Ferguson ne décolère pas après le meurtre d’un Noir par un policier

La colère suscitée par la mort d’un jeune noir des mains d’un policier blanc attise encore les tensions tôt samedi matin à Ferguson dans l’état du Missouri. Des manifestants ont fait irruption dans un dépanneur – celui la même que Michael Brown, 18 ans a été accusé d’avoir commis un vol.

Michael Brown 18 ans, tué en plein jour par un policier le 9 août 2014 alors qu’il n’était pas armé. Le policier a fait feu à plusieurs reprises.

Michael Brown 18 ans, tué en plein jour par un policier le 9 août 2014 alors qu’il n’était pas armé. Darren Wilson a fait feu à plusieurs reprises.

La police et environ 200 manifestants ont continué à s’affronter vendredi en fin d’une autre journée tendue dans la banlieue de Saint-Louis. Une journée où les autorités ont finalement identifié l’agent Darren Wilson qui a abattu froidement Michael Brown, le 9 août 2014. Pour toute défense, le chef de la police de Ferguson Thomas Jackson a publié des documents alléguant que le jeune Brown avait volé une boite de cigares d’une valeur de $ 48,99 dans une épicerie.

Les émeutes de 2014 à Ferguson ont débuté à la suite de la mort de l’Afro-Américain Michael Brown, un jeune de 18 ans non-armé et sans antécédents criminels abattu de plusieurs coups de feu tirés par un policier le 9 août 2014. Brown, qui devait entreprendre ses études supérieures dans la semaine se rendait simplement chez sa grand-mère.

Évidemment dans cette sale affaire, la version policière diffère de celle de témoins. Selon la police de Ferguson, Michael Brown a été blessé mortellement après avoir agressé un policier de Ferguson et tenté de lui dérober son arme. Selon cette version, un premier coup de feu a été tiré de la voiture du policier, puis le policier est sorti du véhicule et a tiré à plusieurs reprises en direction du jeune homme.

Des témoins contredisent la version du chef de la police. Dorian Johnson, soutiens qu’il marchait aux côtés de Michael Brown quand un policier leur a commander de marcher sur le trottoir plutôt que dans la rue. Une altercation verbale a suivi et le policier a tenté de faire entrer Brown dans sa voiture. Le jeune homme aurait résisté et se serait éloigné de l’automobile avant de se retourner, les mains en l’air, pour montrer qu’il n’était pas armé. Le policier aurait alors commencé à tirer mortellement dans sa direction.

Ce qui arrive présentement à Ferguson n’est que l’aboutissement d’un racisme omniprésent et surtout un manque de représentativité des Noirs au sein d’institutions étatiques. Un plafond de verre gardé jalousement par une minorité craintive.

La population de 21 000 de Ferguson est à 70% Noire et cependant 48 sur 53 policiers sont Blancs. Le maire est Blanc, le chef de police est Blanc ainsi que la grande majorité de ses fonctionnaires. Donc malgré que ces Noirs paient majoritairement les taxes de cette ville, ils sont traités distinctement, voire en parias. Selon CNN, il ne s’est écoulé que trois minutes entre l’appel du policier et les premiers coups de feu.

Le 14 août afin d’amadouer les manifestations bruyantes sur la fusillade de Michael Brown, ou une station-service a été brûlé, de nombreux commerces vandalisés et pillés, le gouverneur du Missouri Jay Nixon a trouvé comme solution d’envoyé aux manifestants un capitaine Noir, Ron Johnson nouvellement nommé pour remplacés les gens de l’antiémeute vêtu d’habit militaire et fusils d’assaut qui contenaient les frustrations de façon musclée.

Dans un demi-tour tactique, Johnson, et une poignée d’officiers noirs sans armure, ont pu marcher parmi des milliers de manifestants la plupart Noirs qui occupaient les rues réclamant justice pour le meurtre du jeune de 18 ans. Une manœuvre qui a quand même fonctionné avant que l’animosité reprenne le dessus hier.

On peut tirer un parallèle avec l’arrivée d’Obama. Après la catastrophe Bush, Obama se pointe pour apaiser une grogne qui dépassait largement les frontières américaines. Et pour parodier une allocution de l’envoyé de la Maison Blanche (qui a tout de même prié « que Justice soit faite » à Ferguson) faite aux Africains : « Ce que l’Amérique a besoin, ce n’est pas d’hommes forts, mais des institutions fortes » et surtout inclusives, j’ajouterais.

Nouvelles similaires

  1. Sylvain Joseph
    Août 16, 2014 - 05:58
  2. Badzoe Le Petit Youss
    Août 16, 2014 - 06:08

    bien! »

    Répondre
  3. Justin Affo
    Août 17, 2014 - 09:20

    ou est passé obama le president noir des etats soit disant unis

    Répondre
  4. Justin Affo
    Août 17, 2014 - 09:21

    ou est ce qu’il est passé?je vous disais ici que ce monsieur n’est pas un noir mais un engin de laboratoire comme le virus du sida et d’ebola

    Répondre
  5. Justin Affo
    Août 17, 2014 - 09:21

    vous voyez maintenant

    Répondre
  6. Fulbert Bama
    Août 17, 2014 - 10:08

    « Chasser le naturel;il revient au galop » dit un vieux adage.Les USA n’ont jusque là pu exorciser leurs démons.Le racisme se vit sévit toujours dans l’un des pays qui se veut le plus démocratique et égalitaire.A quoi bon sert de faire miroiter l’impossible?Obtenir le possible le est déjà une victoire.

    Répondre
  7. Lourdie Francois-Jean Brice
    Août 17, 2014 - 11:56

    #racisme no!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.