi soir, en disant «J’ai promis des élections libres et équitables dans le pays. J’ai tenu ma parole. », précisant : « Aucune ambition ne vaut le sang de Nigérians ».

En mai 2014, après l’enlèvement des lycéennes de Chibok, Buhari dénonce toutefois les actions de Boko Haram et demande aux Nigérians de « mettre de côté la religion, la politique et toute autre division afin d’écraser l’insurrection, attisée par des fanatiques insensés déguisés en musulmans »

La concession de M. Jonathan a désamorcé les tensions et les craintes de violences postélectorales. Plus de 1000 personnes sont mortes et 65 000 autres faites sans-abri suite à des émeutes dans le nord musulman après que Buhari ait perdu face à Jonathan dans l’élection de 2011.

Pour ce vote qui se voulait propre, incontestable, authentique, le Nigeria n’a pas lésiné sur les moyens. La plus forte économie d’Afrique a utilisé pour une première fois au monde de façon intégrale une carte biométrique d’électeur. Cette carte infalsifiable et à utilisation unique, reproduite pour 56 millions de votants, comportait les empreintes digitales de ces derniers.

La victoire de M. Buhari a été alimentée par la colère populaire sur l’insurrection islamique qui a ravi des milliers de vies au Nigeria. Goodluck Jonathan n’a pu rassurer ses citoyens contre la secte islamiste Boko Haram qui sévit dans le nord du pays. Le nouveau président élu, M. Buhari, issues de ce nord appauvri, musulman de surcroît, offre selon une bonne majorité plus de légitimité contre ce groupe qu’il a combattu et combat encore. D’ailleurs, au sein même des territoires au nord où la secte sévit, s’établit, recrute, le vote fut massivement remporté par Muhammadu Buhari.

Nouvelles similaires

  1. Soungalo Dembélé
    Avr 02, 2015 - 12:40

    D’après l’autre, le Nigeria compte bcp sur toi. Que Dieu vous assiste excellence

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share