Le 23 mars 1849, Henry Brown fut scellé dans une boîte en bois de trois pieds de long, deux pieds et demi de profondeur et deux pieds de large puis transporté comme « marchandises sèches » de Richmond à Philadelphie pour un parcours incommode de 26 heures.

L’éminente fuite d’Henry « Box » Brown

Henry Brown est né esclave en 1816 à la plantation de Louisa John Barret en Virginie. À son adolescence en 1830, Henry « Box » Brown est envoyé à Richmond pour travailler dans une usine de tabac. Il se marie avec une esclave nommée Nancy, avec laquelle il a eu trois enfants.

Le 23 mars 1849, Henry Brown fut scellé dans une boîte en bois de trois pieds de long, deux pieds et demi de profondeur et deux pieds de large puis transporté comme « marchandises sèches » de Richmond à Philadelphie pour un parcours incommode de 26 heures.

Le 23 mars 1849, Henry Brown fut scellé dans une boîte en bois de trois pieds de long, deux pieds et demi de profondeur et deux pieds de large puis transporté comme « marchandises sèches » de Richmond à Philadelphie pour un parcours incommode de 26 heures.

À l’usine de tabac, il utilise son salaire pour payer le maître de Nancy afin de passer du temps avec elle et ses enfants. Contrairement à d’autres esclaves, Henry Brown n’a jamais été fouetté, n’a jamais été privé ni de nourriture ni de vêtements, ne s’est jamais épuisé à la tâche et n’a pas été victime d’un maître cruel.

S’il maudit le système esclavagiste, c’est parce qu’en 1848 sa femme et ses enfants sont vendus à un marchand d’esclaves et envoyés en Caroline du Nord, malgré les promesses faites par le « propriétaire » de Nancy. Dès ce moment déchirant, Henry Brown décide de gagner sa liberté à l’aide d’une méthode inhabituelle.

Avec l’aide de James César Anthony Smith (un homme noir libre) et d’un cordonnier blanc nommé Samuel Smith, Brown crée un plan osé pour s’expédier lui-même dans une boîte par voie postale qu’il fera passer pour un envoi de marchandises routinier. En travaillant avec acharnement, Henry a pu économiser pour payer Samuel Smith afin qu’il prenne contact avec un abolitionniste de Philadelphie, prénommé James Miller Mc Kim qui recevra le colis.

Le 23 mars 1849, Brown entre dans la boîte et voyage pendant 26 longues heures par voie ferrée, bateau à vapeur et chariot de livraison. Ce voyage de 442 Kilomètres n’est pas de te tout repos, puisque la boîte est manipulée violemment et placée à l’envers à plusieurs reprises. Malgré tout, Henry ne trahira pas sa présence. Une fois la boîte arrivée à destination, Brown est reçu par Miller Mc Kim, William Still et d’autres membres de l’Anti-Slavery Society, un groupe d’antiesclavagiste actif sur les chemins de fer clandestins. Quand Brown est libéré, il prononce cette phrase célèbre qu’une personne présente rapporta : «Comment allez-vous, messieurs?»

Après sa grande évasion, Brown ajoute le mot «Box» (pour boite en anglais)  à son nom pour mettre l’emphase sur ce qu’il a enduré pour avoir sa liberté. Henry «Box» Brown devient alors un porte-parole et un défenseur célèbre du mouvement antiesclavagiste Anti-slavery Society.

À la suite du projet de loi sur les esclaves fugitifs en 1850, obligeant les États du Nord à coopérer avec ceux du Sud pour capturer les esclaves fugitifs, M. Brown se réfugie en Angleterre où il continue à promouvoir l’abolition. Par la suite, Henry commence une carrière dans le show-business anglais et se produit dans les spectacles pendant 25 ans, jusqu’en 1875. Il se marie une seconde fois et fonde une nouvelle famille en 1859.

En 1875, il retourne aux États-Unis et commence à donner des spectacles au Massachusetts. La dernière trace d’Henry « Box » Brown date en 1889 alors qu’il devait performer à la ville de Branford au Canada. La date exacte de sa mort demeure inconnue. Il laisse comme héritage sa promotion pour l’abolition de l’esclavage ainsi que ses récits tels que le Narrative of the life slavery.

Un monument est dédié à Henry « Box » Brown dans l’ancienne capitale de la Confédération sudiste, à Richmond en Virginie. Cette sculpture en acier reproduit la caisse dans laquelle il s’est échappé le 23 mars 1849.

« Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du Canada pour les périodiques (FCP) du ministère du Patrimoine canadien pour ce projet »

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.