En 1991, Montréal a été la première ville francophone au monde à adopter le Mois de l'Histoire des Noirs à son calendrier

Le Mois de l’Histoire des Noirs, d’hier à aujourd’hui

Février est le Mois de l’Histoire des Noirs, une occasion d’inclure consciemment et largement les expériences des Afro-Américains qui encore de nos jours demeurent trop marginales à d’autres moments de l’année.

En 1991, Montréal a été la première ville francophone au monde à adopter le Mois de l'Histoire des Noirs à son calendrier

En 1991, Montréal a été la première ville francophone au monde à inclure le Mois de l’Histoire des Noirs à son calendrier

L’histoire du Mois de l’Histoire des Noirs (MHDN) trouve ses racines en 1915, un demi-siècle après que le treizième amendement abolit l’esclavage aux États-Unis.

En septembre de l’année 1915, l’historien formé à l’Université Harvard, Carter G. Woodson, qui est reconnu comme le père du Mois de l’Histoire des Noirs et le ministre Jesse E. Moorland, tous deux de proéminentes figures noires de leur époque, ont cofondé  l’Association for the Study of Negro Life and History  (ASNLH) , un organisme voué à promouvoir, rechercher, préserver, interpréter et diffuser de l’information dirigé vers la communauté mondiale sur la vie des Noirs, leur histoire et leur culture.

Malgré un doctorat en histoire, Carter G. Woodson fut perturbé de constater que même dans ses études poussées, les livres d’histoire ignoraient largement la population noire. Et quand les Noirs y étaient présents, ils l’étaient généralement d’une manière qui reflète une position sociale inférieure, peu reluisante.

Connu aujourd’hui comme l’Association for the Study of African American Life and History (ASALH), le groupe a parrainé une semaine nationale en 1926 de la Negro History Week, une semaine consacrée à l’Histoire des Noirs. Le choix de la date fut la deuxième semaine de février pour coïncider avec l’anniversaire d’Abraham Lincoln qui restera dans l’histoire comme l’auteur de la Proclamation d’émancipation des esclaves et de Frederick Douglass né esclave, et l’un des plus célèbres abolitionnistes américains du XIXe siècle.

Cette pulsion a inspiré des écoles et la collectivité noire à l’échelle nationale états-unienne d’organiser des célébrations locales, de créer des clubs d’histoire et créer des événements et conférences centrés sur l’histoire méconnue des Noirs.

Dans les décennies qui ont suivi, les maires des villes à travers les États-Unis ont commencé à émettre des discours annuellement reconnaissant favorablement le Negro History Week. À la fin des années 1960, en partie grâce au mouvement des droits civiques et une prise de conscience de l’identité noire, le Negro History Week avait évolué vers le Black History Month dans de nombreux campus universitaires.

Le Président Gerald R. Ford a officiellement reconnu le Black History Month en 1976, invitant le public à « saisir l’occasion de souligner les réalisations trop souvent négligés des Afro-Américains dans tous les domaines. »

Hommage au maire Jean Doré lors du 25e Mois de l'Histoire des Noirs en 2016

Hommage au défunt maire Jean Doré lors du 25e Mois de l’Histoire des Noirs en 2016

En 1986 la Grande-Bretagne prend le flambeau du Mois, puis, au Canada, à Montréal plus précisément, le Mois de l’Histoire des Noirs prends forme par la création du feu maire Jean Doré (1944-2015) de la Table ronde du mois de l’histoire des Noirs, dont 2016 marque la 25e année de fondation.

Ce maire qui ouvrira plus largement les portes de l’Hôtel de Ville à la communauté noire en validant le travail acharné mené par divers organismes au sein de cette communauté, passa près de huit années à la tête de la métropole québécoise, de 1986 à 1994. Par des initiatives inclusives concrètes, Jean Doré a tenté de mettre en lumière les beautés de la culture noire particulière à Montréal, au niveau international par diverses  actions comme la désormais célèbre Carifiesta.

Au Canada, le mois de l’histoire des Noirs est reconnu quelques années plus tard, en décembre 1995, quand la députée noire Jean Augustine native de l’État insulaire de la Grenade fait voter une motion sur la reconnaissance des Noirs à la Chambre des communes du Canada.

Est-ce que ce mois commémoratif est toujours nécessaire près d’un siècle après son inauguration? Eh bien, dans son discours à l’Hôtel de Ville de Montréal en 2016 plus d’un siècle après que Carter G. Woodson senti le besoin de créer l’Association for the Study of Negro Life and History suite à son doctorat en histoire à la Harvard lessivé de l’apport des Noirs, Webster qui est un de porte-parole du MHDN 2016 a émis:  » J’ai étudié l’Histoire à l’Université, et JAMAIS on ne m’a glissé un mot sur la présence des Noirs, ici, dans notre Histoire!« 

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Ecrivez sur lencrenoir.com
Vous voulez faire connaitre votre point de vue? Vous cherchez un audience captif? Faites-nous parvenir vos textes à [email protected]
Vous avez un communiqué de presse signalant un événement ou la sortie d'un livre? Communiquez avec nous à [email protected]
Articles populaires de la semaine
Contactez-nous

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Veuillez laisser ce champ vide.
Veuillez laisser ce champ vide.
Veuillez laisser ce champ vide.

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.