L’Afrique du Sud arrache ses statues coloniales sur la place publique

Le 9 avril 2015 des centaines d’étudiants sud-africains se sont réjouis quand une grue a déraciné la statue d’un colonialiste britannique vieux de plusieurs décennies, célébrant la fin de ce qu’ils décrivent comme étant un symbole de privilèges des Blancs.

La statue dénaturée du magnat des mines, philanthrope, archétype du colonialiste anglais, Cecil John Rhodes, retiré de son socle à l'Université de Cape Town, le 9 avril 2015

La statue dénaturée du magnat des mines, philanthrope, archétype du colonialiste anglais, Cecil John Rhodes, retiré de son socle à l’Université de Cape Town, le 9 avril 2015

L’Université de Cape Town a enlevé la statue de Cecil John Rhodes après des semaines de manifestations d’étudiants qui ont commencé lorsqu’un universitaire a jeté des excréments à la sculpture en bronze le mois dernier.

La statue a été recouverte au cours des dernières semaines de graffitis. Les étudiants, Blancs et Noirs, marchaient régulièrement avec des pancartes ou l’on pouvait déchiffrer #Rhodesmustfall (Rhodes doit tomber) exigeant sa suppression immédiate.

Ce mouvement de conscientisation d’un passé lourd, odieux de la part d’une minorité blanche abusive a eu un écho semblable le mois dernier à l’Université du Kwazulu-Natal alors que des étudiants contrariés ont blanchi une statue de George V, roi du Royaume-Uni et des dominions (Canada, Afrique du Sud, Irlande…) de 1910 à 1936. On pouvait lire sur un tissu « Fin des privilèges des Blancs » sur l’homme qui colonisa l’Afrique du Sud. La tête du monarque fut couronnée d’un bonnet tricoté dans les couleurs de l’Afrique : jaune, vert, rouge.

Les manifestants ont déclaré que la statue du colonisateur britannique Rhodes, inaugurée en 1934, dominant le campus, est un rappel de la façon dont l’université avait peu changé depuis la fin de l’apartheid. La majorité du corps professoral est toujours composé de Blancs. Parsemé de graffitis, la statue de l’homme qui possédait 90 % de la production mondiale de diamants et donna son nom à la Rhodésie, qui évoluera  plus tard avec la Zambie et le Zimbabwe, a été arrachée de son socle puis hissée par une grue sur un camion tandis que des milliers d’étudiants regardaient la scène révélatrice d’un temps passé.

La statue qui représente le roi George V au pied du campus de l’Howard College del’Université du KwaZulu-Natal a été amochée avec de la peinture blanche et des graffitis

La statue qui représente le roi George V au pied du campus de l’Howard College de l’Université du KwaZulu-Natal a été amochée avec de la peinture blanche et des graffitis

« Cela représente un bon pas en avant pour le changement, et démontre si quelque chose ne va pas, vous avez vraiment le pouvoir de le changer » laisse tomber Tinashe Sibeko un étudiant en science politique.

« La statue a une grande force symbolique; il glorifie un meurtrier de masse qui exploitait le travail des Noirs et a volé la terre de populations autochtones », a déclaré pétition en ligne du mouvement Rhodes Must Fall Movement, signée par 1 550 supporters. Le mouvement a également exhorté l’élimination de toutes les statues et plaques « célébrant la suprématie blanche » et a demandé une meilleure représentation de Noirs Sud-Africains dans les programmes de la faculté.

Sans le tampon Mandela, le pays connaît une recrudescence marquée de la question raciale. Maintenant, toutes les statues représentant l’histoire colonialiste de la nation arc-en-ciel deviennent suspectes, discutables, voire même non désirables. Vendredi 10 avril, c’est une statue âgée de 112 ans représentant la reine Victoria qui est devenue le dernier monument colonial ou du temps de l’apartheid à être vandalisée en Afrique du Sud, faisant craindre qu’un débat racial surchargé puisse échapper à tout contrôle.

Présentement, un débat sur la façon dont l’Afrique du Sud doit faire face aux symboles visibles de son histoire difficile prend place dans une nation qui cherche toujours a évacués les monstres de son passé et occuper pleinement la place qui la revient.

Nouvelles similaires

  1. Therese Some
    Avr 11, 2015 - 06:20

    Ohhhh!

    Répondre
  2. Augustin Kingston Zazoo
    Avr 11, 2015 - 06:23

    good …

    Répondre
  3. Fidelinho Somboro
    Avr 11, 2015 - 09:52

    tres bien

    Répondre
  4. AyitiAfrik Gachelinlauyi
    Avr 11, 2015 - 10:01

    Cette femme la qu’est ce qu’elle a

    Répondre
  5. Stéphane Brossard
    Avr 11, 2015 - 10:48

    Et elle tue des étrangers – Africains – en même temps …

    Répondre
  6. Bintou Maiga
    Avr 11, 2015 - 01:15

    Hé dieu

    Répondre
  7. Bruno Twister The Best
    Avr 11, 2015 - 01:26
  8. Mélancolie des Brumes
    Avr 11, 2015 - 02:38

    Il serai tant !

    Répondre
  9. Vanessa Moise En Silence
    Avr 11, 2015 - 10:13

    Pourquoi?

    Répondre
    • booba
      Avr 12, 2015 - 05:28

      par ce qu’il représente les mauvais traitement infliger au NOIRS comme toi, eux et moi!

      Répondre
  10. Huguens Paul
    Avr 12, 2015 - 01:26

    bien, il faut les descendre de notre esprit aussi et enfin nous accepter comme nous sommes.

    Répondre
  11. Nicodem Jean Baptiste
    Avr 12, 2015 - 02:02

    Il faut détruire aussi la suprématie qui est au niveau psychique …

    Répondre
  12. Dagabana Staàrboy Makavely
    Avr 12, 2015 - 02:07
  13. Tex Leau
    Avr 12, 2015 - 04:02

    ET SELUI DE FEDERBRE A Saint-louis

    Répondre
  14. Marie Fall
    Avr 12, 2015 - 08:52

    Dans les rares pays k j ai visité j ai jamais vu de statu d 1 personne de couleur noir. Alors on dit k on est independents pourkoi nous imposé leur edifices a leur image?

    Répondre
  15. Abdou Mbenguz
    Avr 12, 2015 - 04:19

    Amt fall

    Répondre
  16. Tex Leau
    Avr 12, 2015 - 05:29

    fedherbre a tué plus de 8000 homm femm et enfan noir avan détre gouver neur de ndar maintenan son statue é la c une insulte crx

    Répondre
  17. Mamadou Aly Diouf
    Avr 12, 2015 - 08:17

    Je suis fière

    Répondre
  18. Ahma Niang
    Avr 12, 2015 - 08:27
  19. Jacques Marcel Bampoky
    Avr 13, 2015 - 12:59

    L’INDEPENDENCE C’ EST DANS LA TÊTE ET DANS NOS FAITS ET GESTES DE TOUT LES JOURS

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share