Chaque année a lieu en octobre un rassemblement de plusieurs milliers de Héros, où von Trotha ordonna leur destruction. En 2008, cet endroit devient le parc historique Ozombu Zovindimba Cultural Center, où de nombreux cadavres sont enterrés. Le musée national situé dans la capitale ne précise pas qu'il est construit sur les ruines d'un fort ayant servi de camp de concentration, alors que la gare a été bâtie sur un charnier et que le camp de Shark Island (où sont morts environ 3000 personnes) est devenu un camping.

Des peuples de Namibie exigent Réparation à l’Allemagne devant une cours américaine

Un tribunal des États-Unis a entendu des représentants des peuples Héréro et Nama et des représentants du gouvernement allemand, dans une affaire de dommages-intérêts pour ce qu’on reconnaît aujourd’hui comme étant le premier génocide du XXe siècle.

Chaque année a lieu en octobre un rassemblement de plusieurs milliers de Héros, où von Trotha ordonna leur destruction. En 2008, cet endroit devient le parc historique Ozombu Zovindimba Cultural Center, où de nombreux cadavres sont enterrés. Le musée national situé dans la capitale ne précise pas qu'il est construit sur les ruines d'un fort ayant servi de camp de concentration, alors que la gare a été bâtie sur un charnier et que le camp de Shark Island (où sont morts environ 3000 personnes) est devenu un camping.

Chaque année a lieu en octobre un rassemblement de plusieurs milliers de Héros, où von Trotha ordonna leur destruction. En 2008, cet endroit devient le parc historique Ozombu Zovindimba Cultural Center, où de nombreux cadavres sont enterrés. Le musée national situé dans la capitale ne précise pas qu’il est construit sur les ruines d’un fort ayant servi de camp de concentration, alors que la gare a été bâtie sur un charnier et que le camp de Shark Island (où sont morts environ 3000 personnes) est devenu un camping.

Entre 1830 et 1900, le Royaume-Uni et la France envahissent de plus de la moitié de l’Afrique. En 1884 l’Allemagne se voit accorder quatre zones d’expansion qu’elle nomme Togoland (Togo), Ostafrika (Tanzanie, Rwanda, Burundi), Kamerun (Cameroun) et Südwestafrika (Namibie). C’est sur ce dernier territoire que se mettent en place les enjeux et les conditions du drame. Environ 100 000 Héréro et Nama ont été tués entre 1904 et 1908 à la suite d’une politique d’extermination de masse lancée par les troupes coloniales allemandes menées par le général Lothar von Trotha.

Reconnaissant ces atrocités, en octobre 2006, le conseil municipal de Munich a décidé de débaptiser une rue appelée von Trotha (depuis 1933 par les autorités nazies) pour lui donner le nom de « Hererostraße » (rue des Héréros).

Mardi 31 juillet 2018, la juge américaine Laura Taylor Swain a présidé l’audience d’une heure à New York, où une délégation d’une cinquantaine de Héréros et Namas s’est joint aux plaignants.

« Tout ce que nous demandons, c’est une justice réparatrice pour le génocide », a déclaré Ngondi Kamatuka, une Américaine d’origine hérérienne. « Tout ce que nous voulons, c’est qu’il y ait un jury qui puisse peser la preuve.»

En août 1904, lors de la bataille de Waterberg, von Trotha fait encercler les Héréros de trois côtés, ne leur laissant qu’une seule issue pour fuir: le désert du Kalahari. Alors que les Héréros essayent d’y trouver refuge, von Trotha fait empoisonner les points d’eau, dresse des postes de garde à intervalles réguliers avec ordre de tirer sans sommation à la vue de chaque Héréro, homme, femme ou enfant. L’ordre officiel d’extermination (Vernichtungsbefehl) du général von Trotha est : « Chaque Héréro trouvé à l’intérieur des frontières allemandes, armé ou non, en possession de bétail ou pas, sera abattu ».

En quelques semaines les Héréros meurent par dizaines de milliers de soif et de faim dans le désert Omaheke; les survivants sont enfermés dans des camps de concentration inspirés de ceux faits par les Britanniques en Afrique du Sud contre les Boers quelques années plus tôt. La moitié des prisonniers sont morts en captivité.

La question clé à l’étude était de savoir si un tribunal fédéral américain avait compétence pour entendre l’affaire, intentée par les peuples de Namibie qui demandent une indemnisation pour les souffrances de leurs ancêtres.

Pour que la loi américaine sur les immunités souveraines (Foreign Sovereign Immunities Act) soit formellement établie aux États-Unis, Héréro et Nama doivent démontrer que la richesse provenant des biens acquis durant la période coloniale allemande a un lien direct avec la propriété actuelle commerciale aux États-Unis.

Kenneth McCallion, l’avocat des plaignants, a fait valoir qu’un certain nombre de propriétés allemandes à New York ont été achetées en conséquence directes de la richesse accumulée par le travail forcé et l’expropriation de biens pendant le génocide. Il a également soutenu que la vente des restes humains des victimes du génocide au Musée américain d’histoire naturelle (AMNH) démontre un lien commercial valable entre le génocide et les intérêts commerciaux américains.

L’Allemagne fait valoir que les États-Unis n’ont pas compétence pour connaître de l’affaire.

La juge Swain a conclu la session en ajournant l’affaire. Elle décidera si les États-Unis ont compétence sur l’affaire dans les prochaines semaines, mais n’a pas fixé de date.

Les descendants des victimes, un groupe diasporique d’au moins quatre pays, se battent pour la justice réparatrice depuis plusieurs générations. En janvier 2017, trois groupes associatifs distincts de Héréros ont intenté un recours collectif contre l’Allemagne, accusant l’État de génocide, vol et expropriation de biens quand la Namibie était sous la domination coloniale allemande.

Les plaignants réclament des réparations semblables à celles des survivants de l’Holocauste juifs reçus après la Seconde Guerre mondiale. Au cours des six dernières décennies, l’Allemagne a réparé et compensé son rôle historique dans l’Holocauste de la Seconde Guerre mondiale en versant 70 milliards de dollars aux survivants depuis 1952.

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share
Soyez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre
Restez informé!
Inscrivez-vous à notre Newsletter exclusive
Soumettre