Antirétroviraux

Les médicaments antirétroviraux réduisent la transmission du sida de plus de 90 % en Afrique

Antirétroviraux

Antirétroviraux

Une nouvelle étude menée en Afrique a démontré que le traitement des personnes séropositives par des antirétroviraux réduit le risque qu’ils transmettent la maladie à leurs partenaires hétérosexuels de plus de 90 pour cent.

Les données résultent d’une étude d’une durée de six ans sur 3 400 couples hétérosexuels au Botswana, au Kenya, en Ouganda, au Rwanda, en Afrique du Sud, en Tanzanie et en Zambie. L’étude panafricaine étudiait des personnes infectées par le VIH et leurs partenaires séronégatifs.

Dans le cadre de l’étude, près de 350 personnes infectées qui ont reçu un traitement antirétroviral, parce que le niveau de leurs cellules CD4, les cellules du système immunitaire qui sont attaquées par le virus du SIDA et constituent aussi une mesure de l’activité des maladies, a diminué dangereusement bas.

Une seule transmission sur 103 est survenue chez les couples qui étaient traités par des traitements antirétroviraux, selon l’auteur de l’étude Deborah Donnell et la Vaccine and Infectious Disease Institute de Seattle, Washington.

Donnell, affirme que l’étude a démontré un risque réduit de 92 pour cent de la transmission du VIH chez les couples avec un seul partenaire par la thérapie antirétrovirale par rapport aux couples dont les partenaires infectés n’ont pas commencé  un traitement ARV (antirétroviral).

Activistes qui protestent à Cape Town en Afrique du Sud en février 2003. Le 19 novembre 2003 le gouvernement sud-africain approuve un plan de distribution gratuit des médicaments pour traité le SIDA

Activistes qui protestent à Cape Town en Afrique du Sud en février 2003. Le 19 novembre 2003 le gouvernement sud-africain approuve un plan de distribution gratuit des médicaments pour traité le SIDA


« Nous avons seulement vu une infection chez les personnes après avoir commencé l’ARV par rapport aux 102 [infections],  chez les individus qui n’ont pas eu de traitements antirétroviraux. Ainsi, la force de l’effet est assez élevée », dit-elle.

Il est bien connu que le risque de transmission du virus du sida de la mère à l’enfant est considérablement réduit chez les femmes qui prennent des médicaments antirétroviraux. Donnell dit que son étude est la première à démontrer un effet similaire chez les couples hétérosexuels. Les chercheurs ont utilisé des tests génétiques pour confirmer que toute transmission du VIH survenu a été entre les couples mariés et non pas d’une autre source.

Dans l’étude, la thérapie antirétrovirale a été réservée aux partenaires avec un nombre diminué de cellules CD4. Mais Donnell affirme que les chercheurs ont constaté que 70 pour cent des transmissions sont survenus chez des couples mariés dans lesquels le partenaire infecté avait un plus grand nombre de cellules immunitaires, mais n’avait pas reçu de traitement antirétroviral.

« C’est à se demander que si pendant le début de la thérapie antirétrovirale, si nous pouvions nous concentrer aux personnes ayant une charge virale élevée, peut-être pourrait-il également avoir un effet dans la prévention de la transmission du VIH », dit-elle.

Depuis la pandémie du SIDA qui a commencé au début de 1980, plus de 60 millions de personnes ont été infectées par le virus mortel. Les chercheurs croient que la thérapie antirétrovirale peut avoir un bénéfice important pour la santé publique ainsi qu’aider les gens qui sont traités pour une infection par le VIH.

L’étude sur la réduction de la transmission du VIH chez les couples mariés bénéficiant d’une thérapie antirétrovirale est publiée cette semaine dans la revue The Lancet.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share