Des dizaines de milliers de Chinois vivent en Angola, et gèrent des entreprises aux intérêts chinois. Selon des sources chinoises, ils seraient environ 260.000 à vivre en Angola.

Réseaux criminels chinois démantelés en Angola

Samedi, la police chinoise a  ramené 37 présumés gangsters de l’Angola vers la Chine, où ils ont été arrêtés pour des crimes graves en sol africain, tels que l’enlèvement, le vol à main armée, l’extorsion, trafic d’êtres humains et la prostitution.

Des dizaines de milliers de Chinois vivent en Angola, et gèrent des entreprises aux intérêts chinois.  Selon des sources chinoises,  ils seraient environ 260.000 à vivre en Angola.

Des dizaines de milliers de Chinois vivent en Angola, et gèrent des entreprises aux intérêts chinois. Selon des sources chinoises, ils seraient environ 260.000 à vivre en Angola.

L’opération a été décrite comme le premier du genre en Afrique, selon l’état agence de nouvelles Xinhua, qui affirme que les criminels faisaient preuve d’une « brutalité extrême » pour commettre leurs méfaits ». Ils brulaient leurs victimes après avoir versé de l’essence sur eux et enterraient même leurs victimes vivantes.

Les malfaiteurs ont attiré des femmes en Angola, en promettant des emplois bien rémunérés, mais elles furent soumises à la prostitution, selon les révélations de la police chinoise.

Selon le ministère de la Sécurité publique chinoise, ces malfrats avaient pour cible des membres fortunés de la communauté chinoise qui se sont établis dans le sud-ouest du continent africain, riche en pétrole.

Ces crimes préoccupent hautement la Chine, qui est devenue le principal partenaire commercial de l’Afrique où pleuvent des milliards de dollars en investissement. Surtout en Angola, un pays riche en minéraux, premier partenaire de la Chine en Afrique avec des échanges commerciaux atteignant plus de 24 milliards de dollars en 2010.

En conséquence, de nombreux Chinois travaillent en Afrique, et leur présence a occasionné certains problèmes de criminalité chez les Chinois, surtout possibles dans les pays politiquement instables qui fournissent un terrain toujours fertile pour les criminels.

Le ministère de la Sécurité publique a déclaré qu’en juillet le gouvernement chinois a envoyé une force de police spéciale en Angola qui a travaillé avec la police locale pour briser les reins  de douze gangs chinois, résoudre 48 affaires criminelles et secourir 14 victimes chinoises, dont la plupart avaient été forcées à se prostituer.

En Chine, la police a arrêté 24 personnes et d’autres sont soupçonnés d’être impliqués dans les divers trafics, a indiqué le ministère.

Les 37 hommes et femmes qui ont été extradées samedi en Chine, feront face à accusations d’enlèvements, vols à main armée et d’extorsion. Ils sont arrivés à Pékin sur un avion affrété, selon le ministère.

Ces crimes nuisent aux entreprises chinoises à l’étranger et ternissent l’image du pays. Ils ralentissent certainement l’effort d’instaurer un climat de confiance entre les partenaires d’affaires.

En tant que puissance montante, la Chine par son coup de filet médiatisé démontre qu’il est capable de protéger ses citoyens à l’extérieur de son territoire et punir ceux qui commettent des crimes à l’étranger.

Un site de nouvelles en ligne géré par le ministère a publié trois articles, samedi, sur lutte contre la criminalité en Angola. Dans un article, un prétendu détective a dit que beaucoup de Chinois peu qualifiés et à faibles revenus deviennent des gangsters chinois dans le Sud-ouest africain.

Les médias d’État ont rapporté des enlèvements d’hommes d’affaires chinois en plein jour, pour en obtenir une rançon.

Le site de nouvelles ajoute qu’il y avait 14 cas d’enlèvements en 2011 et cinq personnes sont mortes. De peur, de quelques entreprises chinoises ont fermé leurs portes à Luanda la capitale du pays.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.