4.6 milliards de personnes à travers le monde sont équipées d’un téléphone mobile. Selon un rapport publié par l’Union internationale des télécommunications, le mobile représente la deuxième technologie personnelle la plus adoptée à travers le monde, juste derrière le téléviseur.

Un demi-milliard de téléphones mobiles sur le marché africain

Le nombre d’abonnements actifs de téléphone mobile en Afrique a franchi la marque du  demi-milliard dans le troisième trimestre de cette année, pour atteindre 506 millions d’abonnements, selon une étude menée par la société britannique Informa Telecoms & Media.

4.6 milliards de personnes à travers le monde sont équipées d’un téléphone mobile. Selon un rapport publié par l’Union internationale des télécommunications, le mobile représente la deuxième technologie personnelle la plus adoptée à travers le monde, juste derrière le téléviseur.

4.6 milliards de personnes à travers le monde sont équipées d’un téléphone mobile. Selon un rapport publié par l’Union internationale des télécommunications, le mobile représente la deuxième technologie personnelle la plus adoptée à travers le monde, juste derrière le téléviseur.

Le rapport publié sur le site de la firme stipule qu’à la fin du troisième trimestre de cette année, l’Afrique représentait 10 % des abonnements de la téléphonie mobile dans le monde et a été l’une des régions les plus dynamiques au monde – avec un nombre d’abonnés qui augmente de 18 % au cours comparativement à l’année précédente.

Le rapport affirme que le taux de pénétration du mobile sur le continent est encore faible et la demande pour de nouveaux services, tel que l’accès à Internet par le portable a accru la nécessité pour la connectivité des télécommunications.

« Bien que le taux de croissance des abonnements de portable en Afrique ralentira à mesure que le marché prendra de la maturité, le continent Africain continue d’offrir de grandes opportunités pour les investisseurs dans le segment vocal sous-exploité et aussi dans les segments non vocaux avec des connexions à haut débit et des services bancaires sur portables », indique le rapport.

On prévoit que d’ici à 2015, il y aura 265 millions d’abonnements haut débit sur portable en Afrique, une augmentation considérable par rapport au chiffre actuel d’environ 12 millions, et qui compte pour 31,5 % du total de 842 millions d’abonnements mobiles que le continent aura dans les cinq prochaines années.

« Il y aura près de 360 millions d’utilisateurs de services banquier et monétaires de toute sorte sur le portable dans le continent Noir d’ici à 2014 », indique le rapport

Le rapport a noté que la révolution du cellulaire qui a balayé l’Afrique a fait que la téléphonie mobile est largement disponible, mais il ya encore des marchés sous-desservis. Dans les zones rurales, le taux de pénétration du mobile est généralement inférieur à 10%, par exemple.

L’arrivée d’une série de nouveaux câbles sous-marins sur les côtes Est et Ouest de l’Afrique au cours des 18 derniers mois a offert au continent un bon niveau de connectivité internationale pour la première fois, et a considérablement élargi les possibilités des services de données.

L'usage du téléphone portable a explosé dans les pays les plus pauvres, là où le réseau téléphonique fixe est souvent embryonnaire. En 2008, trois abonnements sur quatre (soit trois milliards) ont été souscrits dans les pays en voie de développement, contre un sur quatre en 2000.

L'usage du téléphone portable a explosé dans les pays les plus pauvres, là où le réseau téléphonique fixe est souvent embryonnaire. En 2008, trois abonnements sur quatre (soit trois milliards) ont été souscrits dans les pays en voie de développement, contre un sur quatre en 2000.

Cependant, les liaisons terrestres sont encore un point faible sur le continent noir. Elles doivent être prolongées afin d’offrir les avantages de la connectivité en particulier dans les  communautés rurales et les pays à l’intérieur du continent.

Cette préoccupation est soulignée dans le rapport et confirme les craintes des experts en télécommunications lors de la conférence ITU Telecom World à Cape Town en Afrique l’année dernière.

Le taux de pénétration du haut débit des ménages en Afrique n’était que de 2,5 % au premier trimestre de 2010.

La dernière année a vu un grand changement dans le groupe des principaux acteurs sur le marché du mobile africain, avec la vente de Zain en Afrique à Bharti Airtel, le numéro un indien du téléphone mobile.

Airtel a embauché IBM pour fournir et gérer la base technologique de ses opérations en Afrique, et qui devrait révolutionner les communications sur le continent.

Airtel a également prévu d’importants plans d’expansion du réseau en Afrique.

Le rapport a également noté que le Nigeria reste le plus grand marché du mobile, ce qui représente 16% des abonnements de téléphonie mobile sur le continent, avec l’Egypte et l’Afrique du Sud venant en second et troisième rang.

Le Nigeria, l’Égypte, le Maroc, la Tanzanie et le Zimbabwe ont représenté à eux seuls 48 % des 54 millions des nouveaux abonnés sur le marché africain au cours des neuf premiers mois de cette année.

Au cours des cinq prochaines années, les plus forts taux de croissance dans les abonnements de téléphonie mobile devraient être enregistrés principalement dans l’Est et le Centre de l’Afrique, avec l’Éthiopie, la République démocratique du Congo, l’Érythrée et Madagascar qui devraient voir le nombre d’abonnements mobile augmenter de plus de 100% en 2015.

En Afrique, le premier réseau de mobile a été lancé en Tunisie en 1985. 2010 marque le vingt-cinquième anniversaire de la téléphonie mobile sur le continent.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share