Peu de Kényans possèdent le matériel informatique nécessaire à domicile mais le réseau des Internet cafés est bien implanté. On estime que 36 % de la population utilise un ordinateur muni d'un accès à Internet et 90 % de la population âgée de 15 ans ou plus utilise un téléphone mobile.

L’éclatant succès de l’Internet mobile au Kenya

Selon les dernières statistiques de la CCK (Communications Commission of Kenya), l’utilisation de l’Internet mobile au Kenya a augmenté de 80 %. Ce chiffre très élevé est expliqué par le nouveau rôle conféré au téléphone portable, un accessoire devenu incontournable.

L’importance du mobile et sa relation avec Internet

Peu de Kényans possèdent le matériel informatique nécessaire à domicile mais le réseau des Internet cafés est bien implanté.  On  estime que 36 % de la population utilise un ordinateur muni d'un accès à Internet et 90 % de la population âgée de 15 ans ou plus utilise un téléphone mobile.

Peu de Kényans possèdent le matériel informatique nécessaire à domicile mais le réseau des Internet cafés est bien implanté. On estime que 36 % de la population utilise un ordinateur muni d’un accès à Internet et 90 % de la population âgée de 15 ans ou plus utilise un téléphone mobile.

La hausse de l’utilisation d’Internet est favorisée par celle du nombre d’utilisateurs de téléphone portable. Le domaine de la télécommunication a beaucoup progressé au Kenya, entraînant une amélioration des infrastructures nécessaires et motivant les investisseurs internationaux. Compte tenu des objectifs économiques des opérateurs et des institutions, ces derniers ont déployé beaucoup de moyens pour sensibiliser la population kényane à utiliser le mobile. L’objectif d’une adaptation rapide de la population et d’une mise en place du besoin au quotidien du téléphone portable a alors été atteint, d’autant plus que les Kenyans y trouvent plusieurs intérêts majeurs.

Le téléphone portable est devenu un accessoire relativement accessible accompagné d’une possibilité de connexion à un prix abordable. Accéder à internet via le mobile est ainsi une solution privilégiée en défaveur de l’ordinateur individuel, plus contraignant en termes d’acquisition et d’entretiens. Les besoins en courant sont réduits, le portable est alors avantageux pour ceux qui ne disposent pas d’une électricité constante.

Au niveau de l’utilisation du téléphone en tant qu’outil indispensable, il y a eu un développement de nombreuses applications avec des partenaires, projets et programmes locaux et internationaux. Par exemple, dans le cadre de la lutte contre les faux médicaments, l’acheteur peut vérifier son authenticité par SMS.

Face à l’utilisation massive d’Internet, pour les élections générales de mars dernier qui ont apporté au pouvoir le controversé Uhuru Kenyatta dès le premier tour, l’Internet a été grandement utilisé pour la campagne, notamment via les réseaux sociaux. Il permet également à la population de s’ouvrir librement au monde, de créer de nouvelles relations, ainsi que d’élargir les opportunités d’emplois.

Il y a aussi le M-Pesa (M est l’initiale de mobile (« téléphone mobile ») et pesa signifie « argent » en swahili), un portefeuille électronique qui offre la possibilité de réaliser des transactions financières. La situation économique du pays s’est notamment vue améliorée par ces nouvelles habitudes, puisqu’elles ont contribué à la réduction du chômage. Un peu plus de 62 000 personnes travaillent aujourd’hui pour le bon fonctionnement du système de paiement électronique.

Les chiffres

Parmi les zones les moins touchées par la révolution des nouvelles technologies en 2000, l’Afrique tente de se rattraper rapidement depuis un peu plus d’une décennie. En 2010, IWS (Internet World Stats) démontre que le taux de pénétration globale d’Internet en Afrique n’atteignait pas les 9% alors qu’en Amérique du Sud ou en Asie de l’Est, il est deux fois plus important. Toujours selon IWS, Kenya se retrouve alors à la 90e place du rang mondial des pays susceptibles d’évoluer dans l’utilisation d’Internet, sachant que le premier pays de l’Afrique est en 39e position.

En 2011, le Kenya comprend 4 millions d’utilisateurs qui le propulsent à la 6e place de la liste des pays africains connectés à internet. En 2012, d’après les études de Net Index, le Kenya figure parmi les trois premiers pays d’Afrique ayant les vitesses de connexion les plus élevées.

En juin 2012, l’IWS recense un peu plus de 12 millions d’internautes (soit 28 % de la population) au Kenya tandis que la CCK exprime aujourd’hui une croissance annuelle atteignant 80 %. Une hausse allant de 9 à 16 millions d’utilisateurs. Les trois derniers mois, 99 % des nouveaux abonnements concernent l’internet mobile. Les transactions financières sont notamment les principales activités réalisées par les abonnés à l’internet mobile, élevées à 18,5 millions de dollars.

Les autres emplois dédiés à internet via mobile concernent les réseaux sociaux, estimant à 2 millions le nombre d’abonnés Facebook. Dans 4 ans, les prévisions de l’utilisation de l’Internet mobile sont 25 fois plus importantes.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.