Fils de petits paysans marocains émigrés, Ahmed Ben Bella a pour objectif de construire un socialisme typiquement algérien (liens avec Cuba et la France à la fois). Partisan du panarabisme et admirateur du colonel Nasser, il entreprend une politique d'arabisation de l'enseignement. Il est renversé par le coup d'État de Boumédiène le 19 juin 1965, emprisonné jusqu'en juillet 1979, puis assigné à résidence jusqu'à sa libération en octobre 1980.

Ahmed Ben Bella le père de l’indépendance d’Algérie trouve son repos à Alger

L’Algérie décrète un deuil national de 8 jours suite à la mort de son premier président postindépendance Ahmed Ben Bella, salué comme un héros anticolonialiste et le père de la nation d’Afrique du Nord. Peu de gens jouent un rôle aussi important dans la construction de leur pays comme Ahmed Ben Bella un leader dans la lutte pour l’indépendance.

Fils de petits paysans marocains émigrés, Ahmed Ben Bella a pour objectif de construire un socialisme typiquement algérien (liens avec Cuba et la France à la fois). Partisan du panarabisme et admirateur du colonel Nasser, il entreprend une politique d'arabisation de l'enseignement. Il est renversé par le coup d'État de Boumédiène le 19 juin 1965, emprisonné jusqu'en juillet 1979, puis assigné à résidence jusqu'à sa libération en octobre 1980.

Fils de petits paysans marocains émigrés, Ahmed Ben Bella a pour objectif de construire un socialisme typiquement algérien (liens avec Cuba et la France à la fois). Partisan du panarabisme et admirateur du colonel Nasser, il entreprend une politique d'arabisation de l'enseignement. Il est renversé par le coup d'État de Boumédiène le 19 juin 1965, emprisonné jusqu'en juillet 1979, puis assigné à résidence jusqu'à sa libération en octobre 1980.

Le corps de Ben Bella, qui est décédé mercredi dans sa résidence après une hospitalisation pour des problèmes respiratoires, a été emmené au Palais du Peuple à Alger.

La télévision d’État a montré des images du cercueil recouvert du drapeau porté par six officiers militaires suivis de ses deux filles Mehdia et Noria.

L’un des chefs historiques de la révolution algérienne disparait à 3 mois de la commémoration du 50e anniversaire de l’indépendance de l’Agérie, le 5 juillet 2012.

Cette figure emblématique est décédée à Alger, dans la capitale du pays dont il a exigé la liberté et l’a même prise de la main des occupants coloniaux français.

Alors que de nombreux pays africains sont devenus indépendants dans la partie médiane du 20e siècle, l’Algérie était l’un des rares qui n’a pas accepté l’indépendance comme un cadeau des occupants colonialistes, mais plutôt exigé son indépendance selon ses propres termes.

Ahmed Ben Bella était l’un des leaders de cette résistance inflexible contre l’injustice de l’occupation étrangère. Sa défense charismatique du droit à l’autodétermination du peuple algérien fait de lui un exemple à travers l’Afrique et du monde, en particulier parmi les pays en développement. Il était l’opprimé qui a refusé de se plier à la puissance et la force, mais a persisté jusqu’à ce que son engagement à la justice conquit ses ennemis.

Quand les Français ont finalement été chassés de l’Algérie, un vaste pays du nord de l’Afrique, en 1962, après une guerre civile de huit ans, Ahmed Ben Bella devient le premier président de l’Algérie. Cela n’a pas altéré son engagement de mettre fin à l’injustice partout où il le voyait. Il a décrit sa politique étrangère algérienne comme visant à mettre fin au colonialisme dans sa forme classique et déguisée.

L’engagement de Ben Bella à la lutte contre l’injustice fait de lui un symbole du mouvement mondial contre le colonialisme, le racisme et la discrimination. Bien que sa présidence a pris fin par un coup d’État militaire qui l’a finalement contraint à l’exil, son engagement contre l’injustice a continué.

Vers la fin des années 1980, il a formé un mouvement avec plusieurs autres chefs d’État, conduisant les défenseurs des droits humains à poursuivre ce qu’il considérait comme la bataille contre l’injustice et à favoriser la communication interculturelle. Cet acteur de la société civile, Nord-Sud XXI, continue de fonctionner aujourd’hui comme une organisation non gouvernementale active dans l’Organisation des Nations Unies, l’Union africaine, et plusieurs autres forums internationaux.

Jusqu’à sa mort, Ahmed Ben Bella a continué à servir en tant que président de Nord-Sud XXI et de contribuer à ses efforts pour parvenir à un ordre international juste et équitable.

Le respect qu’il inspirait se montrait parfois de façon subtile, mais saisissante. En 2001, par exemple, lorsque Ben Bella a assisté à la Conférence mondiale contre la discrimination raciale qui s’est tenue à Durban, en Afrique du Sud, quand il entra dans la salle de conférence, la délégation algérienne conduite par le président, se leva et il invita Ben Bella à s’asseoir sur le siège représentant l’Algérie.

En Algérie, il jouissait d’une forte admiration. Partout où il allait de la capitale Alger au plus petit village, les foules se rassemblent pour avoir la chance de voir le « Père de l’indépendance algérienne

Ben Bella est né dans le petit village de Marnia à la frontière de l’Algérie avec le Maroc le 25 décembre 1916. Ses parents étaient d’origine modeste et il a choisi l’une des seules façons sortir de la pauvreté en rejoignant l’armée française. Pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque la France était occupée, Ben Bella s’est rendu au Maroc pour se battre avec la force de résistance française contre les Allemandes qui tentaient d’occuper l’Afrique du Nord.

Malgré qu’il ait reçu plusieurs médailles d’honneur pour sa bravoure au combat et a même obtenu un contrat de footballeur professionnel, quand il apprit que des soldats français avaient abusé de personnes dans un petit village algérien, il a quitté l’armée pour la politique.

Contrairement à de nombreux politiciens qui étaient insatisfaits de l’occupation française de l’Algérie, mais estimaient qu’ils ne pouvaient s’opposer à une telle puissance coloniale, la priorité de Ben Bella fut de rétablir l’indépendance de l’Algérie. Comme le disait-il souvent des années plus tard, « C’était le droit du peuple algérien, et non pas la décision de la France. »

Même dans ses dernières années, Ben Bella, en collaboration avec des États tels que l’Afrique du Sud de Nelson Mandela, se leva contre certains des gouvernements les plus puissants du monde, condamnant, par exemple, l’invasion américaine de l’Irak en 1992 et en 2003.

Plus récemment, tout en soutenant les luttes autochtones pour une plus grande participation de leur gouvernement, Ben Bella s’est catégoriquement opposé à l’intervention de l’OTAN en Libye, qui a contribué à tuer environ 100 000 Libyens et a quitté le pays en lambeaux.

Son intégrité a été reconnue en 2007 par les chefs contemporains de pays africains qui lui ont demandé d’être le président du « Groupe des Sages » de  l’Union africaine pour aider et contribuer à un avenir pacifique en Afrique.

L’actuel président Abdelaziz Bouteflika a affirmé que l’Algérie a perdu l’un de ses plus grands chefs, en se rendant au palais du Peuple pour rendre un dernier hommage à Ahmed Ben Bella.

Nouvelles similaires

  1. iherkouken
    Déc 13, 2016 - 02:43

    c’est honteux d’attrinuer la paternité de l’indépendance de l’Algérie à cette énergumène qui a empchéché justement l’indépendance à ce jour 13/12/2016

    Répondre

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Copyrıght 2014 MILOTCHE MEDIA. All RIGHTS RESERVED.

Share