En Septembre 2011, Laurent Lamothe et l'ancien président américain Bill Clinton, ont co-présidé le Conseil Consultatif Présidentiel pour le Développement Économique et l'Investissement en Haïti lancé par le Président Martelly le 8 Septembre 2011 pour rendre Haïti plus attrayant pour les entreprises et les investisseurs étrangers.

Le gouvernement Haitien veut sa juste part de son or

La confirmation d’une grande quantité d’or a été confirmée sur l’ile d’Haïti. En réaction, le gouvernement haïtien modifie sa législation pour gérer l’industrie minière naissante du pays appauvri des Caraïbes selon les déclarations du Premier ministre Laurent Salvador Lamothe mardi.

Laurent Lamothe, âgé de 39 ans, qui a vu son plan politique approuvé quelques heures plus tôt, a déclaré à l’Associated Press lors d’une interview que le projet de loi sera transmis au Parlement prochainement. Il exposera les nouvelles règles de répartition des redevances pour le gouvernement et fixera des règles pour protéger le peuple et l’environnement qui pourraient être touchés par le fonctionnement des mines.

En Septembre 2011, Laurent Lamothe et l’ancien président américain Bill Clinton, ont co-présidé le Conseil Consultatif Présidentiel pour le Développement Économique et l’Investissement en Haïti lancé par le Président Martelly le 8 Septembre 2011 pour rendre Haïti plus attrayant pour les entreprises et les investisseurs étrangers.

Selon le 18e Premier Ministre haïtien, désigné par le président Michel Martelly le 11 avril 2012, la chose la plus importante est de bien encadrer les mines, s’assurer que l’état reçoit sa juste part, s’assurer que les droits des gens qui habitent la ou les mines s’installeront soit protégés et finalement protéger l’environnement.

Cette modification de la législation minière intervient suite à un rapport de l’AP qui a rapporté que deux sociétés minières ont déjà commencé le forage dans les montagnes du nord-est d’Haïti. Les entreprises affirment que les tests indiquent la présence de métaux précieux comme l’or, le cuivre et l’argent dont la valeur est estimée à 20 milliards de dollars.

Jusqu’à la divulgation de l’histoire, très peu d’Haïtiens étaient au courant des efforts récemment déployés pour extraire de précieux minéraux sur leur ile. Les camps miniers sont quasiment invisibles, et le travail est effectué dans les villages reculés de l’autre côté du pays et de la capitale, Port-au-Prince.

Laurent Lamothe et son épouse Jenny Murdock

Laurent Lamothe et son épouse Jenny Murdock

Des investisseurs américains et canadiens ont dépensé plus de 30 millions de dollars ces dernières années sur les forages exploratoires, des camps de travailleurs, de nouvelles routes, des bureaux et des études de laboratoire sur des échantillons.

Le potentiel minier d’Haïti est connu depuis plusieurs décennies. Dans les années 1970, des géologues des Nations Unies ont documenté d’importantes poches d’or et de minerai de cuivre, cependant les étrangers n’étaient pas disposés à prendre un risque dans un pays où l’instabilité politique et la corruption ont longtemps découragé l’investissement.

Les lois qui régissent les mines en Haïti n’ont pas été révisées depuis 1976.

M. Lamothe, nommé « Entrepreneur de l’année » par la prestigieuse firme britannique Ernst & Young en mai 2008, a déclaré que le projet de loi en cours d’élaboration vise à bénéficier Haïti tout en rendant le pays plus attrayant pour les investisseurs étrangers en permettant aux entreprises de tirer profit de l’exploitation minière.

Lorsqu’on lui a demandé combien aimerait-il qu’Haïti reçoive des miniers, M. Lamothe a déclaré: « Autant que possible sans pour autant entraver le revenue de l’autre partie, afin qu’il soit possible de faire des affaires ».

Ces déclarations ont eu lieu après que M. Lamothe ait présenté les ministres de son Cabinet, qui ont été approuvé par le Parlement lundi dernier. Le gouvernement comprend quatre nouveaux postes : un ministère pour les droits humains et la lutte contre la pauvreté extrême, un ministère pour promouvoir l’agriculture, un ministre des communications et il restaure le ministère de la Défense, écarté avant l’administration Martelly.

En plus de la législation minière, Lamothe a déclaré que son gouvernement veut introduire des programmes qui vont assainir Port-au-Prince avec l’aide de pompiers et d’autres travailleurs, pour nettoyer les rues et routes de la capitale fondée en 1749, la ville la plus peuplée du pays.

L’absence d’un Premier ministre et d’un gouvernement pleinement fonctionnel a entravé les efforts de reconstruction après le séisme de 2010.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share