Lors de l'élection dimanche 20 mars 2016, le pays a connu un arrêt des communications après que le gouvernement ait ordonné aux deux principaux fournisseurs de télécommunications de bloquer toutes les communications mobiles et Internet du pays producteur de pétrole. Un geste qui aura eu pour effet de contrarier les efforts des observateurs électoraux entre autres.

Congo-Brazzaville: élection contestée de Sassou-Nguesso

C’est à 3 heures du matin que les résultats de l’élection présidentielle du Congo-Brazzaville tombent. Denis Sassou-Nguesso est reporté au pouvoir au premier tour, avec  plus de 60 pour cent des voix. Son règne s’étirera donc vraisemblablement à près de 40 années.

Lors de l'élection dimanche 20 mars 2016, le pays a connu un arrêt des communications après que le gouvernement ait ordonné aux deux principaux fournisseurs de télécommunications de bloquer toutes les communications mobiles et Internet du pays producteur de pétrole. Un geste qui aura eu pour effet de contrarier les efforts des observateurs électoraux entre autres.

Lors de l’élection dimanche 20 mars 2016, le pays a connu un arrêt des communications après que le gouvernement ait ordonné aux deux principaux fournisseurs de télécommunications de bloquer toutes les communications mobiles et Internet du pays producteur de pétrole. Un geste qui aura eu pour effet, entre autres, de contrarier les efforts d’observateurs électoraux.

Dans une conférence de presse à son QG,  l’indéboulonnable Président de la République du Congo de 72 ans affirme:  » Le scrutin s’est déroulé dans une manière plus ouverte.« , avant de se féliciter pour ces résultats qu’il « espère traduit la réelle volonté du peuple. »

Ce peuple qui s’est vu imposé une interruption totale des communications (téléphone et internet) pendant quatre jours, est descendu dans les rues de Brazzaville dénoncer ce qu’ils pensent être un vol électoral. Des tensions culminent dans les quartiers de l’opposition qui officiellement ont été crédité d’un peu plus 15 pour cent pour  Guy-Brice Parfait Kolélas et 13,89% des voix pour le général Jean-Marie Michel Mokoko arrivé troisième.

Une élection menée dans une atmosphère peu crédible où les adversaires du président sortant n’ont pu faire campagne en toute liberté, intimidé par le pouvoir en place. Un pouvoir tenu fermement par M.  Sassou-Nguesso dans un pays favorisé par le bois et le pétrole, tous deux exploités, principalement, par des compagnies françaises qui versent en contrepartie des devises à l’État.

Guy-Brice Parfait Kolelas parlait de farce électorale avec  cette élection à huis clos. L’homme politique avance avoir des preuves que les résultats officiels ont été falsifiés.

Le général Mokoko demandait au peuple: « de ne plus avoir peur et réclamer leurs votes confisqués et volés. » après avoir précisé qu’il est impossible au candidat  Sassou-Nguesso d’être élu au premier tour avec toutes ces irrégularités. Un appel direct à la désobéissance civile pour couper avec les trente-deux dernières années de règne de Denis Sassou-Nguesso dans l’ex-colonie française.

Alors qu’il occupait le poste de ministre de la défense, le militaire de formation Denis Sassou-Nguesso, goutait au pouvoir un premièro fois en 1979, après qu’il fut nommé Président provisoire deux ans après l’assassinat dans une fusillade du Président Marien Ngouabi.  Il est successivement renommé à la tête du Parti congolais du travail (PCT),  l’unique parti politique du Congo jusqu’à l’aboutissement d’une conférence nationale qui instaure le multipartisme le 15 mars 1992, un effet découlant du déclin du communisme.

Sassou-Nguesso perd ses élections s’exile et revient armes à la main, provoquant une guerre civile en 1997. L’hebdomadaire français Le Canard enchaîné avait révélé qu’« avec l’accord tacite de Paris, des livraisons d’armes via l’Angola, le Gabon et le Sénégal ont permis d’équiper les milices de Sassou Nguesso. Parfois même, achats et expéditions ont eu la capitale française pour cadre (Le Canard enchaîné du 13 août et du 22 octobre 1997).»

Le 25 octobre 1997, Sassou-Nguesso se proclame président de la République et promulgue un acte fondamental qui aménage une transition de durée flexible. Après plusieurs centaines de morts, c’est au prix de négociations avec les chefs de guerre que le gouvernement parviendra à normaliser la situation.

