Le Baby-Safe

Abandonner son bébé dans l’anonymat, pour ou contre?

Un nouveau projet controversé permettra aux parents sud-africains de déposer des nourrissons non désirés de façon anonyme dans un « coffre de sécurité » monté sur un mur public.

Le Baby-Safe

Le Baby-Safe

L’initiative a été lancée la semaine dernière après qu’un organisme de bienfaisance ait installé une tablette de dumping de nourrissons dans un centre communautaire à Cape Town. Le Fond pour Enfants Out of Africa  permet maintenant aux mères désespérées de délaisser leurs bébés dans un endroit sécurisé sans avoir à s’identifier.

Alors comment  cela fonctionne-t-il? Des bénévoles sont avertis automatiquement lors du dépôt de l’enfant par un signal envoyé à leur téléphone portable et ils peuvent ensuite récupérer l’enfant avant de les amener à un travailleur social.

La directrice générale au Fond pour Enfants Kim Highfield a déclaré mardi qu’elle espérait que le système permettrait à des mères en difficulté à donner leur enfant en adoption en toute sécurité, sans crainte de représailles. « J’ai été horrifié d’apprendre récemment le nombre de bébés qui sont abandonnés par leurs parents dans notre région.  Malheureusement, la réalité de la pauvreté et les problèmes sociaux affectent de nombreuses nouvelles mères, et elles se sentent incapables de faire face à leurs nouvelles responsabilités. Parfois, ces mères abandonnent leurs bébés dans des zones dangereuses où ils ont été attaqués par des chiens ou font face à d’autres dangers. Notre système consiste à offrir une solution de rechange, de sorte que les nouvelles mères ont au moins un endroit sûr si elles veulent disposer de leurs enfants.»

La Cape Town “Baby Safe ” a été inauguré vendredi à TableView, une banlieue de Cape Town. Jusqu’à 500 bébés sont abandonné chaque année dans la province du Cap-Occidental, l’une des neuf régions administratives régionales d’Afrique du Sud.

L’organisme Out of Africa Children’s Fund est un organisme de bienfaisance national qui travaille pour lutter contre la pauvreté des enfants aux côtés d’autres organisations, y compris l’Académie Pour Les Filles Oprah Winfrey, une école de Johannesburg dirigé par la légende de la télévision américaine.

Certains groupes pour les droits des enfants ont exprimé leur inquiétude vis-à-vis l’accessibilité d’un tel espace. Le nombre d’abandons de bébés par leurs mères pourrait augmenté significativement.

Selon Joan Van Niekerk, coordonnatrice nationale du service ChildLine, une aide aux parents, l’Afrique du Sud a connu une augmentation récente importante du nombre de bébés abandonnés.

Elle déclare: «Nous ne devrions pas encourager les parents à se débarrasser de leurs bébés de façon anonyme. Il s’agit d’une infraction pénale. Si un enfant est laissé dans un quelconque endroit, les services sociaux devraient le traiter comme un enfant perdu et faire des efforts pour retrouver sa famille. Nous avons un énorme problème avec les enfants abandonnés, mais un coffre-fort de bébés n’est pas une solution acceptable.

La racine du problème est la pandémie causée par le VIH et le chômage généralisé qui laisse souvent un sentiment de désespoir aux mères.

Nous n’avons pas d’installations en Afrique du Sud pour les nouvelles mères. Souvent,après une période minimale, sitôt sorties de l’hôpital, elles sont renvoyées chez elles pour faire face a leurs nouvelles responsabilités selon leurs propres moyens. Mais beaucoup n’ont pas de famille pour les soutenir et sans revenu, il peut être presque impossible de le faire»

D’autres experts ont également exprimé leurs inquiétudes.

Les dirigeants de l’organisme de bienfaisance Door of Hope, dans la banlieue du centre-ville de Bérée ont affirmé qu’autour de 100 bébés ont été abandonnés depuis janvier 2007 dans leur bac à bébés, une version moins sécurisée de du « Baby Safe »

Les enfants abandonnés sont pris en charge dans un orphelinat avant d’être transférés à des parents adoptifs.

Les autorités de Cape Town ont accueilli favorablement l’idée, mais ont dit qu’ils espéraient que les mères envisageraient d’autres façons de traiter leurs problèmes en premier.

Un porte-parole gouvernemental pour le développement social, Steven Otter a déclaré: « En tant que ministre, nous nous félicitons de toute mesure que les membres d’organismes communautaires entreprennent protéger les enfants, tant que ces mesures visent à protéger l’intérêt supérieur de l’enfant d’abord.»

Nouvelles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marquées d\un *

Share