Pour George Katito, de l’Institut des relations internationales à Johannesburg, « la solidarité de Mbeki à l’égard des leaders des mouvements de lutte anticoloniale a toujours primé sur le respect de la démocratie ».

Lancement de la fondation Mbeki

Pour George Katito, de l’Institut des relations internationales à Johannesburg, « la solidarité de Mbeki à l’égard des leaders des mouvements de lutte anticoloniale a toujours primé sur le respect de la démocratie ».

Pour George Katito, de l’Institut des relations internationales à Johannesburg, « la solidarité de Mbeki à l’égard des leaders des mouvements de lutte anticoloniale a toujours primé sur le respect de la démocratie ».

La fondation Mbeki a été lancée dimanche, dans le but de faire du siècle présent, le siècle Africain.

S’adressant aux présidents africains et d’autres personnalités, le fondateur Thabo Mbeki a déclaré que les Africains avaient une «obligation de faire tout leur possible pour éradiquer la pauvreté et le sous-développement qui imposent des souffrances intolérables sur les peuples d’Afrique et porte atteinte à notre dignité en tant qu’êtres humains.

“Nous devons faire tout notre possible pour contribuer à la réalisation du rêve Africain, que tout serait fait, avec l’Africain agissant comme artisan de l’Histoire plutôt que des objets de l’Histoire, pour atteindre la renaissance de l’Afrique et transformer ainsi le 21e siècle en un siècle Africain” , a-t-il dit dans son discours.

Présent à l’événement , l’ancien président ghanéen John Kufuor, l’ancien président mozambicain Joaquim Chissano, l’italien Romano Prodi et homme d’État Graca Machel, épouse de l’ancien président Nelson Mandela.

Thabo Mbeki, dont le discours de 1996   » Je suis un Africain  » a été largement acclamé, a inauguré la fondation Mbeki et débutera aujourd’hui une conférence sur le  leadership d’une durée de  trois jours.

Thabo Mbeki, était le président sud-africain, successeur de Nelson Mandela, de 1999 à 2008. Il n’a pas terminé son dernier mandat. Il a été rejeté par l’ANC et remplacé par Jacob Zuma que M.Mbeki accusait dès lors de corruption.

Comme président de l’Afrique du Sud, dans les affaires internationales, Mbeki a joué un rôle notable dans les mises en œuvre du Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique et de l’Union africaine.

Il a aidé à la promotion des processus de paix au Rwanda, au Burundi et en RDC. Mbeki a également tâché de promulguer le concept de « Renaissance africaine ». Son gouvernement a coopéré avec ceux du Brésil sous la présidence de Lula da Silva et de l’Inde sous le gouvernement d’Atal Bihari Vajpayee, constituant une alliance qui est devenue un protagoniste influent pour les intérêts des pays en voie de développement.

Mis en cause indirectement pour des « interférences » politiques par le juge ayant prononcé un non-lieu dans des affaires de corruption concernant Jacob Zuma, Thabo Mbeki annonce sa démission le 21 septembre 2008 après avoir été désavoué par son parti. L’ANC nomme alors le vice-président du parti, Kgalema Motlanthe, pour lui succéder à la présidence de la République. Le 23 septembre, par 299 voix contre 10, les députés sud-africains adoptaient une motion avalisant la démission de Thabo Mbeki de la présidence de la république avec effet au 25 septembre 2008.

Les vues du président Mbeki sur la question du Sida ont provoqué la controverse, notamment quand il a nié le lien entre le virus et la maladie et pour avoir affirmé que, dans un pays où plus de 800 personnes meurent chaque jour de cette maladie, il ne connaissait personne qui soit mort du sida dans son entourage immédiat .

L’Afrique ne pourra pas se renouveler tant que ses élites ne seront qu’un parasite du reste de la société, usant et abusant d’un pouvoir autoproclamé. Tant qu’il en sera ainsi, notre continent restera en marge de l’économie mondiale, pauvre, sous-développé et incapable de décoller.   Thabo Mbeki - discours : Je suis Africain

L’Afrique ne pourra pas se renouveler tant que ses élites ne seront qu’un parasite du reste de la société, usant et abusant d’un pouvoir autoproclamé. Tant qu’il en sera ainsi, notre continent restera en marge de l’économie mondiale, pauvre, sous-développé et incapable de décoller. Thabo Mbeki - discours : Je suis Africain

En 2007, l’ANC Jacob Zuma élu comme président, qui a conduit à des affrontements entre les camps de Mbeki et Zuma.

Voici un échantillon du discours de 2006 de M. Mbeki :

Je rêve du jour où les mathématiciens et les informaticiens africains quitteront Washington et New York, où les physiciens, ingénieurs, docteurs, cadres et économistes abandonneront Londres, Manchester, Paris et Bruxelles pour se joindre aux cerveaux du continent et entreprendre de trouver des solutions aux problèmes et aux défis de l’Afrique, d’ouvrir la porte de l’Afrique au monde du savoir, d’intégrer l’Afrique dans l’univers de la recherche sur les nouvelles technologies, l’éducation et l’information. Le renouveau de l’Afrique exige que son intelligentsia s’engage totalement dans la lutte titanesque et sans merci pour éradiquer la pauvreté, l’ignorance, la maladie et l’arriération, en s’inspirant des Africains d’Égypte qui étaient, dans certains domaines, deux mille ans en avance sur les Européens de Grèce, eux qui maîtrisaient la géométrie, la trigonométrie, l’algèbre et la chimie.

Pour perpétuer leur domination impériale sur les peuples d’Afrique, les colonisateurs ont cherché à réduire l’esprit africain en esclavage et à détruire l’âme africaine. Ils nous ont obligés à accepter le fait que, en tant qu’Africains, nous n’avons rien apporté à la civilisation humaine, sauf en tant que bêtes de somme. En fin de compte, ils voulaient nous amener à nous mépriser nous-mêmes. Même s’ils voulaient bien admettre que nous n’étions pas des sous-hommes, ils n’envisageaient pas que nous puissions nous comparer au maître colonial. Nous étions à leurs yeux, dépourvus de la pensée originale et de la créativité qui ont donné au monde cet inestimable trésor de chefs-d’œuvre architecturaux et artistiques. La renaissance de notre continent commence par la redécouverte de notre âme, inscrite à jamais dans de grandes créations, tels les pyramides et les sphinx d’Égypte, le bâtiment en pierre d’Axum, les ruines de Carthage et du Zimbabwe, les peintures sur le roc de San, les bronzes du Bénin et les masques africains, les sculptures makondé et shona.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share