En 2002, Sassou-Nguesso fait adopter par référendum une nouvelle constitution. La durée du mandat du président de la République est fixée à sept ans, l’âge limite pour la candidature à la magistrature suprême est de 70 ans.  Sassou-Nguesso est élu cette même année pour une première fois, très confortablement au premier tour à la suite d’élections contestées.

En 2009, il est réélu encore au premier tour avec 78 % de voix pour ce qui devait être constitutionnellement son dernier mandat. Il y a cinq mois, en octobre 2015, Denis Sassou-Nguesso fait modifier la Constitution congolaise non sans tumulte pour le permettre de se représenter une nouvelle fois, pour cette élection-ci, qu’il avait promis remporter au premier tour. Eh bien, promesse tenue…

Nouvelles similaires

  1. Urben Ngueko
    Mar 25, 2016 - 01:02

    etali bino bokomela mayi na tonga

    Répondre
    • Drechna Moukamba
      Mar 25, 2016 - 06:59

      Hummm ngueko ne parle pas comme sa donc toi sa te fais plaisir ke les autres soit brimé tu grandi ne reagit pa s

      Répondre
    • Drechna Moukamba
      Mar 25, 2016 - 07:05

      On reagit pas comme sa le pays ne vas pas bien essai de voyager un jours kite le congo tu sera ke ton pays es malade vraimnt malade on avance pas a cause dune seul personne ki nous divise privilege sa famille que la population essai de voir cmbien de richesse naturel ke nous avons chez nous on devait etre plus que bien mais helas donc stp ne reagit pas comme sa ma cherie

      Répondre
    • Urben Ngueko
      Mar 25, 2016 - 07:23

      ok j sais tt sa mais il faut parfois amuser la galerie pour se destresser

      Répondre
    • Drechna Moukamba
      Mar 26, 2016 - 12:40

      Lolll okay

      Répondre
  2. Madden Mado
    Mar 25, 2016 - 01:31

    Bà jalouxxxxx

    Répondre
  3. Sergino Mulongo
    Mar 25, 2016 - 10:55

    Un tricheur sans honte . Sale fils de …

    Répondre
  4. Giscard Wamba
    Mar 25, 2016 - 03:23

    Fatigue de tricherie!…?,,,@

    Répondre
  5. Rufine Gams
    Mar 25, 2016 - 04:05

    Laissez Dieu gérer ce problème…Un peu de respect pour ce Monsieur.
    Dieu est le seul juge.Chacun de nous répondra devant Dieu…

    Répondre
  6. Theddy Amongo
    Mar 25, 2016 - 05:11

    no comment

    Répondre
  7. Valerie Issio
    Mar 25, 2016 - 05:47

    c Notre president a toute

    Répondre
  8. Menez Mouandza
    Mar 25, 2016 - 06:10

    ton président et non pour nous ok n’importe quoi

    Répondre
  9. Nardely Chalet
    Mar 25, 2016 - 02:47

    Un old up électoral au vue et su de la communauté internationale, qui même l’appelait l’homme fort de Brazzaville en 1997, après la guerre ayant fait plus de 17000 victimes (chiffre officiel) je vous en prie! Ezali passi mpe mawa po na Congo d’avoir eu un pareil homme! Véritable cauchemar…..

    Répondre
  10. Esperi Severin Kibinza
    Mar 25, 2016 - 08:05

    Vanite de vanite Bongo kadafi et mobutu Sont ou dieu seul est juge l homme n est pas eternel ni maitre de son soufle n est ce pas?

    Répondre
  11. Forheste Brita Bokouaye Mouabouya
    Mar 25, 2016 - 10:44

    C est destiné …

    Répondre
  12. Frédéricia Monguia
    Mar 26, 2016 - 04:46

    Pck l dernier mot lui revient on a pas besoin d faire bcp d maths pour cpd ça …….laissant le tps au tps

    Répondre
  13. Herve Koagne
    Mar 26, 2016 - 06:41

    Les jaloux vont maigrir…respect

    Répondre
  14. Ducrech Bela Kokolo Mboko
    Mar 26, 2016 - 06:47

    Sassou mboula mama kou tricheur idiot zoba yeza

    Répondre
  15. Nalia Givincy Bouka Yengo
    Mar 26, 2016 - 09:02

    Peut importe VO insulte il est le président élu .ko finga na bino eza nul ,l’éléphant est calme TT autorité vien de Dieu .congolais ofingi PE mingi tikaka té ye nde président

    Répondre
  16. Theo Fifen
    Mar 26, 2016 - 12:08

    Kom koi mm o sein de son entourage personne ne peut assurer la releve. Monarhie de mrd

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share